Âcre

辛 xīn

L’âcre évoque l’amertume et la souffrance, le châtiment d’un rebelle. La soumission à l’Ouest ou à l’automne, qui ouvrent le chemin vers la mort et le domaine mystérieux des esprits, n’est pas facile, comme ne nous est pas naturel le mouvement de repli du yang vers le yin ; la rébellion, qui peut se manifester, physiquement, par des fièvres intermittentes, porte en soi son châtiment, car elle n’apportera que douleur. Une impression analogue nous est donnée par la saveur âcre.

Sauce au gingembre et aux oignons verts, photographie d'Alyse Whitney
Sauce au gingembre et aux oignons verts

L’âcre stimule l’émission et la diffusion, qui répandent partout humidification, lubrification. Un excès d’âcre, et c’est l’absence de retenue dans la propagation, la débandade, le jaillissement qui pulse à l’extérieur, par des joies trop vives ou des sueurs abondantes, et appauvrit. Pour rendre leur assise aux souffles et consolider leur position, on use de l’amer, qui raffermit et abaisse.


Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils