Catégorie : Lectures

Le jardin de la Clarté parfaite, peinture de Tang Dai et Shen Yuan, en regard, poème de l'empereur Qianlong, calligraphié par Wang Youdun

Lettre au capitaine Butler

Le 25 novembre 1861, Victor Hugo dans son exil à Guernesey, en laissant, momentanément, tout ce qui le préoccupait, s’est dressé de son île atlantique, et s’est retourné vers l’Orient où le Palais d’Été cessait depuis un an de fumer dans l’incendie qui en avait fait un tas immense de débris. Le romancier des Misérables a repris sa plume des Châtiments pour écrire un plaidoyer : Au capitaine Butler.

Jet Li interprète Huo Yuanjia dans le film Le Maître d'armes de 2006

L’appartenance précède l’incarnation

Quelle est la relation entre la pratique du taijiquan aujourd’hui et les interprétations de ses origines anciennes ? De la technique du corps de Marcel Mauss à l’intérêt actuel pour le rituel, la performance et la personnification, nous savons que les activités physiques portent toujours des significations culturellement construites. Elles ne sont jamais simplement instrumentales ou pratiques.

Image du film Le chemin immortel avec le maître Yun-Long parlant de sa vie à Wudang

Une centaine de fleurs dans les études sur les arts martiaux

Dans le domaine des études sur les arts martiaux chinois, les années 1990 ont été marquées par une sorte de campagne des Cent fleurs, non déclarée. Les dissidents issus de l’orthodoxie politique, autrefois réduits au silence ou marginalisés à Taiwan ou à Hong Kong, se sont maintenant réaffirmés, et un certain nombre de centres de pouvoir intellectuels et de destinations touristiques concurrentes consacrées aux arts martiaux se sont épanouis.
– Traduction de l’article « Fighting Words: Four New Document Finds Reignite Old Debates in Taijiquan Historiography » de Douglas Wile paru dans Martial Arts Studies

Zhang Sanfeng, statue en bronze, dynastie Ming

Zhang Sanfeng

L’origine du tàijíquán est une question polémique et controversée. Certains identifient la famille Chén comme la source du tàijíquán dans les années 1600 et d’autres localisent plus avant l’art avec les arts internes bouddhistes, taoïstes et maître 張三豐 Zhāng Sānfēng. Les deux sont corrects. Et aucun d’entre eux n’a créé le tàijíquán. Nous allons plonger dans les documents historiques existants et les découvertes archéologiques pour tenter de clarifier cette question controversée.