Manjushri, dynastie Tang

Manjushri, détail d'un pilastre, dynastie Tang, photographie de Dominique Clergue

Élément de décor architectural, ce pilastre était adossé à une paroi tandis que son tenon devait s’insérer dans le tympan ou le linteau de la porte d’une chapelle ou d’une tombe. Il porte sur ses trois faces visibles un décor en méplat évoquant un paradis bouddhique composé de rinceaux habités d’oiseaux, d’un bébé sur un lotus, de trois bodhisattva alternant avec une figure de lion.

Manjushri est un être éveillé connu sous le nom de bodhisattva, le futur bouddha, dans les traditions bouddhistes du Mahayana et du Vajrayana. Manjushri est considéré comme l’incarnation de la sagesse éclairée et est associé à la conscience et à la doctrine. Son nom vient du sanskrit, manju, qui signifie agréable, charmant et doux; et sri, qui signifie radieux, splendide et propice. Il est généralement traduit par douce gloire.