Comment pratiquer la vraie observation ?

« Il n’y a pas de Krishnamurti », comme il n’y a pas de dieu consolateur, ni de sens à la vie, affirme cet inclassable et virulent philosophe indien. La vérité est pour lui « un pays sans chemin », une vision intime, en élaboration perpétuelle, qu’il ne prétend ni détenir ni transmettre. Dès que vous suivez quelqu’un, vous cessez de suivre la vérité », dit-il. A chacun d’entrer en contact avec son enseignement, sans intermédiaire, crédulité ou idées préconçues, pour devenir « son propre maître et sa propre lumière ».

Wuji, l’aspect non-manifesté du dao

無際 wú jì fait référence à l’aspect non-manifesté du dao. Wuji est l’intemporalité indifférenciée qui, dans le  diagramme taoïste traditionnel (太極圖說 tàijí túshuō) est représentée par un cercle vide. Dans la cosmologie taoïste, wuji fait référence à un état de non-distinction avant la différenciation en yin et yang qui donnent naissance aux dix mille choses, tous les phénomènes du monde manifesté, avec leurs diverses qualités et comportements.

L’opéra de Pékin

L’opéra de Pékin est un mélange de théâtre et d’opéra aux couleurs chinoises. Les sonorités, les costumes, les acrobaties, le jeu des acteurs, tout est différent de notre opéra et pourtant si exceptionnel. Cet art traditionnel chinois issu de l’Opéra de l’Anhui et du Hubei est vite devenu au XIXème siècle l’opéra le plus apprécié à la cour impériale de Pékin. Représentatif des traditions et de la culture chinoise, l’Opéra de Pékin a même été classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

La merveille qu’est la vie elle-même

l y a un grave malentendu au départ. Les gens ne reconnaissent pas la merveille qu’est la vie elle-même, ce globe terrestre qui tourne dans le chaos et les entraîne dans son cours à travers les âges. Ce qui manque aux hommes de notre temps, c’est la dimension cosmique, ce sentiment de l’aventure de l’esprit, au-delà de la réalité apparente.

Souffle et effort

La conférence examinera le sens des deux caractères qui constituent l’expression 氣功 qì gōng, à partir de leur pratique et de leur théorisation dans les arts lettrés chinois, en particulier la peinture et la calligraphie. Le premier, 氣 qì, « souffle », est à la fois particulier et universel, alors que 功 gōng correspond à un « effort », un « travail » qui n’est ni rentable ni quantifiable.

Aller à la barre d’outils