Théorie du yin~yang

隂陽 yīn yáng

La théorie du yin-yang examine de façon analytique la nature générale d’un sujet précis, par exemple:

  • quelque chose qui s’étend, s’ouvre, se déplace, pousse ou réchauffe va se voir attribuer la caractéristique 陽 yáng,
  • quelque chose qui resserre, referme, nourrit, réduit ou rafraîchit va se voir attribuer la caractéristique 隂 yīn.

L’analyse yin~yang prend aussi en compte la tendance au changement qu’ont les choses. La nature de ce changement peut être résumée par les concepts de compensation, d’interdépendance, de convertibilité mutuelle et de croissance-décroissance.

À tout moment, la tendance qu’a n’importe quel phénomène à changer, que ce soit un objet, un événement ou une maladie, peut se comprendre en étudiant ces principes directeurs.

La nature de toute chose possède à la fois, à des degrés divers, du yin et du yang ; il s’agit alors d’analyser où se situe la chose observée sur ce continuum et quels facteurs peuvent influencer ses modifications.

L’holisme est  la tendance dans la nature à constituer des ensembles qui sont supérieurs à la somme de leurs parties, au travers de l’évolution créatrice. L’holisme se définit donc globalement par la pensée qui tend à expliquer un phénomène comme étant un ensemble indivisible, la simple somme de ses parties ne suffisant pas à le définir. De ce fait, la pensée holiste se trouve en opposition à la pensée réductionniste qui tend à expliquer un phénomène en le divisant en parties.

La pensée chinoise considère les parties comme des aspects d’un tout, la nature relativement yin  ou  relativement yang  d’un sujet dépend donc de la chose avec laquelle on le compare.

Ainsi, lorsqu’on compare les pieds et la tête, on considère que le sommet de la tête est plus yang, mais comparé au ciel, le corps entier est sans aucun doute de nature yin. D’un autre côté, le corps humain est yang par rapport au yin ultime de la terre même.

En rapport Gloses

Laisser un commentaire