Share This Post

Le système musculaire

Modèle de système musculaire au premier plan avec d'autres modèles d'anatomie humaine en arrière-plan

Le corps humain comprend 650 muscles dont 570 muscles squelettiques, c’est-à-dire sous contrôle volontaire du système nerveux central. Généralement associés à la force, ils assurent non seulement les mouvements conscients (contrôle de la marche, la parole, les positions assise et debout, la mastication et autres fonctions mécaniques) mais également à maintenir la posture et à faire circuler le sang et autres fluides dans le corps.

Si les muscles sont généralement associés aux activités des membres, ils assurent également des mouvements plus subtils comme les expressions faciales, les mouvements oculaires et la respiration.

Les types de muscles

Le système musculaire comprend trois types de muscles : squelettique, lisse et cardiaque.

  • Les muscles squelettiques sont le seul tissu musculaire volontaire contrôlant les actions conscientes. La plupart des muscles squelettiques sont attachés à deux os au moyen d’une articulation et de tendons, de sorte que le muscle puisse maintenir ou rapprocher ces os les unes des autres.
  • Le muscle viscéral ou lisse se trouve à l’intérieur des organes tels que l’estomac et les intestins ainsi que dans les vaisseaux sanguins. On l’appelle muscle lisse parce que, contrairement au muscle squelettique, il n’a pas l’apparence striée ou rubanée du muscle squelettique ou cardiaque. Les muscles viscéraux se contractent pour déplacer les substances à travers l’organe concerné. Du fait que le muscle viscéral est contrôlé par la partie inconsciente du cerveau, c’est un muscle involontaire qui ne peut pas être contrôlé par l’esprit conscient.
  • Le muscle cardiaque qu’on trouve uniquement dans le cœur est un muscle involontaire responsable du pompage du sang dans tout l’organisme. C’est la stimulation cardiaque naturelle qui permet au muscle cardiaque de signaler aux autres muscles cardiaques de se contracter. Comme les muscles viscéraux, le tissu musculaire cardiaque est contrôlé involontairement. Alors que les hormones et les signaux émis par le cerveau ajustent le taux de contraction cardiaque, ce sont les propres cellules du muscle cardiaque qui assurent l’auto-contraction du cœur, raison pour laquelle un cœur déconnecté du corps peut continuer à battre quelque temps.

Les formes musculaires

Il existe une méthode visuelle simple pour identifier les muscles car on peut également les classer selon leur forme, leur taille et leur direction ou orientation.

  • Les deltoïdes par exemple ou muscles de l’épaule, ont une forme triangulaire. Le muscle serratus, qui prend naissance à la surface de la deuxième à la neuvième côte du côté de la poitrine et s’étend sur toute la longueur antérieure des omoplate, a une forme de scie. Le rhomboïde majeur, qui attache l’omoplate à la colonne vertébrale, est une forme de diamant.
  • La taille peut être utilisée pour différencier des muscles similaires dans la même région. La région fessière (les fesses) contient trois muscles différenciés par la taille : le grand fessier, le moyen fessier et le petit fessier.
  • La direction dans laquelle se développent les fibres musculaires peut être utilisée pour identifier un muscle. Dans la région abdominale, il existe plusieurs ensembles de muscles larges et plats. Les muscles dont les fibres courent tout droit vers le haut et vers le bas sont le muscle droit de l’abdomen, ceux qui courent transversalement (de gauche à droite) sont les abdominaux transversaux et ceux qui courent sous un angle sont les obliques. Comme tout amateur d’exercice musculaire le sait, les obliques sont parmi les muscles les plus difficiles à développer pour obtenir les fameuses “tablettes de chocolat” au niveau de l’abdomen (qui en plus, à défaut d’excercice, sont recouvertes par une couche de graisse).

Les principaux muscles

On repartit les muscles sous forme de groupes musculaires selon leur localisation anatomique et leur fonction commune :

  • Les muscles de la tête qui permettent de contrôler les mouvements des yeux et du visage pour montrer des expressions mais aussi de permettre la mastication par exemple. On retrouve principalement le muscle masséter, zygomatique, occipito-frontal ou orbitaire des lèvres ou le corugator (autour des yeux).
  • Les muscles du cou qui permettent d’orienter la tête dans toutes les directions et de lever les épaules. On retrouve principalement les muscles scalènes, le muscle sterno-cléido-mastoïdien ou les trapèzes.
  • Les muscles du tronc qui participent principalement à la respiration et aux mouvement de la colonne vertébrale. Le muscle diaphragme est l’un des plus importants, mais on retrouve aussi le grand pectoral, les deltoïdes, le grand dorsal, les muscles intercostaux, le muscle carré des lombes ou les muscles érecteurs du rachis.
  • Les muscles des membres supérieurs comme les biceps, les triceps, les fléchisseurs de l’avant-bras, ou les extenseurs de l’avant-bras et les muscles des doigts, qui permettent de prendre des objets, de soulever, de lancer ou de lever les bras.
  • Les muscles des membres inférieurs comme les fessiers, les abducteurs, les adducteurs, les ischio-jambiers, les quadriceps, les jumeaux ou les muscles des pieds qui permettent de marcher, courir, s’assoir ou sauter.

Share This Post

Professeur de qi gong et de tai chi chuan, créateur de l'école Nuage~Pluie