Blog

Les 72 pentades de Yamato

Dans les temps anciens, le peuple japonais divisait une annĂ©e en 24 pĂ©riodes (çŻ€æ°Ł jiĂ© qi), en se basant sur les classiques chinois. Mais c’est Ă  travers les 72 sous-divisions du calendrier traditionnel japonais que l’on ressent encore plus intensĂ©ment la nature prendre vie.

La terre Ă©tait douce sous la peau

C'est pourquoi les vieux Indiens se tenaient Ă  mĂȘme le sol plutĂŽt que de rester sĂ©parĂ©s des forces de vie. S'asseoir ou s'allonger ainsi leur permettait de penser plus profondĂ©ment, de sentir plus vivement ; ils contemplaient alors avec une plus grande clartĂ© les mystĂšres de la vie et ils se sentaient plus proches de toutes les forces vivantes qui les entouraient 
 — Standing Bear

Arts énergétiques et martiaux chinois

Le ComitĂ© National Olympique et Sportif Français prĂ©sente Esprit bleu - À la dĂ©couverte des arts Ă©nergĂ©tiques et martiaux chinois, un reportage prĂ©sentĂ© sur la chaĂźne France tv sport.

Arts martiaux chinois

Documentaire sur les arts martiaux chinois présenté au Québec à Historia dans les années 90.

Fabienne Verdier

Fabienne Verdier (nĂ©e en 1962 Ă  Paris, France) est une peintre abstraite française qui explore le dynamisme des forces de la nature Ă  travers sa connaissance des techniques et des traditions de l'art occidental et oriental. Verdier peint verticalement Ă  l'encre, debout directement sur ses chĂąssis avec des pinceaux gĂ©ants et des outils de son invention suspendus au plafond de son atelier. L'Ɠuvre de Verdier combine les aspects orientaux d'unitĂ©, de spontanĂ©itĂ© et d'ascĂšse avec la ligne, l'action et l'expression de la peinture occidentale. J

L’effet Dunning-Kruger

De nombreux facteurs mentaux doivent ĂȘtre pris en compte lors de la pratique du taijiquan, et la façon dont les gens rĂ©agissent naturellement peut devenir un Ă©cueil, en particulier lorsqu'ils interagissent avec un partenaire ou un adversaire. Les humains laissent leur ego les affecter. Par exemple, les personnes ayant une expĂ©rience limitĂ©e ont tendance Ă  penser qu'elles sont meilleures ou plus compĂ©tentes dans leurs pratiques qu'elles ne le sont rĂ©ellement. Ce phĂ©nomĂšne est appelĂ© effet Dunning-Kruger.

Impressions de montagne et d’eau

Un vieil homme, maĂźtre de musique, tombe malade. Il est recueilli par un jeune garçon Ă  qui il enseigne l’art du luth pendant sa convalescence
 L’enfant progresse. Ils partent en bateau dans un paysage de brumes : rencontre d’oiseaux, de singes. Le maĂźtre dit adieu Ă  l’enfant, lui donne son luth et disparaĂźt. L’enfant le cherche et on voit le vieillard s’éloigner. Sur une montagne, l’enfant joue du luth. Un petit bateau Ă  voile s’éloigne, suivi par un aigle.

Zhan zhuang et tuishou

Entretien avec Ma Hailong, à Shanghai en 2016 : Se tenir droit comme un poteau et  mains poussantes.

Sapientia

« Il est un Ăąge oĂč l’on enseigne ce que l’on sait ; mais il en vient ensuite un autre oĂč l’on enseigne ce que l’on ne sait pas : cela s’appelle chercher. Vient peut-ĂȘtre maintenant l’ñge d’une autre expĂ©rience : celle de dĂ©sapprendre, de laisser travailler le remaniement imprĂ©visible que l’oubli impose Ă  la sĂ©dimentation des savoirs, des cultures, des croyances que l’on a traversĂ©s. » — Roland Barthes

Tenségrité

La tensĂ©gritĂ© caractĂ©rise la facultĂ© d’une structure Ă  se stabiliser par le jeu des forces de tension et de compression qui s’y rĂ©partissent et s’y Ă©quilibrent.

Wang Maozhai

Wang Maozhai Ă©tait l'un des trois principaux disciples de Wu Quanyou du taijiquan de style Wu . Lorsque le fils de Wu Quanyou, Wu Jianquan dĂ©mĂ©nagea de PĂ©kin Ă  Shanghai en 1928, il resta Ă  la tĂȘte de l'Ă©cole de PĂ©kin de style Wu. Il fut, en 1928, le fondateur de l'association de taijiquan de Beijing Tai Miao. En 1929, le premier livre documentaire sur le taijiquan de style Wu a Ă©tĂ© publiĂ© par Wu Jianquan, Wang Maozhai et Guo Fen. Son principal disciple fut Yang Yuting.

Zhu Tao

L'existence d'un art doit ĂȘtre soutenue par une culture, et la rĂ©alisation d'un art doit ĂȘtre motivĂ©e par une croyance. Tous les artistes qui ont fait de grandes rĂ©alisations doivent consciemment ou inconsciemment embrasser une croyance culturelle et une pensĂ©e esthĂ©tique. Zhu Tao est un tel artiste. Il hĂ©rite sincĂšrement de l'essence de la culture traditionnelle et se consacre au dĂ©veloppement de la peinture Ă  main levĂ©e de fleurs et d'oiseaux, reliant le passĂ© et l'avenir.

  • 1
  • 2
  • 

  • 42