De la place de l’homme dans l’univers 

Poète au sommet d'une montagne, feuille d'album, encre sur papierShen Zhou

Les appellations : terre, homme et ciel, sont utilisées dans les arts internes. Anne Cheng, dans ce texte, nous en éclaire le sens et retrace l’évolution de cette idée du trois en Chine.

Huang Yongyu

Une volée de mouettes, encre et couleurs sur papier, détail, Huang Yongyu

Depuis les années soixante-dix, Huang Yongyu a produit de nombreuses peintures à l’encre colorée avec des sujets allant des paysages, des fleurs, des personnages, des caricatures et des oiseaux, souvent accompagnés d’inscriptions contenant des allusions historiques et des messages ludiques.

L’esprit au dessus de la matière

Le grand maître de taiji quan Shi Ming dans le Parc des Bambous Pourpres à Pékin en 1993

Extrait de ce livre de maitre Shi Ming et Siao Weijia, qui est un exposé de la doctrine chinoise du corps/esprit. Il montre comment la conscience doit être affinée pour que les arts martiaux puissent être vraiment exécutés. Les arts martiaux sont, avant d’être des actes du corps, des actes de l’esprit. Maitre Chi Ming nous montre dans ce livre comment “la conscience peut affiner la conscience”.

Maître Yao Guang

Forme de taijiquan de style Yang par maître Yao Guang

Deux vidéos pour apprécier le travail de maître Yao Guang (姚光師父 Yáo Guāng shīfu) dans la pratique de l’épée, du sanshou et du tuishou.

Ne pas se laisser prendre au dépourvu

Le professeur Cheng Man Ching en train de faire un cours magistral avec les étudiants Ed Young et Tam Gibbs assis à ses côtés.

Le grand maître Cheng Man Ching recommandait une pratique quotidienne pour maintenir et augmenter durablement nos niveaux d’énergie. De cette façon, lorsque la maladie envahit le corps, notre corps et notre esprit y feront face avec un état de santé élevé

Si tu ne sais pas que tu es vivant

Paysage savignacois octobre 2023 avec Pirate et Louna, photographie de Dominique Clergue

C’est la joie de boire l’univers par tous les sens, de goûter, sentir, entendre le soleil et la pluie, le vent et le sang, l’air dans les poumons, le sein dans la main, l’outil dans le poing, dans l’oeil le ciel et la marguerite.

Taiwan Huitième coupe du monde de taiji quan

Huitième coupe du monde de taiji quan Taiwan 2023

La Fédération des Écoles Cheng Man Ching a renoué en 2023 avec sa participation aux coupes du monde de taiji quan organisées par la World Tai Chi Chuan Federation et qu’avait interrompue la pandémie de coronavirus. L’équipe de la FECMC est conduite comme d’habitude par son fondateur maître William Nelson.

L’intranquillité

Fernando Pessoa au centre du dernier Manifeste incertain de Frédéric Pajak

« En ces heures où le paysage est une auréole de vie, j’ai élevé, mon amour, dans le silence de mon intranquillité, ce livre étrange… » qui alterne chronique du quotidien et méditation transcendante. Le livre de l’intranquillité est le journal que Pessoa a tenu pendant presque toute sa vie, en l’attribuant à un modeste employé de bureau de Lisbonne , Bernardo Soares.

Travailleurs chinois, Zhan Bing

Travailleurs des usines du sud de la Chine, Zhanbing

Zhan Bing (占有兵 Zhàn Yǒubīng), est originaire de Xiangfan, province du Hubei. En 2000, il est venu travailler à Dongguan, Guangdong. Et il a commencé à prendre des photos de la vie professionnelle des travailleurs, En 20 ans, il a pris 1,5 million de photos. Il a photographié des jeunes ouvrières des deux côtés de la chaîne de montage,, le processus de remplacement progressif par des machines automatisées.

Entre marchands et brigands

Photo de groupe avec Che Yizhai et Guo Yunshen

Combinant ethnographie , travail d’archive et analyse des textes, l’ouvrage de Laurent Chircop-Reyes apporte un éclairage nouveau sur le rapport entre activités marchandes, brigandage et traditions martiales et rituelles ; et ainsi, sur tout un pan du monde du négoce en Chine du Nord, au cours de la dynastie Qing (1644-1911) et jusqu’au début de la République de Chine (1912-1949).

Joaquin Sorolla

María sur la plage de Biarritz, ou Contrejour, Biarritz, 1906, détail, huile sur toile, Joaquin Sorolla

Ce qui subjugue chez Sorolla c’est la lumière qui se dégage de ses œuvres, le peintre né à Valence rend hommage au soleil méditerranéen, à ses reflets, et ses œuvres en sont baignées. Il capte la lumière, l’imprime dans ses toiles, elle est omniprésente, illumine les visages, les paysages, les scènes de vie et confère à ses toiles une indéniable vitalité.