Share This Post

Contraction isométrique

Moine Shaolin, photographie de Tomasz Gudzowaty

Le régime de contraction isométrique fait partie des 3 régimes de contraction musculaire avec le concentrique et l’excentrique. Cela correspond à la contraction volontaire des muscles agonistes et antagonistes, sans production de mouvement, pour immobiliser les segments osseux. La longueur d’ensemble tendino-musculaire ne change pas. Ainsi, il n’y a pas de déplacement articulaire.

Ce type de travail présente des avantages mais aussi des inconvénients :

Avantages :

  • Une force supérieure à la force concentrique :
    La force maximale isométrique est environ 10 à 15% plus grande que la force maximale concentrique. Elle permet donc créer une plus grande tension musculaire.
  • Faible impact sur la masse musculaire :
    Il semblerait que l’hypertrophie soit peu présente après un travail en isométrie seul. Il peut être avantageux de le faire avec des sportifs qui n’ont pas nécessairement besoin de gagner de la force, via les facteurs structuraux/périphériques.
  • Gain à l’angle de travail :
    Le gain de force en isométrie est en relation direct avec l’angle de travail auquel le travail a été effectué. Il semble intéressant de faire un travail de force isométrique dans les angles proches du geste sportif.
  • Facilité de mise en œuvre :
    L’isométrie est une facilité de mise en œuvre : vous pouvez le faire à poids de corps mais aussi avec des charges additionnelles.

Inconvénients :

  • Gain à l’angle de travail :
    Même s’il parait avantageux de travailler à l’angle proche du geste sportif, on peut se demander s’il n’est pas dangereux uniquement de devenir fort à un angle donné. En effet, un trop grand déséquilibre de force dans la relation force/longueur peut amener des blessures : si le geste se fait dans un angle moins propice à l’exécution du geste, la force développée permettrait-elle d’avoir une protection des structures ?
  • Diminution de la vitesse de contraction :
    La vitesse de contraction du muscle semble être altérée de manière négative par un travail en            isométrie. Il faudrait donc éviter, dans la performance sportive, d’abuser de cette forme de travail. Il est préférable de l’utiliser en combinaison avec d’autres formes de contractions.
  • Augmentation de la pression artérielle :
    Le travail isométrique est à utiliser avec beaucoup de prudence avec un public avançant en âge chez qui les parois des artères ont tendance à devenir plus rigides tout en perdant une partie de leur vasomotricité. Il convient donc de limiter les temps de contraction.
  • Ischémie :
    Lors de contractions isométriques il y a potentiellement des risques d’ischémie locaux. En effet, la contraction prolongée de groupes musculaires va perturber la circulation sanguine et donc l’irrigation de certains tissus. Il est donc préférable de faire 6X10secondes que 1X 60 secondes.

L’isométrie semble être un régime de contraction musculaire utile à condition de l’utiliser correctement et en connaissance de cause. A la fois éducationnel, simple et efficace, ce régime de contraction est souvent mis de côté parce qu’il ne semble pas très spécifique. Il semblerait pourtant qu’il apporte des avantages bien que n’étant pas suffisant en soi. L’association avec des mouvements dynamiques à la fois dans la répétition, série ou séance est une clé pour l’efficacité de ce travail.


Share This Post

Professeur de qi gong et de tai chi chuan, créateur de l'école Nuage~Pluie
%d blogueurs aiment cette page :