Gravité

Gravité
no comments

Tous les systĂšmes de l’Univers, de la petite Ă©chelle de l’organisme humain et de la microscopie de chaque cellule du corps jusqu’aux dimensions cosmiques des astres, fonctionnent selon un mĂȘme modĂšle universel. Les lois de la physique sont impitoyables : au moment de l’existence d’une masse, apparaĂźt la force de la pesanteur qui tente de comprimer chaque Ă©lĂ©ment, sans laisser la moindre place vide, ni le moindre espace entre les atomes, les molĂ©cules, entre toutes les parties qui la forment, Ă  la compacter et l’aplatir jusqu’au maximum de la densitĂ© d’un trou noir. Alors, pour prĂ©server l’espace vital et ne pas s’effondrer sous la fatalitĂ© de la pression gravidique, tous les corps physiques et les organismes vivants doivent crĂ©er leurs propres forces Ă©nergĂ©tiques Ă  l’encontre de la pesanteur.

Par ailleurs, la gravitation permet de souder ensemble tous les Ă©lĂ©ments Ă  l’intĂ©rieur d’une structure, maintient leur unitĂ©, sans laquelle chaque atome aurait perdu les connexions entre ses Ă©lectrons, chaque molĂ©cule aurait sĂ©parĂ©s, le corps aurait perdu les connexions entre ses cellules et entre les organes, et les Ă©toiles auraient Ă©tĂ© dispersĂ©es en nuages fragmentĂ©s.

Ainsi, tous les systĂšmes dans l’Univers fonctionnent grĂące Ă  l’Ă©quilibre dynamique entre les deux forces opposĂ©es: la force de la gravitĂ© et l’Ă©nergie produite Ă  l’intĂ©rieur du systĂšme pour contrebalancer cette force. Peut-ĂȘtre ces deux forces opposĂ©es Ă©taient symboliquement reprĂ©sentĂ©es par le mouvement perpĂ©tuel du 陰陜 yÄ«nyĂĄng, dans l’ancienne philosophie et la mĂ©decine traditionnelle chinoises ?

La prĂ©sence de la force de la gravitĂ© est automatique? sa puissance ne dĂ©pend que de la masse du corps physique ou biologique, la crĂ©ation de l’Ă©nergie «anti-pesanteur » est totalement « Ă  la charge » du systĂšme. Pour contrebalancer la pesanteur, chaque systĂšme dans l’Univers doit dĂ©velopper ses propres forces de pression interne, composĂ©es du rayonnement Ă©lectromagnĂ©tique produit par le systĂšme, de la pression des fluides Ă  l’intĂ©rieur du corps et des forces centrifuges, provoquĂ©es par les mouvements perpĂ©tuels en spirale quand chaque cellule et chaque atome vibrent. Ces forces internes empĂȘchent la pesanteur de comprimer les planĂštes, les Ă©toiles, mais aussi l’atmosphĂšre terrestre, l’organisme humain et chaque cellule en une coquille dense de la mort.

Et tout comme dans le cycle des Ă©toiles, quand la force exercĂ©e vers l’extĂ©rieur par l’Ă©nergie produite dans le cƓur de l’Ă©toile lui permet une vie stable et durable sur la sĂ©quence principale, chaque cellule de l’organisme toute sa vie est obligĂ©e de dĂ©velopper l’Ă©nergie interne pour rĂ©sister Ă  la pression de la pesanteur. L’Ă©tat d’Ă©quilibre est atteint par l’organisme lorsque la force d’attraction gravitationnelle est compensĂ©e par une force de pression interne qui repousse la gravitĂ©. La force interne provient de trois sources:

  • de la pression des fluides : le sang, la lymphe, toutes les sĂ©crĂ©tions, le liquide entre les cellules et le liquide intracellulaire ;
  • de la force centrifuge qui se produit grĂące aux mouvements des cellules du corps qui ne sont pas immobiles, mais vibrent en permanence au rythme d’une valse ;
  • des deux spirales d’ADN.

De ce fait, leurs molĂ©cules sont emportĂ©es par le mouvement centrifuge qui les empĂȘche de tomber vers le centre d’entonnoir gravidique. Et finalement, tout comme les Ă©toiles, l’organisme produit les rayons Ă©lectromagnĂ©tiques Ă  l’encontre de la pesanteur.

Ces forces de pression interne empĂȘchent la pesanteur de comprimer les cellules et l’organisme en gĂ©nĂ©ral en une coquille dense et inversement, la pesanteur empĂȘche la pression de diffuser les Ă©lĂ©ments du corps dans l’espace.

Illustration d'une Cellule pulmonaire animale et d'une cellule végétale de maïs
Observation a d’un pneumocyte (cellule pulmonaire animale) et b d’une cellule vĂ©gĂ©tale de maĂŻs

OrchestrĂ©e par la pression de la pesanteur, la densification progressive des tissus est Ă  l’origine du processus de vieillissement, quand les espaces entre les os, dans les articulations s’effondrent, les cartilages dĂ©gĂ©nĂšrent, les exsudats inflammatoires collent les tissus et les dĂ©pĂŽts des calcifications resserrent les artĂšres en empĂȘchant la circulation du sang. Plus le poids du corps serait lourd, plus puissante serait la force de la gravitĂ©, plus dense, plus serrĂ©, plus restreint et moins souple serait l’en semble du corps. L’espace vital serait de plus en plus petit, allant jusqu’Ă  l’effondrement final des cellules. Pour cette raison, toutes les pratiques de la longĂ©vitĂ© surveillent de prĂšs le poids du corps, car la lĂ©gĂšretĂ© limite la force de la pesanteur. Il n’y a pas de secret: pour vivre longtemps, il faut manger le moins possible et bouger le plus possible afin de ralentir la densification de l’organisme.

Dominique Clergue
Professeur de qi gong et de tai chi chuan, créateur de l'école Nuage~Pluie
Aller à la barre d’outils