道

dĂ o : doctrine, raison, voie, dire, circuit, intendance

Caractùre 道 dào en style sigillaire

DĂ o

doctrine
raison
voie
dire
circuit
intendance
classificateur pour : lignes, riviÚres, ponts, passes, objets longs, plats cuisinés

道 reprĂ©sente un homme, un chef (驖 shǒu) en train de marcher (ćœłchĂŹ) avec ses pieds (æ­ą zhǐ) sur la route. La composition ancienne a Ă©tĂ© hĂ©sitante, reprĂ©sentant parfois l’homme (äșș rĂ©n) avec ou sans la tĂȘte (驖), la marche avec les deux pieds (èĄŒ xĂ­ng) ou un seul (ćœł), avec ou sans la base (æ­ą) laquelle est parfois rĂ©duite Ă  une main, voire une simple croix


  • ćœł chĂŹ c’est faire un pas du pied gauche, c’est aussi le 60e radical.
  • Le caractĂšre 道 dĂ o est retrouvĂ© sur des vases en bronze, ce qui suppose un sens religieux avant qu’il ne soit employĂ© par les penseurs des cent Ă©coles des Royaumes combattants. Il n’en a pas encore Ă©tĂ© dĂ©couvert de versions dans l’Ă©criture oraculaire sur os, ce qui permet au moins de dire, que le dĂ o n’est pas connu de toute Ă©ternitĂ©, et qu’il est attachĂ© au sens religieux de ces vases.
  • 蟶 chuĂČ,  mouvement , est une clĂ© qui n’apparaĂźt que trĂšs rarement seule. Elle se combine dans d’autres caractĂšres, oĂč elle apporte le sens Ă  la fois de dĂ©part et d’arrĂȘt. On la retrouve dans 逐 zhĂș, poursuivre, chasser. On y retrouve 豕 shǐ, traduit dĂ©sormais par porc, mais dont le dessin sur os est un animal Ă  quatre pattes. Ce qui s’Ă©crit maintenant 蟶 chuĂČ, unifiĂ© par le mouvement du pinceau et la typographie actuelle, a Ă©tĂ© un assemblage de : ćœłchĂŹ, le pas et de æ­ąÂ zhǐ, l’arrĂȘt . Les deux pieds symĂ©triques paraissent trĂšs clairement dans de nombreuses versions anciennes du caractĂšre dĂ o. Le mouvement du dĂ o est dĂ©jĂ  une alternance, une marche.
  • 驖 shǒu, signifie tĂȘte, chef. Dans les inscriptions oraculaires, le caractĂšre ressemble Ă  une tĂȘte de singe, avec l’Ɠil et les cheveux marquĂ©s. Sur les vases de bronze, il reste surtout des cheveux sur un Ɠil, 盼 mĂč. Dans le Classique des vers, le caractĂšre signifie en gĂ©nĂ©ral tĂȘte, avec une occurrence traduisible par chef de clan, mais les mots pour rois ou empereurs sont diffĂ©rents. Des lectures chamaniques insistent sur cette tĂȘte de singe, ce n’est pas impossible, mais c’est encore hasardeux sans plus d’indices.
  • Une tĂȘte, des pieds, l’image semble bien organiser la distinction prĂ©cĂ©dente : le chemin ou ce que tracent les pieds conduits par une tĂȘte, dire, expliquer : les pas qui mĂšnent Ă  une idĂ©e. Toutefois, des significations ne sont pas rassemblĂ©es, le vase de bronze, la tĂȘte de singe, le dieu de la vĂ©gĂ©tation. Un dernier peut apparemment compliquer. Dans les arts martiaux chinois, un dĂ o dĂ©signe un enchaĂźnement de mouvements Ă  valeur pĂ©dagogique, qui dĂ©finissent un style. Cet usage est intĂ©ressant parce qu’il vient du sud de la Chine et de traditions orales indĂ©pendantes de la littĂ©rature.
Paysage revisité, Saskia Boelsums
Paysage revisité, Saskia Boelsums

Dérivés

äŸżé“ biĂ ndĂ o
trottoir
蔀道 chĂŹdĂ o
Ă©quateur
é“ćŸ· dĂ odĂ©
moraddté, morale, éthique
道äč dĂ ofĂĄ
remerciement Ă  quelqu’un pour son travail.
道教 dĂ ojiĂ o
taoĂŻsme
道理 dàolǐ
raison, principe)
é“è·Ż dĂ olĂč
chemin
道䞊䞉角 dĂ oshĂ ng sānjiǎo
triangle suprĂȘme
ç©ș手道 kƍnshǒu dĂ o
karaté
äșș道 rĂ©ndĂ o
humanité
柔道 rĂłudĂ o
judo
愒道 rĂșdĂ o
confucianisme
侖道 shìdào
maniĂšre et morale de l’Ă©poque
è·†æ‹łé“ tĂĄiquĂĄndĂ o
taekwondo
摳道 wùidào
goût, saveur
æ­ŠćŁ«é“ wǔshĂŹ dĂ o
bushido
%d blogueurs aiment cette page :