conscience

Regarde le monde avec un cœur d’enfant

Il ne sait pas que c'est une statue, il ne sait pas combien elle pèse, mais il a seulement vu qu'il y avait besoin d'une aide. Regarde le monde avec un cœur d'enfant, et la vie deviendra plus belle.

Mouvoir la conscience

Pratiquer le qi gong ce n'est pas pratiquer des postures statiques et des mouvements dynamiques. C'est la conscience de l'esprit qui dirige le souffle du corps dans l'actualisation du taiji en tant qu'expressions variées du yin~yang.

Mouvoir la conscience

Nous devons étudier la théorie du taijiquan et l'appliquer en tant que principes dans notre pratique. Sinon, nous ne faisons qu'en copier la surface et notre pratique manquera de profondeur.

Déconstruction du moi

Sagesses Bouddhistes accueille Alix Helme-Guizon ou Myôshô de son nom de Dharma, responsable du dojo zen d’Angers, le temps de deux émissions afin d’aborder sous l’angle scientifique la notion du « moi » et de sa déconstruction.

Le problème de la conscience dans les traditions bouddhiques

L’âme, écrit en effet Augustin, ne peut se connaître comme en un miroir. De ce théorème, nombre de philosophes médiévaux tirent que contrairement à ce que soutient Aristote et les péripatéticiens, l’âme ne se connaît pas comme elle connaît les autres choses, à savoir : par représentation ou par abstraction, et que de ce fait elle ne se connaît pas non plus comme une autre chose ni comme un autre. Elle se connaît comme présence à soi, dans, par et comme cette présence.

Conscience

La conscience désigne originellement un savoir partagé (le mot vient de cum-, « avec », et scire, « savoir ») : c’est une connaissance […]

Attention versus atténuation

Les pratiquants de taijiquan savent probablement qu'il est important de prêter attention à ce qu'ils pratiquent, mais ils peuvent ne pas se rendre compte qu'il est naturel et normal pour les humains d'atténuer ou de rejeter divers signaux que nous recevons. Comme nous ne sommes capables de traiter qu'une quantité assez limitée d'informations à la fois, nous supprimons nécessairement les informations qui semblent moins importantes.

Dans sa beauté

Einstein écrivit cette lettre de condoléances, le 12 février 1950, à un père en deuil nommé Robert S. Marcus (alors directeur politique du Congrès juif mondial), dont le fils avait succombé à la poliomyélite quelques jours plus tôt.

Nous installer dans l’immobilité

Dans Pourquoi l'Europe, en quelques pages, Jean-François Billeter compare les lignes de force des civilisations chinoise et occidentale et les traditions historiques dont elles sont issues. Avec ce recul, il évoque la philosophie qui sous-tend nos actions au quotidien et la nécessité de renouveler notre vision pour l'Europe.

L’illusion de l’égo

Article de Matthieu Ricard paru sur son site le 9 octobre 2018