Share This Post

Cycle d’étirement des chaînes musculaires

Chaines musculaires Godelieve Denys-Struyf

Enseignement de Benoît Lesage selon la méthode GDS

Les chaînes musculaires sont des ensembles fonctionnels, et il faut les harmoniser entre elles, les accorder. Cela signifie que l’accent est mis sur la fonctionnalisation, donc sur le mouvement. Ceci dit, il faut souvent “apaiser” certaines chaînes en tension, et “nourrir” d’autres qui sont insuffisamment présentes. Les étirements visent à allonger, à redonner de la longueur à des muscles qui se sont crispés. Il n’est pas utile, et il peut même être nocif d’étirer tout à tout moment. Etirer une chaîne postérieure chez quelqu’un qui présente une typologie antérieure en excès risque de le déséquilibrer encore plus. On voit ainsi des patients fortement déstabilisés et aggravés par des séances Mézières “pures et dures” qui
“massacrent” un peu plus leur chaîne postérieure qui est plutôt dans ce cas une victime qu’une fauteuse de troubles. (Il reste évidemment que pour les typologies postérieures, la méthode Mézières est une merveille).

Cycle d'étirement des chaînes musculaires, croquis de Marcelle Benhamou

La solidarité musculaire, en particulier par les continuités aponévrotiques et les liens fasciaux, implique qu’on n’étire pas un muscle isolément, mais dans un ensemble, en tenant compte de ses agonistes et antagonistes. Inutile, aberrant même, d’étirer des ischio-jambiers sans positionner correctement le dos et la nuque, faute de quoi on perd ici ce qu’on gagne là …

Cycle des chaînes musculaires

D’autre part, Godelieve Denys-Struyf insiste beaucoup sur la notion de cycle. Sa conceptualisation des
chaînes musculaires se relie à l’énergétique chinoise pour laquelle tout est mouvant et relatif. Le paysage change avec le point de vue. Une chaîne est trop tendue, par rapport à d’autres, de même qu’elle peut être considérée comme centrale selon la logique qu’on adopte. S’il s’agit de développement, AM sera centrale, en tant que structure de germe. S’il s’agit de conscience, ce sera PM, pour le fonctionnel ce sera AP, si l’on pense énergétique ce sera PA… En énergétique chinoise, le ki voyage, il visite les méridiens selon un cycle précis dans l’espace et le temps. Dans la logique des chaînes musculaires, on trouve également un cycle de passage des tensions. Etirer, ou nourrir, ou apaiser une structure isolée risque donc de déséquilibrer un peu plus l’ensemble. D’où la notion de cycle où l’on travaille toujours au moins trois structures. Le cycle complet peut commencer par PL, structure de drainage (il est toujours bon d’ouvrir la fenêtre avant de secouer la poussière) pour finir par PM. Mais on peut aussi se centrer sur une structure précise, en intégrant ses deux complémentaires. Sur le schéma en étoile vous trouverez des “triangles” : ainsi pour travailler PL, intégrez aussi ses complémentaires AM et AL, pour travailler PA-AP, intégrez aussi PM et AL… Ce schéma est valable pour toute intervention, qu’il s’agisse d’étirement ou de Fonctionnalisation, ou de thérapie manuelle.

Vous pouvez aussi faire le cycle général en ne prenant qu’une posture globale pour chaque chaîne et en développant la où les structures qui vous intéressent ce jour-là. Il faut savoir que l’étirement correspond à une reprogrammation de la tension des muscles. C’est pourquoi tirer comme un forcené ne suffit pas seulement, et qu’il faut intégrer d’autres éléments, en particulier la conscience et la sensation (la proprioception). Prenez donc le temps de sentir, de respirer, essayez de savoir sur quoi vous travaillez, allez voir les livres d’anatomie. On sait qu’une posture doit être maintenue au moins une minute pour qu’il se passe quelque chose. Vous pouvez “tirer fort”, vous faire transpirer, être au seuil de la douleur et de la résistance. Cela aura certainement un effet, mais peut-être aussi que cela vous coupera un peu plus d’une partie de vous-même. Volonté, oui, mais volontarisme non ! Si vous avez pratiqué l’eutonie, vous y avez sûrement expérimenté des allongements doux qui sont tout aussi efficaces, mais ils impliquent un type de relation à soi qui n’est peut-être pas ce que vous cherchez aujourd’hui. Lorsque vous repérez la tension que vous voulez travailler, le muscle que vous voulez allonger, jouez à le contracter au minimum, puis à le relâcher, prenez le temps d’écouter ce qu’il vous dit. Après tout, un muscle n’est jamais innocent, il soutient notre insertion, nos gestes, nos expressions émotionnelles. Si vous le reprogrammez, vous changez aussi tout cela …

Le yang sheng désigne un ensemble de principes afin de vivre longtemps, heureux et en bonne santé. L’ensemble de ces méthodes, appelé 養生灋 yǎng shēng, constitue une branche primordiale de la médecine traditionnelle chinoise et incorpore des méthodes de prévention, de renforcement et d’hygiène de vie.


Leçons

Share This Post

Professeur de qi gong et de tai chi chuan, créateur de l'école Nuage~Pluie