Share This Post

La méditation

Méditations en cobalt, 1997, Encre cobalt, pigments, vernis et sceaux de cinabre sur toile de soie, Fabienne Verdier

Dans beaucoup de traditions, cette posture assise est celle de la méditation, bien que certaines méditations taoïstes, par exemple, se pratiquent en position allongée. Il existe d’innombrables supports pour méditer : objets sur lesquels se porte la concentration, comme la flamme d’une bougie, une fleur, la photo d’un maître spirituel, ou bien l’observation du va-et-vient du souffle, ou encore méditation sur des sujets plus abstraits comme la souffrance, la mort, la jalousie, la colère, la compassion, etc. Quel que soit le support employé, la méditation ap porte en premier lieu une pacification du mental et des émotions.

Un esprit non discipliné vole sans but dans toutes les directions. La pratique de la méditation le stabilise, puis le dirige pour qu’il passe de la connaissance imparfaite à la perfection. L’esprit et l’intelligence du sadhaka (aspirant) fonctionnent comme un attelage intégré par sa volonté. L’harmonie règne entre ses pensées, ses paroles et ses actes. Son es prit et son intelligence apaisés brûlent comme une lampe dans un endroit sans vent, avec simplicité, innocence et illumination.

B.K.S. Iyengar in Pranayama dipika

Comme le ciel immuablement pur

Bien installé dans votre posture, en respirant de façon naturelle, vous êtes pour ainsi dire au cinéma : sur votre écran intérieur, une pensée va naître, se développer puis fondre, en laissant surgir une autre pensée, puis une autre… Soyez spectateur, vous n’êtes ni l’écran, ni les images qui s’y projettent. Observez le défilé de vos pensées sans jamais devenir acteur, sans jamais vous prendre au jeu. Pourtant, l’esprit vous sollicite de multiples manières pour que vous entriez dans la danse, que vous preniez parti, ressentiez pleinement les diverses émotions qui vont naître. Mais votre être profond n’est en rien affecté par ces réflexions. Vous êtes, nous dit la tradition bouddhiste, comme le ciel immuablement pur sur lequel passent les nuages” ou bien, exprimé ainsi dans la tradition hindoue : L’homme ressemble à deux colombes perchées sur un cerisier. L’une picore les fruits tandis que l’autre regarde en silence.

A travers une pratique suivie, vous réaliserez l’impermanence et la non-réalité des processus de réflexion. Les idées passent et, si personne n’est là pour les saisir, elles disparaissent comme des bulles de savon. Pourtant, comme ces bulles, les pensées semblaient avoir une forme, des couleurs, un mouvement. Laisser passer ? Mais l’activité mentale, direz-vous, s’avère tout de même vitale! Elle l’est, certes, lorsqu’il faut agir et prendre des décisions. Mais la conscience est plus vaste et plus profonde : l’action et la réflexion n’en sont qu’une partie, dont la méditation éclaire la relativité. Faites l’expérience, continuez à observer : vous êtes assis, immobile dans l’instant présent. L’une des évidences qui naît de cette observation réside dans le fait que la majeure partie des pensées et réflexions concerne le passé ou le futur : “Lorsque j’aurai terminé ma méditation, je me sentirai vraiment bien “, ” J’ai moins mal au dos qu’hier “, ” Il faut que je téléphone à Martine”, etc. Quelle est l’utilité de ces pensées, quand je suis dans l’instant présent ? Rien de ce qui est évoqué n’existe en cet instant !

Par cette méditation, vous prendrez conscience petit à petit de l’encombrement mental incroyable que nous entretenons à longueur de journée : milliers de pensées faisant surgir images et émotions, questions sans réponse, ruminations stériles, … Si vous laissez défiler ces pensées parasites, sans les saisir, sans vous identifier à elles, elles vont s’éteindre d’elles-mêmes de plus en plus rapidement et l’état de tranquillité qui demeure en vous se chargera d’occuper votre espace mental.

Dans cette contemplation sereine de l’activité mentale, vous remarquerez aussi qu’il existe un intervalle entre deux pensées, un silence. Prenez conscience de cette pause, laissez-la vivre, se manifester sans attachement. Progressivement, cet espace entre deux pensées grandira, en même temps que les réflexions se feront moins nombreuses, vous offrant l’expérience indicible de la véritable paix intérieure. La pratique de la méditation, telle qu’elle vous est proposée ici, vous permet d’observer les processus mentaux ou émotionnels, afin de vous libérer de leurs contraintes. Elle devient active ensuite dans tous les moments de la vie quotidienne. Sans aucune connotation philosophique ou religieuse, cette forme de méditation trouve sa place dans l’Art de vivre.

Share This Post

Professeur de qi gong et de tai chi chuan, créateur de l'école Nuage~Pluie