Share This Post

Ding

RĂ©cipient Ă  vin en bronze archaĂŻque de la dynastie Jue Xia, culture Erlitou

錎 dǐng

Le ding est le plus important vase rituel de la tradition et de l’histoire chinoises. DĂšs la plus haute antiquitĂ©, le ding fut considĂ©rĂ© comme l’unique symbole de la lĂ©gitimitĂ© du pouvoir suprĂȘme. Cela est confirmĂ© par les textes anciens, tels le livre des Rites des Zhou, Ă©crit pendant la pĂ©riode des Printemps-Automnes, et le Commentaire de Zuo. Ces textes affirment que sous la dynastie des Zhou, les ding Ă©taient une marque importante du rang social et Ă©taient toujours en nombre impair dans une tombe.

Le vase ding utilisĂ© pour la cuisson et la conservation des aliments, constitue la catĂ©gorie la plus large du corpus des vases rituels. Il est constituĂ© d’un bol rond ornĂ© de deux anses verticales fixĂ©es sur la lĂšvre, et est soutenu par trois pieds. Sa morphologie et la forme de ses
pieds subiront de multiples modifications au cours des siĂšcles, chacune d’entre elles Ă©tant caractĂ©ristique d’une Ă©poque spĂ©cifique.

TrÚs commun en poterie pendant la période néolithique, le ding apparaßt en bronze dans les phases 3 et 4 de la culture Erlitou qui correspondent à la fin de la dynastie des Xia. Ce premier ding est un vase à fond plat, à paroi mince, possédant deux anses verticales et trois pieds creux de forme triangulaire.

Au dĂ©but de la dynastie des Shang, pendant la pĂ©riode Erligang, les ding sont d’une fonte trĂšs fine et ont un corps arrondi et profond, deux petites anses verticales, et des pieds cylindriques et creux, ou trĂšs rarement des pieds aplatis.

Ding, dynastie Shang, période Yinxu
Ding, dynastie Shang, période Yinxu

Pendant la pĂ©riode Yinxu, le corps du ding s’arrondit pour prendre la forme d’un bol, les anses verticales s’épaississent, les pieds deviennent cylindriques et pleins. Parfois la paroi du vase est en forme de S, et les pieds peuvent ĂȘtre plats en forme de dragons stylisĂ©s vus de profil ou d’oiseaux ; dans ce cas les animaux sont toujours reprĂ©sentĂ©s de profil.

Avec la dynastie des Zhou, le ding, vase le plus populaire de l’époque, devient plus trapu et moins profond, les anses sont fixĂ©es de chaque cĂŽtĂ© du corps et non plus sur la lĂšvre comme aux pĂ©riodes prĂ©cĂ©dentes.

Au dĂ©but de la dynastie des Zhou, pendant la pĂ©riode des Zhou Occidentaux, lorsque l’accent Ă©tait mis sur l’étiquette sociale et le respect du rang, les rites (犟 lǐ) dictaient que lors des cĂ©rĂ©monies funĂ©raires neuf ding Ă©taient exclusivement rĂ©servĂ©s au roi, sept Ă©taient pour un prince, et cinq pour un officiel de haut rang. Chacun de ces ding Ă©tant alors utilisĂ© pour cuire diffĂ©rentes variĂ©tĂ©s de viandes et de poissons.

Dessin d'un ding, période des Printemps-Automnes
Ding, période des Printemps-Automnes

Avec les pĂ©riodes des Printemps-Automnes et des Royaumes Combattants, le ding possĂšde un couvercle parfois surmontĂ© de petits animaux en ronde-bosse, des anses fixĂ©es sur le corps du vase, et des pieds galbĂ©s ressemblant Ă  des pattes stylisĂ©es d’un animal.

Ding, période des Printemps-Automnes
Ding, période des Printemps-Automnes

Share This Post

Professeur de qi gong et de tai chi chuan, créateur de l'école Nuage~Pluie
%d blogueurs aiment cette page :