Entraîner quán sans gōng, à la fin tous les efforts sont vains

On entend souvent cette phrase gans la pratique du taijiquan.

工 gōng
travail, travailler, ouvrier, travailleur, classe ouvrière, ouvrage, oeuvre, construction, travaux, industrie, journée de travail
拳 quán
poing, boxe
内 nèi
intérieur, dans, dedans, au sein de
意 yì
sens, intention, désir
gaz, air, souffle, odeur, vigueur, énergie, colère, irriter, qi, chi
力 lì
force, vigueur, puissance, capacité, s’efforcer de, faire tout son possible, de toutes ses forces, de son mieux

L’acquisition de gōng demande des efforts, mais la façon dont on place cet effort fait une grande différence. Quán est basé sur le mouvement et de ce fait les mouvements et les postures jouent un rôle majeur dans l’acquisition des compétences. Cependant, les gens confondent souvent gōng avec l’apprentissage de plus de mouvements. C’est pourquoi ils ont tendance à apprendre de nombreuses formes et à concentrer leurs efforts sur la quantité plutôt que sur la qualité.

Le taijiquan attache de l’importance non seulement à l’entraînement de la forme extérieure (physique), mais également à la pratique interne (mentale). L’échec à réaliser les deux se manifeste souvent par des mouvements indéfinis et vides, ou excessifs et superflus, ou encore raides et maladroits. Les mauvaises habitudes s’enracinent et les corrections deviennent très difficiles, ce qui affecte non seulement l’acquisition du gōng, mais amoindrit l’efficacité du taijiquan ausi bien en tant qu’art martial qu’en tant que pratique de santé.

La quantité et la qualité relèvent de l’harmonisation des contraires. Sans quantité, il n’y a pas de qualité. Mais la qualité est plus importante que la quantité. Un niveau élevé dans le taijiquan se reflète principalement par sa haute qualité. La qualité du taijiquan fait principalement référence à son 内工 nèi gōng, l’habileté intériorisée, qui comprend 内意 nèi yì, l’intention mentale, 内氣 nèi qì, l’énergie intrinsèque, et 内 力 nèi lì, la force interne. La qualité du taijiquan se manifeste dans la coordination de l’intention mentale, du qì guidé et de la force entraînée. L’intention mentale est la condition préalable, le qì guidé est le noyau et la puissance entraînée en est le résultat.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils