Share This Post

Introduction à la dynamique du taijiquan

L’appareil locomoteur humain, ou appareil musculo-squelettique, est le système d’organes qui confère à l’humain l’aptitude à se mouvoir physiquement. Il se compose du système musculaire, du squelette osseux et cartilagineux ainsi que les éléments rattachés tels que les ligaments, les tendons, etc. L’ensemble formé par tous ces éléments permet la locomotion, mais également la préhension, la communication verbale et non verbale. Si l’appareil locomoteur a un rôle dans le mouvement et la motricité, il a également un rôle dans l’absence de mouvement et le maintien de la posture que ce soit en position debout ou assise. Il permet par ailleurs le maintien de la structure et de la forme du corps humain et la protection de la plupart des viscères. L’appareil locomoteur joue également un rôle dans des fonctions plus vitales, comme la respiration , des fonctions alimentaires, la continence urinaire et fécale, ou encore les sens de l’audition et de la vision pour partie.

Si nous disposons tous d’un système musculo-squelettique, nous ne sommes pas égaux dans son usage. S’il est vrai qu’une personne dotée de muscles plus gros peut soulever des objets plus lourds, le physique seul n’est pas un prédicteur fiable du résultat d’un concours de force. Nous applaudirons chaque fois qu’une personne de petite taille surmonte une plus grande dans les sports et les arts martiaux. Les facteurs de génération de force corporelle ne concernent pas seulement le développement des muscles, mais surtout la manière dont ils sont recrutés et comment ils s’alignent dans la coordination.

Nous sommes présumés avoir le contrôle de nos muscles volontaires, mais de nombreuses activités musculaires, lorsque nous agissons, opèrent sous le radar de notre conscience. Nous pouvons avoir le commandement de l’action, par exemple se toucher le nez, mais entre la commande émise au sommet de la hiérarchie du système moteur du corps et la sortie finale du signal pour activer les muscles, il y a tout un complexe d’activités neuronales, dont nous ne sommes pas conscient. La communication avec les muscles peut suivre la même voie neuronale, mais les signaux neuronaux ne sont pas les mêmes. Nous n’avons aucun contrôle direct sur ce qui se passe dans l’énorme intervalle des processus neuronaux, et nous ne connaissons que le résultat final de l’action elle-même – le doigt touchant le nez.

Les athlètes d’élite sont-ils nés ou fabriqués ?

Le système nerveux ou système neuronal est un système biologique animal responsable de la coordination des actions avec l’environnement extérieur et de la communication rapide entre les différentes parties du corps. Le système nerveux central ou névraxe est la portion du système nerveux constituée d’une part de l’encéphale, regroupant le cerveau, le tronc cérébral et le cervelet ; d’autre part de la moelle épinière. Il a un rôle de réception, de traitement, d’intégration et d’émission des messages nerveux.

Nous comptons sur l’entraînement pour améliorer nos actions, mais nous devons avoir foi que le système neuronal établira les bonnes connexions pour recruter et aligner les muscles. Même pour les athlètes professionnels, la pratique peut parfois heurter un mur, une incapacité à progresser. Cela indique que certaines réponses du système nerveux central sont des obstacles à l’entraînement.

Dans le contexte du taijiquan, il est enrichissant d’interroger la neurobiologie pour trouver s’il existe une faculté dans le cerveau qui intègre l’afflux de données sensorielles pour produire la force maximale dont le corps est capable.

Examiner la mécanique de la puissance de la taille délimite un terrain où solliciter la physiologie,  la physique, et la théorie du yin~yang, pour étudier les facteurs de génération de la puissance de la taille. L’approche oblige à évaluer les concepts ésotériques du taijiquan en termes de science.

Il s’avère que la régulation que nous recherchons dans le gouffre des activités neuronales pour discipliner les activations musculaires sous-jacentes au mouvement corporel d’une action ne réside pas dans la science, mais dans les concepts traditionnels du qì et la théorie du 陰 yīn yáng. La méthodologie de taijiquan fournit un chemin de solution pour surmonter les obstacles d’entraînement qui découlent des réponses du système neuronal.

Share This Post

Professeur de qi gong et de tai chi chuan, créateur de l'école Nuage~Pluie