Bois

no comments

木 mù

Paysage dans une forêt, détail, paravent à six feuilles en bois laqué, Phạm Phạm Hầu (1903-1995)
Paysage dans une forêt, détail, Phạm Phạm Hầu

東方生風
風生木
木生酸
酸生肝
肝生筋
筋生
肝主目
其在天為玄
在人為道
在地為化
化生五味
道生智
玄生
神在天為風
在地為木
在體為筋
在髒爲肝
為蒼

為呼
在變動為握
在竅為目
在味為酸
在志為怒
怒傷肝
悲勝怒
風傷筋
燥勝風
酸傷筋
辛勝酸

素問 Sùwèn 5

Le bois se dresse, souple et fort, comme l’arbre qui tire sur sa sève et ses racines pour s’élever, vers les hauteurs, pour déployer ses branches qui remuent dans le vent.

shí SaisonPrintempschūn
ClimatVentfēng
Action de la saisonGénérershēng
五方wǔ fāngCinq directionsQuadrant occidentaldōng
xīng PlanèteJupiter木星
歲星
mùxīng
suìxīng
zàng Organe pleinFoiegān
Organe creuxVésicule biliairedǎn
五體wǔtǐCinq partiesMusculairejīn
màiPouls En cordexián
sè CouleurVert azurécāng
五聲wǔ shēng Cinq sonsCri
yīn Cinq notesJuejué
qiào OrificeŒil
變動biàn dòngMouvementSerrement
五神wǔ shénCinq espritsHunhún
五誌wǔ zhìCinq vouloirsColère
五榮
wǔ róng
huá
Cinq splendeurs
meilleure partie
Ongleszhǎo
wèiSaveurAcidesuān
NombreTroissān
wǔ yèCinq fluidesLarmeslèi
VertuHumanitérén
xiùOdeurRance sāo
谷物gǔ wùGrainBlé mài
shēngAnimal domestiquePoulet
Vue aérienne des fleurs de cerisier dans un jardin de thé de la ville de Zhangping, dans la province du Fujian, au sud-est de la Chine.
Vue aérienne des fleurs de cerisier dans un jardin de thé de la ville de Zhangping, dans la province du Fujian, au sud-est de la Chine.

Le caractère 木 montre un arbre avec le tronc, les branches et les racines. On peut y voir la poussée qui fait sortir de terre et croître l’arbre ou le végétal : la jeune pousse 屮 et ses racines; la force de l’élan, représentée par | le trait vertical, et la luxuriance des branches par le trait horizontal supérieur, s’appuient sur la richesse et la solidité des racines; les traits inférieurs bilatéraux.

  • Positionné à l’est (東 dōng), le bois donne l’élan et fait jaillir; il pousse la plante au jour, hors de terre, sans cependant déraciner; il fait monter la sève vigoureusement dans la fibre végétale, jusqu’aux extrémités des plan-tes et des arbres, les faisant pousser, préparant fleurs et fruits.
  • Plié, il se redresse, comme une branche verte, vivante et souple; la rigidité, manque d’irrigation, est signe de mort.
  • Il excite et stimule, met en mouvement et remue comme les feuilles et les branches au vent (風 fēng).
  • Il aime s’étendre et se déployer, loin et sans obstacle, comme la végétation qui pousse verticalement mais aussi se fraye un chemin et se répand avec rapidité.
Représentation du cycle d'engendrement dans les cinq mouvements
  • Le bois (木 mù) nourrit le feu (火 huǒ) : le bois engendre le feu.
  • Chaque printemps, le bois de la charrue ouvre et laboure la terre (土 tǔ) : le bois domine la terre.

Il est le foie (肝 gān) en ce sens que les souffles du foie sont analogues à ceux du bois; leur fonctionnement de base est un élan puissant qui pousse vers le haut et vers l’extérieur, mais dont la force repose sur la richesse du sang et la capacité du foie à le garder.

  • Le 隂 yīn, le liquide sanguin, sert de fondation et de source au 陽 yáng, la force des souffles : l’eau engendre le bois.
  • L’impulsion donnée aux circulations libère les voies pour le sang du cœur : le bois engendre le feu.

L’excès de ce mouvement se traduit par le déchaînement de colère et de fureur, par l’emportement dans les parties hautes du corps, poitrine et tête, d’un sang et de souffles sous grande pression; ou encore par la congestion qui bloque le psychisme ci les circulations. A l’opposé de la souplesse, rigidité et agitation gênent les mouvements musculaires et leur enlèvent force et précision.

Capable de mettre en mouvement, le foie soutient les transports des liquides et nutriments de la rate : le bois domine la terre. Mais trop de force bouscule et affaiblit la rate, excite des remontées en contre-courant dans l’estomac.

肝者 gān zhě
Le foie
罷極之本 bà jí zhī běn
Est l’enracinement de la capacité d’arrêt au point extrême
魂之居也 hún zhī jū yě
La demeure des Hun
其華在爪 qí huá zài zhǎo
Son éclat est aux ongles
其充在筋 qí chōng zài jīn
Sa profusion, dans le musculaire
以生血 yǐ shēng xuè
Il est pour vivifier sang-et-souffles
其味酸 qí wèi suān
Sa saveur est l’acide
其色蒼 qí sè cāng
Sa couleur, le vert azur
此為陽中之少陽
cǐ wéi yáng zhōng zhī shǎo yáng
Il est le shaoyang au sein du yang
通於春氣 tōng chūn qì
En libre communication avec les souffles du printemps
Dominique Clergue
Professeur de qi gong et de tai chi chuan, créateur de l'école Nuage~Pluie
Aller à la barre d’outils