Tiandi

L’empereur Taizong recevant l’envoyé tibétain

L'empereur Taizong recevant l'envoyé tibétain, détail Taizong, Yan Liben

步辇图 Bùniǎn Tú

Au septième siècle, le Tibet est devenu de plus en plus puissant. En 634, Songtsen Gampo envoya un émissaire à Chang’an, la capitale de la dynastie Tang, pour proposer un mariage. L’empereur Taizong des Tang (唐太宗 Táng Tàizōng; 600-649) accepta la proposition et décida de lui donner en mariage sa fille, la princesse Wencheng (文成公主 wénchéng gōngzhǔ). En 641, Gar Tongtsen Yülsung (祿東贊), le premier ministre de Songtsen Gampo, vint à Chang’an pour accompagner la princesse au Tibet. Elle apportait avec elle de nombreuses graines de légumes, du thé, des livres et des artisans qui ont joué un rôle très important dans le développement culturel et économique du Tibet.

La princesse Wencheng fut avec la mythique princesse népalaise Bhrikuti l’une des deux épouses les plus connues du roi et empereur tibétain Songtsen Gampo. La tradition tibétaine attribue l’introduction du bouddhisme et la fondation du temple de Jokhang à ces deux reines, considérées comme deux incarnations du bodhisattva Tara. Elle est aussi appelée en tibétain Gyasa, la reine chinoise.

L’empereur Taizong recevant l’envoyé tibétain (également appelé 步辇图, Bùniǎn Tú ) est une peinture sur soie de Yan Liben (閻立本 Yán Lìběn 600–673). Comme pour d’autres peintures chinoises très anciennes, le rouleau de Pékin est probablement une copie postérieure fidèle de l’original de Yan Liben, peut-être de la dynastie Song, mais les sceaux des collectionneurs impériaux et les commentaires ajoutés montrent qu’il était très apprécié depuis au moins le début. du 14e siècle.

Yan Liben était habile dans les projets de travaux publics, mais est devenu particulièrement connu pour ses compétences artistiques. C’est pour cette raison que l’empereur Taizong , le deuxième empereur de la dynastie Tang, a chargé Yan de peindre des portraits pour commémorer les 24 grands contributeurs de son règne au pavillon Lingyan et les 18 grands érudits qui ont servi sous lui lorsqu’il était prince de Qin.

L’empereur est assis sur dans une chaise à porteurs entouré de servantes tenant des éventails et un baldaquin. Il a l’air tranquille et calme. A gauche, une personne en rouge est un fonctionnaire de la cour royale. L’envoyé se tient à l’écart, sérieux, et tient l’empereur en admiration. La dernière personne est un interprète.

Yan Liben utilise des couleurs vives pour représenter la scène. De plus, il décrit habilement les personnages, rendant leur expression réaliste. Il dépeint également l’empereur et le fonctionnaire chinois plus grands que les autres pour souligner le statut de ces personnages.


Aller à la barre d’outils