Les six harmonies et les neuf sections

Les six harmonies (六和 liù hé) et les neuf sections sont des concepts importants pour comprendre la dynamique de la transmission de la force dans les arts martiaux internes.

Les six harmonies

Les trois harmonies externes

  • entre l’épaule et la hanche
  • entre le coude et le genou
  • entre la main et le pied

Trois harmonies internes

  • entre l’esprit (神 shén) et l’intention (意 yì),
  • entre l’intention (意 yì) et le souffle (氣 ),
  • entre le souffle (氣 x) et la force (jìn lì).

Dans les arts martiaux internes, l’épaule et la hanche se déplacent ensemble et se soutiennent, de même que le coude et le genou, ainsi que la main et le pied. Ces connexions signifient que ces articulations sont liées et alignées pour une structure efficace et pour la sortie de force. L’épaule est considérée comme la racine du bras, le coude en est le centre et la main l’extrémité. De même, la hanche est la racine, le genou en est le centre et le pied l’extrémité. La puissance et la force viennent de la racine et se manifestent en l’extrémité. En substance, cette dynamique est la même – ou devrait l’être – dans les exercices internes et externes et dans les arts martiaux internes et externes.

Les trois harmonies internes seront utilisées pour créer des harmonies externes de manière transparente. L’intention (意 eì) guide le souffle (氣 xì), qui fait actuellement le tour de force et le pouvoir (勁力 jìn lì), qui est elle-même l’expression de l’esprit (shén) et de l’intention (意 yì).

Les neuf sections

Les neuf sections ont une relation importante avec les six harmonies. La division du corps en neuf sections reflète la source et la racine du mouvement dans les différentes parties du corps.

Torse Champ de cinabre inférieur racine
Poitrine centre
Tête extrémité
Membre supérieur Épaule racine
Coude centre
Main, poignet extrémité
Membre inférieur Hanche racine
Genou centre
Pied, cheville extrémité

L’idée essentielle des trois harmonies externes et des neuf sections est que le corps se déplace comme une unité connectée. Les harmonies internes ajoutent une autre dimension en suggérant que le pouvoir et la force sont aussi une fonction de l’esprit et de l’intention, qui «envoient» le , et le guide ou permet la manifestation de la force ou du pouvoir. Les neuf sections nous disent que le mouvement est également enraciné dans le torse.

Dans le mode de mouvement des six harmonies, il est primordial de tenir compte de divers nexus, ou « champ de cinabre », pour le mouvement le long de l’axe central du corps. Comme nous avons évolué à partir de vers cylindriques, très tôt, notre principale connexion avec le mouvement se situe près du centre du corps. Cette connexion a un aspect frontal au point qìhǎi et un aspect postérieur au point mìngmén. Pensez aux points qìhǎi et mìngmén comme étant simplement l’avant et l’arrière du nexus principal du mouvement dans le corps. Étant donné que les forces jaillissent des divers champs de cinabre, les champs de cinabre sont considérés comme des régions de transition et de stockage du .

– Mike Sigman in Qi of Martial-Arts and Qi of TCM: Reconciliation

Le champ de cinabre se trouve au centre de la partie médiane de tout le corps et constitue également la section du tronc. La section racine est la ressource du 勁 jìn et du 氣 . La section médiane est l’endroit où sont stockés jìn et . L’extrémité est le point à partir duquel jìn et sont libérés vers l’extérieur. Par conséquent, il est dit: émets (發 fā ) à partir de la racine, change et transforme au centre, bouge et atteint avec l’extrémité. Généralement, en relâchant jìn vers le haut, jìn est libéré à parir du champ de cinabre, traverse la colonne vertébrale et l’épaule et est poussé (催 cuī ) par le coude pour arriver à la main. Si on relâche jìn vers le bas, jìn est libéré à partir du champ de cinabre , pressé (accéléré) par la hanche et le genou et pressé à travers la cheville pour arriver au pied. Lorsque le est libéré du champ de cinabre, section par section, il est poussé et pressé, de sorte que le jìn du corps entier puisse être libéré. Il faut bien comprendre la racine pour maîtriser progressivement l’avancement et la libération de la racine jìn .

– Zhao Da Yuan, un maître de ba gua zhang et de qin na

Dans les arts martiaux internes, on dit que le et le souffle se rassemblent au champ de cinabre pendant que le corps se détend et s’enfonce. On dit que, rassembler le pouvoir, c’est comme presser un ressort. Où est le ressort pressé ? Au champ de cinabre. Quel est la nature du ressort ? Votre interne. Quand tout le corps est détendu, le interne est rassemblé et fermement enfoncé dans le champ de cinabre . Guidez le avec l’intention et développez 力 lì [la puissance] avec le , section par section, de sorte qu’il puisse éclater instantanément du champ de cinabre le long des méridiens et à travers les os.

On utilise la respiration pour détendre les muscles et les tissus tout en s’assurant que les membres soient légèrement pliés ou courbés. Ensuite, le interne accumulé (et la puissance potentielle) est comprimé comme un ressort et les muscles détendus s’allongent comme une corde tendue et prête à tirer. Le est alors libéré et va vers l’extérieur. Le mouvement et la force doivent être initiés par le champ de cinabre et mìngmén plutôt que par les membres, sinon il n’y a pas de connexion avec la fondation du corps et la puissance ne sera pas enracinée

Les méridiens tendino-musculaires montrent généralement que les forces d’expansion, de poussée et de soulèvement viennent du sol par la voie des muscles et tendons yáng du dos et le long des méridiens latéraux et postérieurs des membres. Il y a également un méridien yáng à l’avant, mais l’essentiel de cette ouverture se fait à l’arrière. Les forces de fermeture agissent généralement sur le devant du corps et le long des méridiens antérieurs et médiaux des membres. Si vous observez un guépard courant à toute allure, sa colonne vertébrale se plie à l’avant du corps et les muscles frontal-rachidiens se contractent ou se ferment (隂 yīn); lorsque le guépard saute en avant, il engage et ouvre (陽 yáng) les muscles du dos et des membres inférieurs. Si nous devions analyser les divers méridiens tendino-musculaires sur un guépard en marche, en pensant à cette contraction et à cette ouverture, nous arriverions à un dessin très similaire aux illustrations des méridiens tendino-musculaires utilisées dans les livres d’acupuncture et de médecine traditionnelle chinoise.

Médiagraphie

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils