La Tigresse, vase you, bronze

La Tigresse, vase you, bronze

Ce you, destiné à contenir des boissons fermentées, est sans conteste l’œuvre la plus célèbre du Musée Cernuschi. La pièce repose sur les deux pattes arrière de l’animal et sur l’extrémité spiralée de sa queue. Un félin, la gueule ouverte, enserre dans ses pattes avant un petit humain blotti contre lui. Le décor foisonnant, constitué de larges motifs animaliers comportant de nombreux dragons de type kui, se détache sur un fond de spirales carrées, caractéristiques de la fin de l’époque des Shang. L’arrière de l’animal, en forme de protomé d’éléphant, est particulièrement majestueux. Un capridé cornu, aux larges oreilles, surmonte le couvercle. L’anse s’articule à l’arrière de masques animaliers pourvus d’oreilles pointues et d’une trompe recourbée.
Le contexte archĂ©ologique de la dĂ©couverte de cette pièce est inconnu. Cependant une tradition orale situe son origine au Hunan, au pied du Mont Weishan, Ă  la bordure des districts de Anhua et de Ningxiang, Ă  l’ouest de Changsha. Deux Ă©lĂ©ments rendent plausible cette provenance « mĂ©ridionale ». Le bronze d’un vert sombre, presque noir, possède une brillance dont sont dĂ©pourvus les vases des anciennes collections de lettrĂ©s. Cet aspect est par contre celui des pièces dĂ©couvertes avec certitude au Hunan. Les you zoomorphes semblent Ă©galement ĂŞtre une autre caractĂ©ristique de la production de cette province indĂ©pendante du royaume plus septentrional des Shang. Plusieurs siècles plus tard, Ă  l’époque du royaume de Chu (IXe s. – 223 av. J.-C.), la spĂ©cificitĂ© culturelle de cette rĂ©gion sera encore plus Ă©vidente.
Le thème d’un fĂ©lin associĂ© Ă  une figure humaine, bien qu’attestĂ© dans le Royaume des Shang, est plus frĂ©quent dans le sud. Il peut ĂŞtre liĂ© Ă  une tradition rapportĂ©e par le Zuozhuan, commentaire ancien des Annales des Printemps et Automnes (VIIIe – Ve s. av. J.-C.) qui rapporte que le petit fils de Ruoao, originaire du Royaume de Chu, du nom de Ziwen, aurait Ă©tĂ© recueilli et nourri par une tigresse alors qu’il Ă©taiti enfant. L’expression sereine du personnage et ses pieds reposant avec confiance sur les pattes du fĂ©lin accrĂ©diteraient ce type d’explication. Une telle lĂ©gende participe de rĂ©cits Ă  caractère totĂ©mique qui fondent l’origine de nombreux clans aristocratiques, mĂŞlant homme et bĂŞte dans une relation de protection ou par une union sexuelle qui donne naissance Ă  un ancĂŞtre mythique. Il est cependant impossible d’identifier une iconographie aussi inhabituelle et l’hypothèse parfois avancĂ©e d’une reprĂ©sentation du sacrifice d’un enfant esclave, symbolisant le mal, ne saurait ĂŞtre totalement Ă©cartĂ©e.

Dominique Clergue
Professeur de qi gong et de tai chi chuan, créateur de l'école Nuage~Pluie

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils