Médecine traditionnelle chinoise

Photographie d'un médecin taoïsten prenant les pouls d'un patient.

醫 yī

Lorsque les cinq organes yin et les six organes yang sont malades, c’est comme s’il y avait une épine, de la saleté, un nœud ou un blocage. Même si l’épine est là depuis longtemps, on peut réussir à l’ôter. Même si la saleté est là depuis longtemps, on peut réussir à l’enlever. Même si le nœud est là depuis longtemps, on peut réussir à le défaire. Même si le blocage est là depuis longtemps, on peut réussir à le lever. [Ceux qui] disent que les maladies anciennes ne peuvent disparaître ne savent pas de quoi ils parlent. Ceux [qui] utilisent des aiguilles doivent rechercher [la cause de] la maladie. Alors on va pouvoir enlever l’épine, nettoyer la saleté, défaire le nœud et lever le blocage. Même si une maladie est ancienne, on peut l’arrêter. Ceux qui prétendent que [ces situations] ne peuvent pas se traiter n’ont pas encore atteint leurs capacités.

– Classique interne, L’Axe spirituel, Chapitre 1

La médecine chinoise s’appuie en pratique sur des éléments thérapeutiques primordiaux :

  • la pharmacopée chinoise comprenant la phytothérapie, les minéraux les substances animales;
  • l’acupuncture et la moxibustion;
  • la diététique;
  • le massage traditionnel chinois;
  • Le qi gong;
  • la gestion des émotions.

Le classique interne de l’Empereur Jaune (黄帝内经 Huángdì nèijīng) est le plus ancien ouvrage de médecine chinoise traditionnelle. Il se subdivisait en deux parties : le 素問 Sùwèn et le Traité d’acupuncture. Cette deuxième partie sera ultérieurement rebaptisée 靈樞 Língshū .

Dans ce texte, probablement rassemblé, révisé et commenté par de nombreux érudits sur une période de 500 ans, entre approximativement 100 AEC. et 400 EC, on trouve la description d’un véritable système physiologique.Le corps y est perçu comme système unifié par un réseau de méridiens. Dans cette optique, les méridiens sont vus comme des voies distinctes reliant les organes entre eux et des processus spécifiques grâce auxquels le corps interagit avec l’environnement, pris au sens large.

Ainsi, très tôt, les théoriciens de la médecine chinoise se sont efforcés de comprendre la relation qu’il y avait entre microcosme et macrocosme, entre le corps humain et son environnement.

Dans le Classique interne, il est décrit trois concepts fondamentaux qui constituent les piliers de la médecine:

C’est une coutume typiquement chinoise que de voir ces trois concepts fondamentaux comme interdépendants ; chacun aide et influence les autres. En raison de l’influence du Classique interne, les concepts de yin-yang et des cinq éléments sont devenus le langage fondamental du discours médical en Chine.

Le yin~yang et les cinq éléments décrivent des façons de catégoriser le 氣 . Le est le mouvement premier, l’étincelle, non seulement de la vie mais aussi du mouvement de l’univers. Mais le est aussi une substance ou, plus précisément, c’est le potentiel de changement qui est dans la substance physique.

La théorie du yin~yang concerne généralement l’analyse des divers aspects d’une substance ou d’un état alors que les cinq éléments approfondissent à la fois la catégorisation et l’unification à l’intérieur d’un tout.

La théorie du yin~yang et des cinq éléments était très importante non seulement pour les échanges médicaux mais aussi pour les discussions politiques et philosophiques de la dynastie des Han ( 漢朝 Hàncháo, 206 AEC – 220 EC). En général, on utilise la théorie du yin~yang pour analyser la nature d’une substance ou d’un état alors que les cinq éléments définissent les concepts à l’intérieur d’un tout unifié. Contrairement aux définitions précises de la science moderne, ces structures théoriques sont malléables et peuvent ainsi s’appliquer à des dom faines divers. De plus, la terminologie peut prendre différents sens dans différents contextes, en fonction du « tout unifié » que l’on considère.

La théorie du yin~yang et des cinq éléments nous aide aussi à donner corps à la théorie sur les méridiens. Chacun des douze méridiens a une nature yin~yang et appartient à une catégorie des cinq éléments qui guident la compréhension et le traitement.

Laisser un commentaire