Share This Post

Pratique et effets du serpent

Fragment de relief représentant la légende du serpent blanc dans la pagode Leifeng à Hangzhou

Quand pratiquer le serpent ?

  • Pas nécessairement en été, mais tous les jours, intégrée avec les quatre autres animaux.
  • Et surtout toutes les fois que l’on perd le contrôle de son calme et de sa sérénité, que l’on se trouve déstabilisé par une émotion trop forte ou qu’on traverse une période difficile avec perte de ses repères.
  • Également, comme on l’a dit plus haut, pour se préparer à la méditation.
  • Lorsque la moelle épinière et le cerveau souffrent d’un déficit d’énergie vitale et que l’on présente une maladie neurologique, ou psychique dépression, burn-out, Parkinson… il sera avantageux d’intégrer la pratique du serpent.
  • La vertu taoïste pour transcender les désordres engendrés par les émotions se trouve être la sagesse. Penser à la sagesse que nous recherchons tout en pratiquant le serpent.

Les effets psychologiques

  • Le cœur de l’élément feu est associé à la pleine conscience, à la lumière, au trigramme 離 Lí ☲ : clarté, lucidité, vivacité, éclat.
  • L’émotion du cœur est la joie. Mais pas n’importe laquelle : la joie de vivre quand tout va bien physiquement et psychiquement. La vertu taoïste qui est cultivée est la sagesse. De cette sagesse découle la sérénité. Ce qu’il convient de faire concrètement dans la marche du Serpent en amenant le jīng à se transformer en shén.
  • La posture et la marche du serpent renforcent l’équilibre et favorisent l’exactitude, la mesure, être bien centré, et observer.

Share This Post

Professeur de qi gong et de tai chi chuan, créateur de l'école Nuage~Pluie