Yin suprême

太隂 tàiyīn

Nature du méridien :  Yin suprême est le plus superficiel des trois niveaux yin , il forme avec le yâng míng le cercle interne qui a une importance primordiale dans la cohésion centrale du yin et du yang.

Il est constitué du méridien du poumon et du méridien de la rate, qui comme tous les méridiens yin se relient entre eux dans la profondeur du thorax. Sa dynamique essentielle est d’être ouvert vers les trois niveaux yang. Cette ouverture vers le yang lui permet en tant que premier rempart du yin, de rejeter vers le yang, l’externe, la périphérie, les souffles pervers qui seraient malgré les trois barrières yang, parvenues jusqu’à sa profondeur, celle du début de la mise en danger du yin, de l’interne.

Illustration des six niveaux dans la théorie des méridiens
Les six niveaux dans la théorie des méridiens

Tài yīn s’ouvre vers le yang, yâng míng s’ouvre vers le yin; c’est aussi par cette double ouverture l’un vers l’autre qu’ils assurent la solidarité du yin et du yang, et la cohésion des six niveaux énergétiques entre eux. Une atteinte du niveau tài yīn signifie déjà une insuffisance importante du souffle de défense par rapport au souffle pervers ayant franchi les trois niveaux yang , ou peut témoigner d’une atteinte de l’organe rate en cas de pénétration d’emblée du souffle pervers à son niveau. Pour le tài yīn il est surtout décrit un syndrome de vide interne-froid-humidité.

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils