Share This Post

La séance

La vallée des fleurs de cerisier de la montagne Wuliangshan

La séance, ou cours, est le lieu de réalisation totale ou partielle d’un sous-objectif. S’inscrivant dans la séquence, elle en assure la continuité, on y entretient les mouvements ou le savoir-faire acquis. C’est aussi une unité qui suit sa progression propre, avec une montée puis une descente progressive.

Ainsi, il faut créer une transition entre la vie extérieure et la pratique par exemple par un rituel (accueil, salut, exercices simples pour réintégrer son corps …). Puis quand le corps est prêt , présent en finesse (il ne s’agit pas d’un “échauffement”), on peut passer au corps de la séance, l’étude de l’objectif précis, car les élèves sont vigilants à ce moment. Il peut être nécessaire de reprendre des éléments vus précédemment avant d’un ajouter un nouveau. Cet objectif se travail d’abord de manière isolée (pour le comprendre), sous plusieurs angles (seul / à deux, allongé / debout…) et dans des contextes variés de plus en plus complexes (au sein d’une posture, d’exercice simple,
d’un enchaînement…). Ensuite, on peut aussi réviser des formes, ou en apprendre de nouvelles. Enfin, la pratique devrait comporter une conclusion, une fermeture (exercice plus ou moins long), qui clos la pratique et sert de transition avec la vie quotidienne qui reprend.

Toutes ces indications peuvent paraître trop “carré”, manquant de liberté, de spontanéité, de “cool attitude” souvent associés à nos pratiques. C’est vrai, mais il faut savoir ce qu’on veut d’une part : progresser, évoluer … ou offrir, passer un moment de loisir. Et d’autre part ne pas perdre de vue que les préparations didactique (c’est-à-dire qui rendent le savoir faire digeste) comme pédagogique (c’est-à-dire qui organisent concrètement cette assimilation du savoir-faire) ne sont que des guides. On ne peut raisonnablement pas se fermer dessus. L’instant présent peut être l’occasion de pistes différentes, de nouveaux possibles imprévus… mais pas à chaque cours. Le risque est là : que le professeur papillonne en improvisant à chaque nouveau rendez-vous, se sentant suffisamment à l’aise pour cela, mais ne maîtrisant rien en fait. C’est malheureusement un constat.

Share This Post

Professeur de qi gong et de tai chi chuan, créateur de l'école Nuage~Pluie