Tiandi

Videz la nuque, élevez l’esprit

Au nombre de sept, les vertèbres cervicales constituent la charpente osseuse du cou. La vertèbre la plus supérieure, l’atlas, soutient la tête et garantit sa bonne rotation en lien avec la deuxième cervicale, l’axis. Ces deux vertèbres ont une structure et une forme bien spécifique ; elles sont les clés qui nous permettent de tourner facilement la tête des deux côtés.

Les cervicales inférieures (de C3 à C7) vont évidemment accentuer cette mobilité. Les cervicales en portant la tête sont garantes de sa stabilité. Elles sont sollicitées quasi constamment dans l’orientation de celles-ci et dans son interaction avec l’environnement via la vue, l’odorat, le goût. Elles sont articulées entre elles, comme toutes les vertèbres, par un disque intervertébral, structure fibro-cartilagineuse qui assure les mouvements et l’élasticité du cou.

Crâne aux rayons X du côté droit

L’alignement fonctionnel du cou ne ressemble pas à l’empilement de briques les unes sur les autres. Le poids du crâne entraîne une compression des vertèbres. On peut le ressentir à l’arrière du cou, lorsque le visage est poussé vers l’avant et que la tête n’est pas soutenue. Positionner la tête sur le torse et abaisser légèrement le menton permet au cou de s’étendre doucement vers le haut, ouvrant les 7 vertèbres du cou.

Élever l’esprit est une réponse physiologique à un état neurologique d’alerte et d’engagement, plutôt que d’être déprimé, indifférent et inconscient de notre environnement et de l’activité à laquelle nous participons actuellement.

Regarder vers le bas, la tête baissée et les épaules molles et affaissées permet de détecter facilement cette attitude dépressive chez une personne.

Élever l’esprit n’est certainement pas non plus la posture d’un soldat au garde-à-vous; le menton vers le haut, les épaules en arrière et la poitrine en avant, qui est une position de soumission renforcée cédant à l’autorité.

«À l’aise» serait peut être plus proche d’une posture détendue mais stable.

Cent réunions

顶劲者,头容正直,贯于顶也。

楊澄甫 Yáng Chéngfǔ

La puissance au sommet de la tête (顶劲 dǐng jìn) signifie que le port de tête (头容 tóu róng) est droit (正直 zhèng zhí) permettant ainsi à l’esprit (神 shén) de pénétrer (贯 guàn) le sommet de la tête (顶 dǐng). Par sommet de la tête, il faut entendre le point Cent réunions, 百會 bǎi huì, qui est le vingtième point du vaisseau gouverneur.

Cheng Man Ching, Commencement