脈

脉 mĂ i : veine, artĂšre, pouls, nerf

Mains, huile sur toile de lin, Ho Lihuai
脉 mĂČ
affectueusement
脉 mĂ i
vaisseau sanguin,veine, artĂšre, pulsation, pouls, nerf
月 yuĂš
Lune, mois, 74e radical
æ°ž yǒng
pour toujours, Ă©ternellement

A cĂŽtĂ© de 月, correspondant ici Ă  肉, la chair qui indique que la notion se comprend dans un corps de chair, se trouve le caractĂšre æ°ž: perpĂ©tuel, continuel.

脉 mĂ i : veine, artĂšre, pouls, nerf

L’Ă©tymologie traditionnelle y voit l’Ă©coulement perpĂ©tuel de æ°Ž l’eau dans son rĂ©seau souterrain. Les graphies archaĂŻques montrent ć· l’extension de l’eau, un fleuve qui se dĂ©veloppe pour dĂ©rouler son cours majestueux et incessant et organiser son rĂ©seau d’affluents et de cours secondaires.

ć€«è„ˆè€…ïŒŒèĄ€äč‹ćșœäčŸ

Suwen chapitre 17

Un caractĂšre plus ancien met èĄ€, le sang, Ă  la place de 月, la chair, pour former le rĂ©seau par lequel le sang s’Ă©coule perpĂ©tuellement dans le corps Ă  l’image de l’Ă©coulement organisĂ© de l’eau sur et dans la terre.

Le terme 脈 est souvent employĂ©, en dehors des textes mĂ©dicaux, pour indiquer les circulations souterraines qui animent la terre, suscitant sa fertilitĂ©, faisant surgir les chaĂźnes de montagnes; ou encore ce qui circule en profondeur et se perpĂ©tue comme dans une lignĂ©e gĂ©nĂ©alogique.

è„ˆæ°Łæ”ç¶“ mĂ i qĂŹ liĂș jÄ«ng
Les souffles des mai s’Ă©coulent aux mĂ©ridiens,
ç¶“æ°Łæ­žæ–Œè‚ș jÄ«ng qĂŹ guÄ« yĂș fĂši,
les souffles des méridiens se reportent au poumon,
è‚ș朝癟脈 fĂši chĂĄo bǎi mĂ i
le poumon reçoit en audience les cent circulations vitales
茞çČŸæ–ŒçšźæŻ› shĆ« jÄ«ng yĂș pĂ­ mĂĄo
pour les rĂšgler.

Ce qui circule dans les mĂ i est beaucoup plus que la substance liquide, eau ou sang ; c’est la puissance invisible qui dĂ©veloppe la vie, lui permet de s’Ă©tendre et de durer. Les mĂ i, dĂ©positaires (ćșœ fǔ) du sang, sont ainsi aussi appelĂ©s le logis des esprits (焞 shĂ©n).

La palpation ou prise des pouls permet ainsi de connaßtre la personne, dans son état présent, dans son histoire, dans sa nature fondamentale.

Permettant l’Ă©coulement du sang selon ses voies et dans ses conduits, les mĂ i gardent les essences et font partie des six Organes extraordinaires.

ćżƒè—è„ˆ xÄ«n cĂĄng mĂ i
Le cƓur thĂ©saurise les circulations vitales
脈舍焞 mĂ i shě shĂ©n
qui sont le logis des esprits.

Le rĂ©seau de l’animation perceptible au pouls

Photographie d'un médecin taoïsten prenant les pouls d'un patient.
La prise des pouls par un médecin taoïste

脈 mĂ i se traduit soit par circulations vitales , soit par pouls. Il ne s’agit cependant pas de deux sens distincts, mais d’une mĂȘme signification Ă  double face.

  • Toutes les circulations du sang et des souffles dont le dĂ©ploiement est en dĂ©pendance du cƓur.
  • La part du corps liĂ©e au cƓur.
  • Les mĂ©ridiens.
  • Les pouls oĂč l’on jauge l’Ă©tat et les caractĂ©ristiques de cette circulation, ainsi que le rapport du sang et des souffles.
  • L’une des six entrailles extraordinaires en tant que courant de souffles dont la puissance empĂȘche l’Ă©garement du sang. Les mĂ i sont le logis des esprits (焞 shĂ©n), ainsi que l’entrepĂŽt, la rĂ©sidence (ćșœ fǔ) du sang.
  • StĂ©rilitĂ© par amĂ©norrhĂ©e ou par menstrues perpĂ©tuellement irrĂ©guliĂšres.
  • Nervures de feuille
  • Ce qui ressemble Ă  une veine filon, veine, chaĂźne de montagne, lignĂ©e gĂ©nĂ©alogique, sĂ©rie d’arguments.
  • Veine.

Les artĂšres et les veines modifient automatiquement leur calibre. Elles se contractent ou se dilatent sous l’influence des nerfs de leur tunique musculaire.

Carrel in L’homme, cet inconnu

Un lacis de veines drues se tordait sur ses mains que n’agitait pas le tremblement habituel aux vieillards.

Theophile Gautier in Le Roman de Ia momie

Sous tant de noms divers, ce n’Ă©taient toujours que deux rues, mais les deux rues mĂšres, les deux rues gĂ©nĂ©ratrices, les deux artĂšres de Paris. Toutes les autres veines de la triple ville venaient y puiser ou s’y dĂ©gorger.

 (Hugo in Notre-Dame de Paris

Points comportant cet idéogramme

En nom principal

  • Vaisseau des convulsions
  • Vaisseau ceinture
  • Vaisseau impĂ©tueux
  • Vaisseau d’Ă©tirement
%d blogueurs aiment cette page :