Share This Post

04 – Saisir la queue du moineau, parer à droite

右掤 yòu bīng

Parer à droite est la quatrième posture de la Forme en trente sept postures du professeur Cheng Man Ching

r la  plus grande partie de votre poids sur votre jambe gauche jusqu’à ce que votre pied droit repose sur ses orteils. Simultanément, tournez votre main gauche pour que la paume soit vers le bas pendant que votre paume droite est vers le haut (Photo 10).

Relâchez votre épaule gauche, tournez votre cuisse droite vers la droite, tournez vos orteils droits d’environ 45 °, et déplacez votre pied droit de 10 cm (quatre pouces) à l’avant de sa position précédente et placez d’abord le talon à l’endroit précédemment occupé par les orteils.

Parer à droite, forme en 37 pas

Déplacez 70% de votre poids vers votre jambe droite pliée. Votre torse supérieur est maintenant dans la position parer à droite. Votre bras droit se positionne avec la paume vers votre poitrine, le coude légèrement vers le bas, et votre bras gauche, coude vers le bas, a sa paume tournée vers l’extérieur à mi-chemin entre votre poignet et votre coude droits, mais sans toucher. Enfin, étirez votre jambe gauche et tournez légèrement votre pied gauche en pivotant sur le  talon (Photo 11).

Vous faites maintenant directement face à l’est.

Caractéristiques

Figurant parmi les quatre techniques de la séquence Saisir la queue de l’oiseau, 掤勁 pĕng jìn consiste à exercer une force d’expansion avec le bras vers l’avant en extension, dans un mouvement de pronation. Souvent traduit par parer, pĕng jìn reste avant tout une technique en expansion consistant soit à parer-intercepter (截 jié) par un croisement au niveau des bras, soit à attaquer les défenses ou les points vitaux de l’adversaire.

掤勁 pĕng jìn combine deux forces (勁 jìn) qui s’opposent et se complètent : le 纏絲勁 chán sī jìn, la force qui s’enroule comme le fil de soie, et le 發勁 fā jìn, la force qui jaillit. Chán sī jìn se caractérise par un mouvement souple, circulaire, en spirale, lent ou rapide. Elle est principalement utilisée dans la phase initiale et de défense de pĕng jìn. L’intention d’attaque de pĕng jìn s’exprime par la force qui jaillit. La technique est alors rapide, puissante, comme le tonnerre qui frappe. Dans la courbe de pĕng jìn, il y a une droite où l’énergie s’accumule pour ensuite jaillir lors de l’attaque.

Relâchez la taille et faites plonger le qì doucement vers le champ de cinabre inférieur. Tournez la taille puis avancez d’un pas pour former la posture de l’arc (弓步 gōng bù). La main  droite s’étend vers l’avant, en expansion, puis se positionne en bouche du tigre, paume face à votre visage au niveau des yeux. Étirez l’énergie interne jusqu’à l’extrémité de l’index de la main droite. Les doigts de la main gauche se rapprochent de la paume droite. La tête est  érigée vers le haut. La trajectoire des bras et des mains doit décrire une courbe et le mouvement ne doit présenter aucune discontinuité. À l’extérieur, les bras sont souples, à l’intérieur se cache la dureté. Il ne faut pas avoir de la force mais il ne faut pas non plus être sans force.

Intention

Le schéma corporel interne de 掤勁 pĕng jìn peut s’aborder par le travail de la poitrine dans son mouvement de fermeture et d’ouverture. Une fois le travail de rotation mis en place, l’abdomen joue le rôle d’une pompe qui puise l’énergie du sol. Au fur et à mesure, les viscères s’assouplissent. Combiné avec le travail d’alternance des reins et de rotation de la taille, un mouvement circulaire s’imprime dans le ventre, comme une boule d’inertie tournant autour du nombril et prenant progressivement de la vitesse et de la force. Pĕng jìn prend donc son origine dans les reins et commence son parcours dans le champ de cinabre inférieur. Son énergie se diffuse dans tout le corps. Ce mouvement aide à se centrer et à faire communiquer toutes les parties du corps avec le centre (champ de cinabre) selon les six directions: haut-bas, gauche-droite, avant-arrière. Au cours de ce mouvement, le corps est comme un ballon qui se gonfle. L’énergie interne, le 氣 qì, est étirée jusqu’à l’extrémité de l’index de la main droite, le long du méridien du gros intestin. L’intention (意 yì) se porte sur les méridiens yang localisés à l’extérieur du bras.

Indications

  • Vide d’énergie des reins
  • Plénitude de chaleur du cœur
  • Douleurs abdominales, constipation
  • Céphalée, asthme, rhinite allergique
  • Fatigue, troubles émotionnels
  • Syndrome d’obstruction douloureuse de la poitrine
  • Sensations vertigineuses, acouphènes

Share This Post

Professeur de qi gong et de tai chi chuan, créateur de l'école Nuage~Pluie