Shao yin

少隂 shào yīn

Shaoyin

Le yin mineur, en tant que niveau de fermeture des niveaux yin, et dirigé vers les douze organes en profondeur, est présenté comme le plus profond des trois niveaux yin.

Il est constitué du méridien du cœur et méridien du rein, cœur et reins participant étroitement à l’alchimie fondamentale interne de l’eau et du feu, qui conditionne tant l’équilibre que l’évolution de l’homme .

  • Le méridien du cœur, shao yin de la main, feu souverain, pénètre tout et donne l’organisation fondamentale, la raison profonde de l’être. Ses circulations activent la langue, se projettent à l’œil et guident la main. La subtilité le caractérise.
  • Le méridien du rein, shao yin du pied, est lié au yin et au yang originels, à l’eau et au feu authentiques. Il maintient leur relation harmonieuse de façon à ce que leur interaction supporte la vie par tous les organes.

Il forme le cercle externe avec le tai yang, lequel cercle unit le monde extérieur et le monde intérieur. Il s’unit au tai yang à l’auriculaire, lequel verrouille et ferme une prise manuelle en lui donnant sa puissance maximale, laquelle puissance se retrouve encore dans les coups portés avec le tranchant de la main . En bas le tai yang rejoint le shao yin au niveau de la voûte plantaire: pour être bien dressé vers le ciel, l’homme doit être bien campé sur la terre par ses deux pieds ! Ainsi shao yin et tai yang unissent le ciel, l’homme et la terre.

Shao yin est un yin qui n’a pas encore développé toutes les qualités du yin, qui est le début de l’avancée du yin; c’est le yin qui succède au yang et qui progresse vers toujours plus de yin. C’est le jeune yin des textes attachés au 易經 yì jīng, dont une image peut être l’automne, annonciateur de l’hiver.

Cependant, les textes médicaux privilégient une autre interprétation de shao yin : le yin se fait secret, imperceptible; il ne se manifeste plus dans la plénitude des formes et la richesse des substances, mais devient le mécanisme intime de la vie. On ne regarde plus le fruit, mais la graine dont il est mystérieusement issu. Plus profond que le tai yin, mais pas encore tourné vers le yang comme le jue yin, le shao yin joue un rôle de pivot (shū); il est à la charnière de ce qui détermine la vie.

Le shao yin s’enfonce et se fait quasi invisible, sa grandeur n’est pas dans la manifestation, mais dans l’imperceptible; sa puissance est dans le germe, dans la source cachée de la vie. Les deux méridiens shao yin sont liés à ce qui génère et commande la vie à l’intime.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils