Sitting Bull

Pieds nus sur la terre sacrée

Regardez, mes frères, le printemps est venu ; la terre a reçu les baisers du soleil et nous verrons bientôt les fruits de cet amour !

Chaque graine est éveillée et de même tout animal est en vie. C’est à ce pouvoir mystérieux que nous devons, nous aussi, notre existence et c’est pourquoi nous concédons à nos voisins, même à nos voisins animaux, autant de droit qu’à nous d’habiter cette terre.

Cependant écoutez-moi, mes frères, nous devons maintenant compter avec une autre race — petite et faible quand nos pères l’ont rencontrée pour la première fois, mais aujourd’hui devenue tyrannique. Fort étrangement, ils ont dans l’esprit la volonté de cultiver le sol et l’amour de posséder est chez eux une maladie. Ce peuple a fait des lois que les riches peuvent briser mais non les pauvres. Ils prélèvent des taxes sur les pauvres et les faibles pour entretenir les riches qui gouvernent. Ils revendiquent notre mère à tous, la terre, pour eux seuls et ils se barricadent contre leurs voisins ; ils la défigurent avec leurs constructions et leurs rebuts. Cette nation est comme un torrent de neige fondue qui sort de son lit et détruit tout sur son passage.

Nous ne pouvons vivre côte à côte. Il y a sept ans seulement nous avons signé un traité qui nous assurait que les terrains de chasse aux bisons nous seraient laissés pour toujours. Ils menacent maintenant de les reprendre. Mes frères, devons-nous nous soumettre ou devons-nous leur dire « Tuez-moi d’abord avant de prendre possession de ma patrie !

Sitting Bull

Tatanka Yotanka ou Sitting Bull, guerrier sioux, Chef de la tribu des Tétons Hunkpapas et, plus tard, un « rêveur » sacré. Il fut sur le sentier de la guerre presque continuellement entre 1869 et 1876. Les colons blancs affluaient sur les terres des Indiens et la découverte de gisements d’or dans la région des Black Hills fut, pour ces derniers, une catastrophe plus grave encore : en 1875, le gouvernement ordonnait aux Sioux d’abandonner leurs territoires de chasse de Powder River, pays octroyé par le traité de 1868. La guerre fut déclarée en 1876 pour faire appliquer l’ordre du gouvernement. Au conseil de Powder River, en 1877, Sitting Bull exprima son amour pour le sol natal, « un amour purement mystique » devait écrire son biographe. « Il aimait à dire [qu’un.] bon pied peut entendre battre le cœur de la Sainte Terre… Levé avant l’aube, il baignait ses pieds nus en marchant dans la rosée du matin. »


Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils