Share This Post

Pratiques

Déconstruction du moi

Illustration sur le thème de la conscience par Mark Smith

Zen et neurosciences

Sagesses Bouddhistes accueille Alix Helme-Guizon ou Myôshô de son nom de Dharma, responsable du dojo zen d’Angers, le temps de deux émissions afin d’aborder sous l’angle scientifique la notion du « moi » et de sa déconstruction.

Regarder son propre esprit et reporter ce que nous avons découvert.

La méthode de l’introspection par William James

L’autre moi-même 

L’Autre moi-même est un essai écrit par Antonio Damasio, son sous-titre est : Les nouvelles cartes de la conscience et des émotions. Damasio y traite de l’émergence de la conscience. Sa thèse est que le concept de soi est la clef de la compréhension de la conscience et que certaines émotions fondamentales sont à la base de la construction du protosoi et du soi-noyau.

  • Le corps est au fondement de l’esprit conscient. En effet, la stabilité du fonctionnement biologique s’accompagne de cartes cérébrales et d’images mentales du corps, qui forment le protosoi. Il est en permanence lié au corps par une boucle de résonance. Cela le différencie des autres images mentales issues des sens externes.
  • Produits du protosoi et originaires du tronc cérébral, les sentiments primordiaux reflètent l’état du corps par le plaisir et la douleur, et se déclinent ensuite dans les différents sentiments émotionnels. Les images mentales plus complexes ne relevant pas du sentiment n’existent que parce qu’elles sont couplées avec des sentiments.
  • L’esprit conscient s’enracine donc dans la sensibilité de bas niveau produite par le tronc cérébral. Damasio confirme que la complexité des cartes du cortex cérébral est bien plus importante et que c’est bien elle qui produit le soi-noyau sur la base du protosoi. Le soi-noyau porte sur la relation entre un organisme et les objets extérieurs. Cette relation inclut des sentiments primordiaux impliquant le protosoi.
  • Le soi autobiographique émerge alors de l’agrégation des multiples images du soi-noyau. Le soi autobiographique forme le « moi social » et le « moi spirituel », observables par l’introspection ou sur les actions d’autrui. Les sites cérébraux, dont la zone du thalamus dans le tronc cérébral, sont activés de concert pour produire le soi, qui prend ensuite le rôle du chef d’orchestre.
  • L’émergence simultanée d’une image d’objet et d’une image dans le protosoi modifiée par l’objet suffit à faire apparaître un soi-noyau simple. Si les images d’objet sont nombreuses, une coordination est nécessaire, mais cette coordination n’est pas localisée dans un site particulier du cortex cérébral, elle est produite par l’ensemble des aires activées.

Dans Spinoza avait raison, Damasio présente une synthèse encore plus achevée de ses propres travaux et hypothèses. Tout en faisant référence aux découvertes neuroscientifiques les plus récentes, le neuropsychologue américain établit un lien avec la philosophie de Spinoza quand elle fait des émotions et des sentiments un moyen de nourrir la vie.

António Damásio, médecin, professeur de neurologie, neurosciences et psychologie, directeur de l’Institut pour l’étude neurologique de l’émotion et de la créativité de l’université de la Californie méridionale, auteur notamment de L’Erreur de Descartes et de L’Autre moi-même.


Share This Post

Professeur de qi gong et de tai chi chuan, créateur de l'école Nuage~Pluie

Leave a Reply

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils