Tiandi

L’ours, un emblème totémique

Cette petite mais fascinante sculpture en bronze doré représente un ours dodu assis sur ses hanches dans un moment de repos alors qu’il se gratte. En paix avec lui-même et avec le monde, l’ours semble profiter du moment et manque totalement de la férocité qui caractérise la plupart des représentations d’animaux sauvages de la dynastie Han.

L’ours est un emblème totémique populaire en Chine depuis l’antiquité. Les mythes fondateurs de la Chine soutiennent que le légendaire Empereur Jaune (黄帝 Huáng Dì)  vécu avec sa tribu dans le nord-ouest, vraisemblablement dans la province moderne du Shanxi, mais qu’ensuite il migra vers Zhuolu, dans la province actuelle du Hebei, où il serait devenu agriculteur et aurait apprivoisé six types différents de bêtes féroces, y compris l’ours (熊 xióng) avec lequel l’Empereur Jaune est depuis lors lié. 

Selon la légende, Gun (鲧 Gǔn) qui aurait été l’arrière-petit-fils de l’Empereur Jaune et le père de Yu le Grand (大禹 Dà )  vola une terre spéciale avec laquelle il prévoyait de construire des digues pour tenter de contrôler le fleuve Jaune, ses inondations récurrentes étaient dévastatrices ; il échoua dans sa mission, cependant, et, comme punition pour son vol, il fut tué par 祝融 Zhùróng, un des dieux du feu. Le cadavre de Gun se transforma en ours jaune (黄熊 huáng xióng)  et sauta dans une piscine ; plusieurs années plus tard, un ours d’or – autrement dit être un dragon d’or – émergea de l’estomac du cadavre et monta au ciel, où l’Empereur Jaune lui ordonna d’achever le travail de son père en apprivoisant les eaux du fleuve jaune. Cet ours s’est avéré être nul autre que Dà Yǔ, qui, selon la croyance populaire, contrôla héroïquement les inondations et devint l’ancêtre mythologique de la dynastie Xia. Ainsi, même si son symbolisme exact n’a jamais été explicitement déclaré, l’ours a été largement associé aux dirigeants légendaires et aux mythes des fondations nationales depuis les temps les plus reculés. À partir de la dynastie Han et probablement même beaucoup plus tôt, les ours ont été associés aux prouesses militaires, au chamanisme et à l’immortalité. En corollaire, on peut noter que les mots ours (熊 xióng), mâle,  puissant (雄 xióng), poitrine, coeur (胸 xiōng), méchant, féroce (兇 xiōng), poitrine, clameurs (匈 xiōng) sont des homonymes en chinois, une connexion qui parle probablement d’elle-même. en termes de symbolisme. 

Les ours ont été représentés dans l’art chinois au moins dès la dynastie Shang, les récipients en bronze et en céramique étaient souvent équipés de pattes en forme d’ours,.

Généralement par ensembles de trois, les ours sont représentés reposant sur leurs hanches et supportant le périmètre du récipient sur leurs épaules. Ces figures de l’âge du bronze présentent généralement des ours dans des poses formelles symétriques bilatérales, agenouillés ou reposant sur leurs hanches. 

Longtemps en Europe le roi des animaux ne fut pas le lion mais l’ours, admiré, vénéré, pensé comme un parent ou un ancêtre de l’homme. Les cultes dont il a fait l’objet plusieurs dizaines de millénaires avant notre ère ont laissé des traces dans l’imaginaire et les mythologies jusqu’au cœur du Moyen Âge chrétien. De bonne heure l’Église chercha à les éradiquer. Prélats et théologiens étaient effrayés par la force brutale du fauve, par la fascination qu’il exerçait sur les rois et les chasseurs et surtout par une croyance, largement répandue, selon laquelle l’ours mâle était sexuellement attiré par les jeunes femmes. Il les enlevait et les violait. De ces unions naissaient des êtres mi-hommes mi-ours, tous guerriers invincibles, fondateurs de dynasties ou ancêtres totémiques.

Aller à la barre d’outils