Fascias

Les fascias, aussi appelé tissus conjonctifs, représentent l’ensemble des tissus qui enveloppent la majorité des structures du corps: muscles, nerf, os, vaisseaux sanguins. Les fascias séparent et en même temps connectent toutes ces structures entre elles. Au niveau musculaire, chaque fibre est enveloppée par des fascias. Les fascias « traversent » le muscle comme une toile d’araignée et se rejoignent à l’extrémité pour former les tendons qui attachent le muscle à l’os. La structure qui relie l’os au tendon qu’on appelle le périoste est aussi une forme de fascia, comme le sont les ligaments qui connectent les os entre eux.

Illustration d'un fascia

Les fascias sont essentiellement composés d’eau, de deux sortes de protéines appelées collagène et élastine, et de protéoglycanes, qui sont un assemblage complexe de protéines et de glucides.

On les divise en 3 couches reliées entre elles : la couche superficielle (présent directement sous la peau), profonde (au niveau du cou, du thorax, de la cavité abdominale et pelvienne) et la couche méningée (principalement intracrânien et constitué de la dure mère, la pie mère et de l’arachnoïde).

Le réseau fascial pourrait être considéré comme un organe unique, un tout unifié, en connexion avec tous les aspects de la physiologie humaine.

Le fascia a un certain nombre de propriétés intéressantes:

  • Le fascia est en grande partie innervé par les nerfs proprioceptifs. Le fascia est également intimement impliqué dans le système nerveux autonome.
  • La proprioception et la kinesthésie sont principalement fasciales et non musculaires.
  • Le tissu conjonctif se comporte comme un cristal liquide. Il est capable de transmettre des signaux électriques dans tout le corps. Le collagène, l’un des principaux composants du fascia, a des propriétés semi-conductrices, piézoélectriques et photoconductrices. Les courants électroniques à l’intérieur du fascia peuvent non seulement circuler sur des distances considérables, mais ils peuvent également être altérés par des influences extérieures et provoquer une réponse physiologique dans les structures voisines.
  • Le fascia peut se contracter.
  • Le fascia joue un rôle dynamique dans la transmission de la tension mécanique.
  • Le tissu conjonctif, même les tissus denses comme les tendons et les aponévroses, est beaucoup plus élastique que ce que l’on pensait auparavant. L’élasticité fasciale est stockée et rendue très rapidement, ce qui lui confère une sorte de rebond élastique à la manière d’une super-balle.
  • Les fluides passent par le réseau fascial.

La science moderne a également découvert que le tissu conjonctif et les cellules ont une structure quasi cristalline et se comportent, dans une certaine mesure, comme des cristaux. La régularité de la structure de ce tissu améliore sa capacité à conduire, traiter et stocker de l’énergie et des informations. Les propriétés à l’état solide du tissu conjonctif peuvent produire ses phénomènes apparemment coopératifs et collectifs. Tout indique que le tissu conjonctif génère de l’électricité lorsqu’il est comprimé, ce qui crée un effet piézoélectrique. Certains scientifiques estiment que les signaux piézoélectriques générés par le tissu conjonctif forment un vaste et essentiel système de communication biologique.


Laisser un commentaire