Share This Post

Théories du taijiquan

Une application du fouet simple par Yang Chengfu dans son livre de 1931

太極拳論 tàijí quán lùn

Tout mon enseignement est tissé d’un seul fil.

Confucius

氣 勁 意

Le taijiquan nous aide à développer notre  qì indirectement : le travail principal passe par une focalisation sur le développement de 勁 jìn, la force intelligente ou  compétence. Lorsque nous parlons du 功夫 gōng fu d’une personne, nous faisons référence en effet à son jìn, sa compétence martiale.

Le jìn est développé par l’attention consciente portée aux divers exercices de l’art : c’est à dire, par l’application du 意 yì, l’intention ou la volonté. On dit que le yì dirige le qì. Ainsi lorsque nous portons toute notre attention dans l’exécution de nos gestes, nous effectuons un exercice qui a pour effet d’accumuler et de faire circuler le qì. Mais ce n’est pas ça le but – le but est de développer le yì, et cela dans le contexte d’un art martial, à but martial. Le résultat de cet entraînement interne est de pouvoir projeter toute sa force focalisée à 100% dans un seul mouvement.


Leçons

Share This Post

Professeur de qi gong et de tai chi chuan, créateur de l'école Nuage~Pluie