Gravité

Neurones et cellules gliales, simulation de l'Univers observable

Tous les systèmes de l’Univers, de la petite échelle de l’organisme humain et de la microscopie de chaque cellule du corps jusqu’aux dimensions cosmiques des astres, fonctionnent selon un même modèle universel. Les lois de la physique sont impitoyables : au moment de l’existence d’une masse, apparaît la force de la pesanteur qui tente de comprimer chaque élément, sans laisser la moindre place vide, ni le moindre espace entre les atomes, les molécules, entre toutes les parties qui la forment, à la compacter et l’aplatir jusqu’au maximum de la densité d’un trou noir. Alors, pour préserver l’espace vital et ne pas s’effondrer sous la fatalité de la pression gravidique, tous les corps physiques et les organismes vivants doivent créer leurs propres forces énergétiques à l’encontre de la pesanteur.

Par ailleurs, la gravitation permet de souder ensemble tous les éléments à l’intérieur d’une structure, maintient leur unité, sans laquelle chaque atome aurait perdu les connexions entre ses électrons, chaque molécule aurait séparés, le corps aurait perdu les connexions entre ses cellules et entre les organes, et les étoiles auraient été dispersées en nuages fragmentés.

Ainsi, tous les systèmes dans l’Univers fonctionnent grâce à l’équilibre dynamique entre les deux forces opposées: la force de la gravité et l’énergie produite à l’intérieur du système pour contrebalancer cette force. Peut-être ces deux forces opposées étaient symboliquement représentées par le mouvement perpétuel du 陰陽 yīnyáng, dans l’ancienne philosophie et la médecine traditionnelle chinoises ?

La présence de la force de la gravité est automatique? sa puissance ne dépend que de la masse du corps physique ou biologique, la création de l’énergie «anti-pesanteur » est totalement « à la charge » du système. Pour contrebalancer la pesanteur, chaque système dans l’Univers doit développer ses propres forces de pression interne, composées du rayonnement électromagnétique produit par le système, de la pression des fluides à l’intérieur du corps et des forces centrifuges, provoquées par les mouvements perpétuels en spirale quand chaque cellule et chaque atome vibrent. Ces forces internes empêchent la pesanteur de comprimer les planètes, les étoiles, mais aussi l’atmosphère terrestre, l’organisme humain et chaque cellule en une coquille dense de la mort.

Et tout comme dans le cycle des étoiles, quand la force exercée vers l’extérieur par l’énergie produite dans le cœur de l’étoile lui permet une vie stable et durable sur la séquence principale, chaque cellule de l’organisme toute sa vie est obligée de développer l’énergie interne pour résister à la pression de la pesanteur. L’état d’équilibre est atteint par l’organisme lorsque la force d’attraction gravitationnelle est compensée par une force de pression interne qui repousse la gravité. La force interne provient de trois sources:

  • de la pression des fluides : le sang, la lymphe, toutes les sécrétions, le liquide entre les cellules et le liquide intracellulaire ;
  • de la force centrifuge qui se produit grâce aux mouvements des cellules du corps qui ne sont pas immobiles, mais vibrent en permanence au rythme d’une valse ;
  • des deux spirales d’ADN.

De ce fait, leurs molécules sont emportées par le mouvement centrifuge qui les empêche de tomber vers le centre d’entonnoir gravidique. Et finalement, tout comme les étoiles, l’organisme produit les rayons électromagnétiques à l’encontre de la pesanteur.

Ces forces de pression interne empêchent la pesanteur de comprimer les cellules et l’organisme en général en une coquille dense et inversement, la pesanteur empêche la pression de diffuser les éléments du corps dans l’espace.

Illustration d'une Cellule pulmonaire animale et d'une cellule végétale de maïs
Observation a d’un pneumocyte (cellule pulmonaire animale) et b d’une cellule végétale de maïs

Orchestrée par la pression de la pesanteur, la densification progressive des tissus est à l’origine du processus de vieillissement, quand les espaces entre les os, dans les articulations s’effondrent, les cartilages dégénèrent, les exsudats inflammatoires collent les tissus et les dépôts des calcifications resserrent les artères en empêchant la circulation du sang. Plus le poids du corps serait lourd, plus puissante serait la force de la gravité, plus dense, plus serré, plus restreint et moins souple serait l’en semble du corps. L’espace vital serait de plus en plus petit, allant jusqu’à l’effondrement final des cellules. Pour cette raison, toutes les pratiques de la longévité surveillent de près le poids du corps, car la légèreté limite la force de la pesanteur. Il n’y a pas de secret: pour vivre longtemps, il faut manger le moins possible et bouger le plus possible afin de ralentir la densification de l’organisme.

Glossary :
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils