Aller à la barre d’outils

Régulariser la respiration

調息吐納 diào xī tǔ nà

Premier mouvement du qi gong général pour préserver la santé

L’esprit se concentre dans le champ de cinabre.

  1. Sur l’inspiration

Ouvrir le pied à gauche, parallèle au pied droit. Les pieds écartés de la largeur des épaules avec le poids du corps bien réparti et l’aplomb au milieu de l’espace entre les deux pieds; les mains s’élèvent lentement, à la hauteur des épaules, les poignets comme tirés vers le ciel, les paumes vers le bas; le regard est vers l’avant

  1. Sur l’expiration

L’intention passe dans la paume des mains qui descendent en appuyant jusqu’au niveau du dantian , les coudes sont légèrement relâchés, tombants et les bras fléchissent à peine pendant que les genoux fléchissent pour former la « posture du cavalier » ou «  pas du cheval » (馬步, mǎ bù); les doigts s’écartent légèrement et leur pointe est dirigée vers l’avant.

  1. Sur l’inspiration

Les mains appuient légèrement vers l’avant puis s’élèvent lentement jusqu’à la hauteur des épaules, les bras s’étendent légèrement vers l’avant, les genoux se redressent. Le regard est toujours horizontal, vers l’avant.

  1. idem 2
  2. idem 3
  3. idem 2
  4. idem 3
  5. idem 2

Refaire une fois l’exercice de 1 à 8.

Remarques

  • Le mouvement s’effectue en respectant l’axe vertical Cent réunion – Convergence des Yin.
  • Lorsque les mains montent les épaules et les coudes sont relâchés, légèrement tombant vers le bas, les mains restent dans l’axe des avant-bras; la poitrine est légèrement rentrée.
  • D’une façon générale les mouvements sont exécutés avec lenteur et fluidité; cette lenteur contribue à faciliter la fluidité du sang.
  • Les mains adoptent la position dite “Forme des mains pour prendre l’énergie” : les doigts sont doucement étendus vers l’avant et la paume incurvée, de l’intérieur, aux points Palais du labeur afin de capter l’énergie de l’univers.

Cet exercice apaise le mental. Il est recommandé dans la prévention de l’asthme et de la bronchite, de plénitude de la poitrine, de cardiopathies et de coronaropathie.

L’action de l’énergie perverse peut être massive ou modérée ; lorsqu’elle est en excès, elle est dite en “plénitude”.

Laisser un commentaire