Moelles

髓 suǐ

Quintessence des os, la moelle est formée à partir des nutriments, des essences et des qì congénital et acquis des reins. La moelle nourrit à la fois les os et la cervelle.

La moelle est abritée et conservée dans la cavité des os. Suivant sa localisation, elle est désignée différemment :

  • moelle des os,
  • moelle de la colonne vertébrale,
  • moelle de la cervelle.

Du fait que la moelle de la colonne vertébrale communique sans solution de continuité avec le cerveau, sa formation est reliée à l’essence innée et à l’essence acquise.

Fondamentalement, la moelle est engendrée par l’essence des reins ; les substances essentielles extraites des nutriments nourrissent la moelle osseuse, au travers de la cavité osseuse ce qui a pour effet de renforcer le cerveau. Cela explique qu’une insuffisance d’essence innée ou qu’un obstacle compromettant la production de l’essence acquise affectent directement la formation de la moelle.

腎生骨髓 shèn shēng gǔsuǐ
Les reins engendre les os et la moelle
髓生肝 suǐ shēng gān
La moelle engendre le foie

Les fonctions physiologiques de la moelle se manifestent sous trois aspects :

  1. renforcement des os ;
  2. information du cerveau ;
  3. production du sang.

Les reins travaillent la puissance du liquide dans la profondeur, afin de donner souplesse et force à la constitution. L’ambivalence des reins est exprimée dans le double aspect de la structure corporelle qui leur est associée : le suc épais de la moelle donne à l’os sa fermeté et sa droiture ; la solidité de l’os retient à l’interne l’écoulement de la moelle.

La moelle exprime le yīn, l’eau des reins, qui donne sa base au foie : le sang qu’il thésaurise ; il peut alors sortir ses effets yáng.

Dans la pratique clinique, certains désordres du système sanguin, tels que l’aplasie ou, l’anémie, se traitent en renforçant le yīn des reins et en stimulant, en fortifiant ou en reconstituant son essence.

Vue au microscope des cellules de la moelle osseuse
Vue au microscope des cellules de la moelle osseuse, colorées artificiellement. Les cellules qui apparaissent en violet deviendront des globules blancs, celles qui apparaissent en rouge deviendront des globules rouges et des plaquettes.

Dans l’eau abyssale, profonde, se trouve l’énorme poisson Kun, monstre marin qui subit, sous l’influence du souffle primordial, la mutation qui le transforme en oiseau Peng.

Chapitre 14 du Zhuang Zi

Car, pour qu’il y ait vie, il est essentiel au 隂 yīn de fleurir en 陽 yáng, comme au yáng de se flétrir en yīn. L’eau abyssale est le yīn absolu dans lequel le poisson  鯤 kūn représente l’élément yáng qui est dans tout yīn. Sous l’influence du yáng du ciel naît l’être vivant : l’oiseau 鵬 péng, qui naît donc et va mourir. Les moelles sont liquides épais progressant à l’intérieur des os. C’est donc un élément yīn qui donne la forme à la vie, élément contenu, soutenu, par un élément yáng: l’os.

Si nous considérons la moelle sous l’angle de la médecine occidentale, c’est l’origine des cellules sanguines. Nous savons aussi que ces dernières ont besoin de l’érythropoïétine, formée par les cellules rénales pour arriver à leur forme définitive. Nous nous trouvons là face à l’alliance rein~moelle des Chinois.

Dominique Clergue
Professeur de qi gong et de tai chi chuan, créateur de l'école Nuage~Pluie

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils