Share This Post

Les articulations

Description type d’une articulation

La description d’une articulation doit préciser :

  • sa situation (région);
  • ses particularités (congruence, présence d’un disque, éléments biomécaniques, repères palpatoires, etc.);
  • son type articulaire;
  • la description anatomique de ses surfaces articulaires;
  • ses moyens d’union : capsule, ligaments.

Structures articulaires

Cartilage hyalin

Tissu conjonctif d’interface entre les surfaces articulaires des pièces osseuses en contact, il joue un rôle essentiel dans le fonctionnement et la mobilité articulaire. Il présente un aspect blanc et nacré. Il est épais de 1 à 4 mm selon les articulations. Il combine des propriétés de rigidité, d’élasticité et de déformabilité lui permettant d’assurer une répartition harmonieuse des pressions qui s’exercent sur l’articulation en charge (rôle d’amortisseur) ou en mouvement (facilite les glissements entre les pièces osseuses). Le cartilage hyalin articulaire se nourrit par imbibition du liquide synovial intra-articulaire environnant et à partir d’échanges vasculaires avec l’os sous-jacent (os sous-chondral). Il n’est pas innervé. Sa dégénérescence conduit à l’arthrose.
On le différencie des fibrocartilages (ou cartilage fibreux) constituant les disques intervertébraux, disques et ménisques intra-articulaires et labrum. Il est également différencié du cartilage élastique constitutif du larynx et de l’oreille.
Il est à noter que le cartilage hyalin est également constitutif des cartilages costaux, de la trachée et des bronches.

Os sous-chondral

Désigne la zone osseuse située directement sous le cartilage. Dans les cas d’atteinte cartilagineuse sévère, il peut être le siège de lésions se traduisant par une densification osseuse.

Capsule

Enveloppe fibreuse entourant certaines articulations (appelées de fait articulations synoviales), elle est constituée de deux couches, l’une externe fibreuse très résistante et l’autre interne tapissée d’une muqueuse et appelée membrane synoviale. Cette dernière présente des replis (ou cul de sac), dont le déplissement est nécessaire à la mobilité articulaire. Elle assure le maintien des surfaces articulaires en correspondance mécanique. Elle est fréquemment renforcée par des ligaments.

Synovie

Liquide intra-articulaire, produit par la membrane synoviale, de composition chimique très proche de celle du cartilage. « Physiologiquement, il a un double rôle : mécanique par lequel il contribue à assurer le glissement des surfaces articulaires les unes sur les autres, et biologique, par lequel il assure la nutrition du cartilage articulaire » [2].

Labrum

Cartilage fibreux en forme d’anneau, il est situé aux pourtours des surfaces articulaires afin d’en augmenter la congruence1. Les articulations entre la hanche et le bassin (articulation coxo-fémorale) et entre la scapula et l’humérus (articulation scapulo-humérale) présentent un labrum.

Disque articulaire

Fibrocartilage intra-articulaire présent au sein de certaines articulations synoviales dont les surfaces articulaires sont discordantes. Sa fonction est alors d’en augmenter la congruence. Il peut être de forme ovalaire, parfois incomplète (forme en croissant). Le terme de ménisque est utilisé pour nommer les disques articulaires en forme de croissant (ou demi-lune).

Types articulaires

Selon leur constitution, les articulations sont différenciées en trois types.

Articulations fibreuses

Articulations fibreuses (a, syndesmose ; b, suture ; c, gomphose ; d, schyndilèse)
a : syndesmose ; b : suture ; c : gomphose ; d : schyndilèse

Les surfaces articulaires sont unies par du tissu fibreux.
On y retrouve les syndesmoses (les deux surfaces articulaires sont réunies par du tissu fibreux), les sutures (unies par contact osseux après ossification du tissu fibreux) et les gomphoses (entre deux pièces osseuses dans lesquelles l’une est enfoncée dans l’autre à la manière d’un coin ou d’un clou).

Articulations cartilagineuses

Articulations à cartilage (a, synchondrose ; b, symphyse)
a : synchondrose ; b : symphyse

Les surfaces articulaires sont unies par du cartilage hyalin ou du fibrocartilage.
On y retrouve les synchondroses (l’union des pièces osseuses est assurée par du cartilage hyalin) et les symphyses (l’union des pièces osseuses est assurée par du fibrocartilage).

Articulations synoviales

Articulations à synoviale (1, capsule ; 2, synoviale : 3, cavité articulaire ; 4, cartilage hyalin ; 5, ligament ; 6, fibro-cartilage)
1 : capsule ; 2 : synoviale ; 3 : cavité articulaire ; 4 : cartilage hyalin ; 5 : ligament ; 6 : fibro-cartilage

Les surfaces articulaires sont unies par une capsule fibreuse contenant du liquide synovial. Elles sont les plus mobiles.
Les surfaces articulaires sont recouvertes de cartilage. On les différencie en fonction de la forme des surfaces articulaires en contact :
● les sphéroïdes : les surfaces articulaires sont de forme sphérique, inversement concave et convexe;
● les ellipsoïdes (ou condylaires) : les surfaces articulaires sont des formes ovalaires, l’une en relief (condyle), l’autre en creux (glène);
● les bi-condylaires : opposent deux paires de condyles (par exemple articulations du genou);
● les articulations en selle : « les surfaces sont en forme de selle, l’une étant concave dans un sens et convexe dans l’autre, la surface opposée étant inversement conformée » [2];
● les ginglymes : « articulation dont l’une des surfaces est en forme de poulie (ou trochlée), comportant une gorge médiane séparant deux facettes latérales convexes » [2].
Certains auteurs les décrivent comme des charnières;
● les trochoïdes : met en contact un cylindre plein dans un cylindre creux. Fonctionnent autour d’un seul axe de rotation;
● les articulations planes : « articulations dont les surfaces sont planes. Elles fonctionnent par un processus de glissement potentiel dans toutes les directions de l’espace.
Ce type d’articulation n’est susceptible, en règle générale, que de mouvements limités ».

Moyens d’unions articulaires

Il s’agit de toutes les structures assurant le maintien des surfaces articulaires en correspondance mécanique, aussi bien en position immobile que lors des mouvements.

Ligaments

Lames fibro-élastiques, le plus souvent adhérents à la capsule qu’ils renforcent, les ligaments peuvent aussi être autonomes (décollés de la capsule) ou situés dans l’espace intra-articulaire. Ils jouent un rôle essentiel dans la préservation de l’intégrité articulaire. Leurs propriétés élastiques résistantes à l’étirement assurent lors des mouvements la stabilité de l’articulation et limitent les mobilités articulaires extrêmes. Leur capacité d’étirement est limitée (< 10 % de leur longueur de repos). Lors d’étirements excessifs, ils peuvent être le siège d’élongations ou de ruptures appelées selon la gravité entorse bénigne, moyenne ou grave.
Il est à noter que tous les ligaments ne sont pas des moyens d’unions articulaires. Certains assurent la fixation d’organes.

Capsule

La capsule articulaire est l’ensemble de tissus organiques en forme de manchon qui entoure l’articulation synoviale : elle contient la cavité articulaire et unit les os. Elle est constituée de deux couches, une capsule fibreuse à l’extérieur et une membrane synoviale à l’intérieur.

Schéma d'un articulation synoviale

Dans le corps humain, la plus importante se trouve au niveau du genou.

Tendons musculaires

Les tendons musculaires attachent les muscles aux os. Ils constituent la partie terminale du muscle. Ils prolongent le corps musculaire.
Par leur mise en tension lors des contractions musculaires, ils stabilisent les zones articulaires. On leur confère un rôle de stabilité articulaire « active » par opposition à la stabilité « passive » assurée par les ligaments. Bien que plus résistants que les ligaments, ils peuvent être le siège de lésions mécaniques dégénératives appelées tendinopathies, ou traumatiques, appelées ruptures tendineuses.

Mouvements articulaires

6 mouvements principaux : flexion, extension, abduction, adduction, rotation interne, rotation externe

Mouvements simples

On appelle mouvements simples ou élémentaires les mouvements effectués dans un seul plan de l’espace et donc autour d’un axe de rotation unique.

  • Les mouvements élémentaires effectués dans le plan sagittal sont appelés flexion (fermeture de l’articulation) et extension (ouverture de l’articulation).
  • Les mouvements élémentaires effectués dans le plan frontal sont l’abduction (qui éloigne du plan sagittal médian) et l’adduction (qui rapproche du plan sagittal médian). Concernant la main et le pied, la définition des mouvements d’abduction-adduction est établie en référence aux axes de la main et du pied. Concernant le tronc, les mouvements dans le plan frontal sont appelés inclinaison, inflexion ou latéroflexion.
  • Les mouvements élémentaires effectués dans le plan transversal sont la rotation latérale (dans le sens des aiguilles d’une montre pour le membre droit) et la rotation médiale (dans le sens inverse). Certains auteurs utilisent les termes de rotations externe et interne. Concernant le tronc, sont utilisés les termes de rotations droite et gauche ou rotations horaire et antihoraire.

Mouvements complexes

On appelle mouvements complexes la combinaison de plusieurs mouvements élémentaires.

  • La circumduction est l’association de tous les mouvements élémentaires dans l’espace. Elle permet de décrire un large mouvement circulaire.
  • Au niveau de l’avant-bras, la supination est le mouvement de rotation qui (en position anatomique) oriente la paume de la main vers l’avant. Le mouvement inverse (qui oriente la paume de la main vers l’arrière) est appelé pronation.
  • Au niveau du pied, l’éversion est le mouvement combinant abduction, flexion dorsale et torsion de l’ensemble du bloc calcanéopédieux pour porter la plante du pied en dehors. Le mouvement inverse est l’inversion. Il correspond à une adduction, une flexion plantaire et une torsion vers le dedans du bloc calcanéopédieux3.
Muscles supinateurs et pronateurs de l'avant-bras droit, vue antérieure
Muscles rotateurs du radius. Avant-bras droit : vue antérieure

Share This Post

Professeur de qi gong et de tai chi chuan, créateur de l'école Nuage~Pluie