Barrières du tronc

Résidence d'eau claire, encre et couleur sur papier, 2012, Wong Hau Kwei

Les barrières sont situées sur les faces antérieure et postérieure du tronc, aux niveaux supérieur et inférieur. Elles se situent symétriquement au niveau des articulations, en haut elles relient les membres supérieurs au thorax et en bas elles relient les membres inférieurs au bassin.

Bien que correspondant en surface aux zones des points d’acupuncture, elles agissent plus en profondeur selon cinq couches énergétiques, la peau, le tissu sous-cutané, les muscles, les tendons et les os.

L’ensemble forme une zone en trois dimensions. Sa libération va dégager la circulation des trois flux (le souffle, le sang et les liquides organiques) dans le tronc, Puis vers les quatre membres. Dans le plan horizontal, les barrières vont aussi dégager les ceintures scapulaire et pelvienne. Dans le plan vertical, les barrières supérieure et inférieure de chaque côté ont une liaison particulière avec l’axe central. Leur blocage ou leur dégagement a donc une influence importante sur les fonctions de l’axe central et constitue une base pour régulariser la posture debout ou assise.

Cette libération peut s’obtenir de plusieurs manières par le mouvement (torsion, étirement du tronc et des quatre membres), par le massage, par le regard intérieur ou la concentration, en prononçant un son pour faire circuler le souffle.

Sur la face antérieure du tronc

La barrière supérieure

Face antérieure du tronc, détail illustration de l'atlas d'acuponcture chinoise de Georges Soulié de Morant
Face antérieure du tronc, détail illustration de l’atlas d’acuponcture chinoise de Georges Soulié de Morant

Tiāntū est le lieu de réunion de l’ensemble des méridiens 隂 yīn, constituant le carrefour du yīn  du tronc. La dénomination de ce lieu en tant que cheminée céleste est liée au fait qu’il assure au niveau de la poitrine la communication entre l’intérieur et l’extérieur du corps. La zone de shūfǔ a entre autres pour fonction de gérer la descente des trois flux: 氣 , 血 xuè et 津液 jīn yè. La zone de qìhù complète la fonction de la zone de shūfǔ. La zone de zhōngfǔ est le lieu de croisement des méridiens du poumon et de la rate, constituant le 太隂 tài yīn qui gère l’ouverture du yīn dans le corps. Enfin la zone de yúnmén constitue la clé de l’ouverture du tronc vers le monde extérieur.

La barrière inférieure

Face antérieure du tronc, détail illustration de l'atlas d'acuponcture chinoise de Georges Soulié de Morant
Face antérieure du tronc, détail illustration de l’atlas d’acuponcture chinoise de Georges Soulié de Morant

La zone de qūgǔ et de guànyuàn, avec de chaque côté, en allant de l’intérieur vers l’extérieur, la zone de hénggû. de qichông, de jimài, de chôngmén et de biguân constitue la barrière inférieure. La zone de qūgǔ est en relation avec la symphyse pubienne. dont la souplesse en tant que jonction articulaire est indispensable à la physiologie du bassin. La zone de guànyuàn, située deux cùn au-dessus de la précédente est un lieu clé pour la circulation du yuán  dans le vaisseau conception. La zone de hénggǔ complète la fonction de qūgǔ. Les zones de qichông, jimài et chôngmén, situées au niveau du pli inguinal et celle de biguân située au niveau de la hanche reflètent la liberté d’ouverture des hanches et du fonctionnement du petit bassin.

Sur la face postérieure du tronc

La barrière supérieure

Face postérieure du tronc, détail illustration de l'atlas d'acuponcture chinoise de Georges Soulié de Morant
Face postérieure du tronc, détail illustration de l’atlas d’acuponcture chinoise de Georges Soulié de Morant

La zone de dàzhui, avec de chaque côté la zone de dàzhù, de fèishû et de iiànjing constitue la barrière supérieure. La zone dé dàzhù est le lieu de réunion de l’ensemble des méridiens yàng, constituant le carrefour du yàngqì de la colonne  vertébrale. La zone de dàzhù est le lieu de réunion de l’ensemble des os, et contribue avec dàzhu  à la circulation de yàngqì. Le poumon est un des moteurs de la diffusion du par sa fonction ventilatoire. La zone de fèishû active cette fonction. La zone de  jīanjǐng se trouvant sur le sommet des muscles trapèzes, à mi-distance de la tête et de l’épaule, assure un rôle de jonction pour la poitrine et la ceinture scapulaire, entre le haut et le bas, l’avant et l’arrière, la droite et la gauche.

La barrière inférieure

Face postérieure du tronc, détail illustration de l'atlas d'acuponcture chinoise de Georges Soulié de Morant
Face postérieure du tronc, détail illustration de l’atlas d’acuponcture chinoise de Georges Soulié de Morant

La zone de chàngqiàng, yāoyángguān avec de chaque côté huìyáng et huántiào. La zone de chàngqiàng est située au niveau de la pointe du coccyx. La zone de yāoyángguān appelée aussi Barrière du yáng de la colonne (脊陽關 jǐ yáng guān) est située sous la quatrième vertèbre lombaire. La liberté de mouvement de ces deux pièces osseuses et de la zone de huìyáng est indispensable à une bonne physiologie du petit bassin et de la colonne vertébrale, ainsi qu’à la circulation de yuán  le long du vaisseau gouverneur. La zone de huántiào est la clé de la relation entre la mobilité des hanches et du petit bassin.


Atlas d'acupuncture de Claudia Focks chez Elsevier Masson dans la collection TraductionsAtlas illustré d'acupuncture par Yu-Lin Lian, Chun-Yan Chen, Michael Hammes, Bernard C. Kolster chez Ullmann Publishing dans la collection Reference Et MedecineAcupuncture : Les points essentiels de Philippe Sionneau chez Guy TrédanielMédecine traditionnelle chinoise de Jean-Marc Kespi chez Marabout dans la collection SantéAtlas du Shiatsu : Les méridiens de Wilfried Rappenecker, Meike Kockrick, Christophe Prudhomme chez MaloinePrécis d'acuponcture chinoise de l'académie de médecine traditionnelle chinoise chez Dangles dans la collection : Médicale et paramédicaleAtlas photographique d'acupuncture de Antoine Bereder chez Quintessence

Laisser un commentaire