Le pinceau

Article du New Yorker du 10 décembre 1973 intitulé The Brush

Lors du vernissage d’une exposition de peintures de Cheng Man Ching intitulée « Peintures traditionnelles de l’école du sud de la Chine » qui se tiendra au Hudson River Museum de Yonkers jusqu’à 10 décembre. Nous avons mangé des beignets chinois, des tranches de gésier, des gâteaux de riz froids, des cacahuètes et des œufs durs, et nous avons bu du punch chaud avec des noisettes. Le professeur Cheng est un maître de taijiquan âgé de soixante-treize ans à propos duquel nous avons écrit il y a quelques semaines.

Il peint depuis soixante ans. Les peintures de l’exposition sont toutes des peintures au pinceau et à l’encre. Les sujets du professeur Cheng: un bambou, une gourde, un chat endormi, un pin, un melon, une montagne, un oiseau, une sauterelle. De simples et beaux tableaux. Le professeur Cheng a présenté son art devant tout le monde à l’avant-première. Il a utilisé son pinceau préféré et a peint un pin remarquablement délicieux. Cela prit environ dix minutes et quand il eut fini, il sourit et croisa les mains devant lui, comme un combattant.

Ensuite, le professeur Cheng a demandé à quelqu’un qui pouvait lire le chinois d’examiner son pinceau et de lire le nom et la date. La date était 1931 et le nom était le gros pinceau chat. Le professeur Cheng s’en est expliqué expliqué. La brosse avait quarante-deux ans et il l’avait nommée le gros pinceau chat parce qu’il était entièrement fait de moustaches de chats. « Un chat dépend de ses moustaches pour traverser des trous », a déclaré le professeur Cheng. « Ainsi, vous ne pouvez enlever que six moustaches à chaque chat. Il faut trois ans pour rassembler assez de moustaches pour faire un pinceau, et plusieurs milliers de mes étudiants en Chine furent nécessaire pour cueillir ces six poils de chatons. Chaque moustache doit être grattée avec un rasoir pour enlever la cire, sinon il ne retiendra pas l’eau. Ensuite, les moustaches sont mises à cuire à la vapeur dans le riz, puis réunies dans la brosse. La partie longue de chaque moustache ressort du manche. Le manche est en bambou raclé, vieux de plus de cent ans. Dans quelques années, le pinceau disparaîtra et j’irai avec.

Aujourd’hui, c’est le pinceau qui a peint ce tableau. « 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils