Share This Post

Coude

Coude, Yang Jwing-Ming

肘 zhǒu

Ce caractère signifie tout simplement coude et à première vue, il semble étrange que les coudes ou les techniques de coude soient considérées comme ayant leur propre jìn. Mais si on reçoit un coup de coude, en particulier par un pratiquant d’un styliste interne qualifié, il devient évident qu’il y a une saveur particulière dans ce type de frappe. Afin de manifester la force interne et de l’enfoncer dans le corps d’une autre personne, cette force doit être générée via une cascade de contractions musculaires, le système nerveux bien entraînée répondant à l’intention de l’esprit, ainsi qu’un alignement et une structure appropriés transmettant la puissance à l’adversaire par les membres.

Plus il y a d’articulations, plus il y a de chances que la structure et l’équilibre de la musculature autour des articulations soient incorrects, les fuites et la création de tangentes engendrent une perte de puissance et une mauvaise circulation de celle-ci. L’utilisation du coude comme arme est très très simple et puissante et, dans la plupart des cas, tient ses promesses . Cela est dû au fait qu’il élimine les articulations du système avant que la puissance soit délivrée. Dans le tai-chi-chuan de style Chén, par exemple, il est courant de voir les coudes se poser sur le torse et le torse se tordre rapidement (發勁 fājìn) pour délivrer le coude dans la cible, en enlevant toutes les articulations du bras et en liant l’arme directement au champ de cinabre. Un adage dit: Même les maîtres craignent les coudes des jeunes.

Share This Post

Professeur de qi gong et de tai chi chuan, créateur de l'école Nuage~Pluie