Dynastie Liao

遼朝 Liáo Cháo

La dynastie Liao, également connue sous le nom d’Empire Khitan (契國 Qìdān), est un empire d’Asie orientale qui règne sur la Mongolie, une partie de la Russie orientale et du nord de la Chine continentale entre 907 et 11256 .

Elle est fondée par le Khagan Khitan Yelü Abaoji à la suite de la chute de la dynastie chinoise Tang, et est le premier État à contrôler l’ensemble de la Mandchourie. Presque immédiatement après sa fondation, la dynastie Liao entame un processus d’expansion territoriale, dont la première étape est la conquête du royaume de Balhae par Abaoji. Les empereurs suivants obtiennent le contrôle des seize préfectures en alimentant une guerre par procuration qui provoque l’effondrement des Tang postérieurs (923-936). Ils reçoivent également un tribut du royaume coréen de Goryeo après avoir mené plusieurs guerres contre eux (en). En 1004, suite à de nombreuses escarmouches, la dynastie Liao déclare la guerre à la dynastie Song. Après de violents combats et avoir essuyé de lourdes pertes, les deux empires signent le traité de Chanyuan, mettant ainsi fin au conflit. Par ce traité, la dynastie Liao oblige les Song a reconnaitre les Khitan comme étant leurs égaux et a leur verser un lourd tribut annuel. C’est le début d’une ère de paix et de stabilité entre les deux puissances, qui dure environ 120 ans. Bien que couvrant essentiellement les steppes mongoles, la Mandchourie et quelques provinces du Nord de la Chine actuelle, la majorité de la population sous le contrôle de la dynastie est d’origine chinoise Han.

Les tensions provoquée par le décalage entre les pratiques sociales et politiques traditionnelles des Khitan d’une part et l’influence et les coutumes chinoises d’autre part, sont un trait caractéristique de cette dynastie. Ces tensions provoquent une série de crises de succession; les empereurs Liao favorisant le concept chinois de primogéniture, tandis qu’une grande partie du reste de l’élite Khitane soutient la méthode traditionnelle de succession en faveur du candidat au trône le plus puissant.

Les mœurs et traditions Khitanes et chinoises sont si différentes qu’Abaoji met en place deux gouvernements parallèles : L’administration du Nord gouverne les régions de peuplement Khitan en suivant les pratiques traditionnelles Khitanes, tandis que l’Administration du Sud gouverne les régions à forte population non-Khitane, en adoptant les pratiques gouvernementales chinoises traditionnelles héritées des Tang et de leurs prédécesseurs.

Les différences entre les sociétés chinoises et Khitanes portent notamment sur les rôles des sexes et les pratiques matrimoniales, les Khitans ayant une vision plus égalitaire des sexes, ce qui contraste fortement avec les pratiques culturelles chinoises ou les hommes et les femmes ont des rôles distinct au sein de la société. Ainsi, les femmes Khitanes apprennent à chasser, gèrent les biens familiaux et occupent des postes militaires. De nombreux mariages ne sont pas arrangés, les femmes ne sont pas tenues d’être vierges à leur premier mariage et elles ont le droit de divorcer et de se remarier.

L’empire Khitan est détruit par les Jürchens de la dynastie Jin en 1125, lorsque ces derniers capturent l’empereur Tianzuo. Toutefois, certains survivants du peuple Khitan, menés par Yelü Dashi, partent plus à l’ouest ou ils fondent la dynastie des Liao occidentaux. Connue également sous le nom de Khanat Kara-Khitans, cette dynastie règne sur une partie de l’Asie centrale pendant près d’un siècle, avant d’être conquit à son tour par l’armée mongole de Gengis Khan.

Bien que les réalisations culturelles associées à la dynastie Liao soient très importantes, et qu’un certain nombre de statues et autres objets divers existent dans les musées et autres collections privées, des questions majeures demeurent quant à la nature exacte et à l’étendue de l’influence des Khitan de la dynastie Liao dans les différents domaines de la culture chinoise et Mongole, tels que les arts musicaux et théâtraux.


%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils