Étiquette : résilience

Céder

Traduction de l’article Yielding de Radhasri. Il concerne le yoga mais il pourrait s’appliquer tout au tant au qi gong ou au tai-chi-chuan.

Les conducteurs apprennent à céder à la circulation et à s’arrêter si nécessaire. Fusionner, c’est permettre à ce qui coule déjà de prendre le pas sur notre désir de continuer comme souhaité. Les deux nécessitent une adaptabilité et des compétences. Si nous imposons nos croyances et nos désirs et ne voyons pas clairement ce qui se passe réellement, nous bloquons la voie. Nous risquons de ne pas répondre de manière appropriée à la réalité et, par conséquent, de provoquer un embouteillage ou un accident. Quiconque a conduit en Inde comprendra la grande importance d’une réponse rapide et correcte sur la route!

Le concept de rendement peut être un bon conseil pour la vie en général et peut également être appliqué à notre pratique du yoga. Des principes similaires sont nécessaires dans le yoga, en particulier lorsqu’on arrive à des stades avancés du Pranayama , à la limitation du souffle et à l’idée de Laya , à la fusion et à l’absorption avec la Conscience Suprême . Cependant, dès le début, nous travaillons avec notre respiration et notre posture et pouvons remarquer notre tendance à nous effondrer ou à nous forcer à nous redresser. Les deux obstruent et limitent. Nous passons tous de l’un à l’autre à certains degrés et dans différentes zones du corps. Notre travail consiste à trouver la neutralité ou le lieu de production.

Soutenir, céder, s'effondrer, Radhasri
Soutenir, céder, s’effondrer. Notez la position du cœur (feu) et des reins (eau) et la différence de regard.

J’ai d’abord appris ces trois termes tout en étudiant avec Donna Farhi il y a 18 ans. À ce jour, Soutenir, S’effondrer et Céder apparaissent toujours dans mes observations quotidiennes sur moi-même, les élèves et tous ceux que je rencontre en général.

Soutenir se réfère à un gonflement de nous-mêmes, une levée du cœur dans la gorge et gonfler la poitrine et les côtes, la mâchoire ou le visage. Sa direction est ascendante et externe et peut donner une impression de puissance, de grande vigilance, de confiance excessive, d’arrogance ou d’ostentation. C’est une position imposante et forcée qui, à l’extrême, est utilisée pour induire la peur et faire preuve de force et d’autorité.

S’effondrer se réfère à un naufrage, a une orientation vers le bas et vers l’intérieur du cœur et révèle un lourd fardeau, un manque de confiance en soi, un sentiment de deuil ou un sentiment d’abandon. La vie est trop difficile à supporter ou elle nous a été aspirée. C’est la position de défense et de protection d’une victime. Cela peut aussi montrer un sentiment de faiblesse, d’absence de résilience ou de fragilité par rapport à la force brute et à la fermeté dans le déploiement du soutien. Nous sommes tous victimes de la gravité et presque tout le monde rétrécira, s’affaissera et se fanera avec l’âge. Beaucoup de ceux qui travaillent à un bureau, sur un ordinateur ou jouent d’un instrument de musique développent un enfoncement de la poitrine et des épaules arrondies.

L’un est extraverti, l’autre introverti. On en prend plus que nécessaire, l’autre pas assez. L’un est gonflé, l’autre dégonflé. L’un a la respiration dans la poitrine, l’autre dans le ventre. L’une est l’inhalation dominante, l’autre l’exhalation dominante. L’un apparaît dur et léger tandis que l’autre est doux et lourd. L’un est en surcompensation, l’autre a abandonné avant d’essayer. Il peut s’agir de sur-performants instables ou émotionnellement instables, les autres de sous-performants déprimés et mélancoliques. L’un est connu pour faire les règles et l’autre pour les suivre. Mais est-ce vraiment le cas? On peut sembler autoritaire ou dominant, mais l’autre peut être rigidement dogmatique et aime avoir des règles.

Un «résistant» peut être plus doué sur le plan sportif, mais un «réceptif» peut être plus spirituel. L’idée est d’inviter les deux manières avec modération. Nous ne voulons pas que nos ambitions énergiques nous amènent à des dommages ou à des blessures, et nous ne voulons pas non plus que nos faiblesses et nos insécurités nous empêchent de faire avancer les choses.

Un «réceptif» devra se maintenir pour résister à l’effondrement. Un «résistant» devra s’adoucir, faire confiance et se détendre. Les deux sont fatigants et compromettent les organes internes, la respiration et la colonne vertébrale. Les deux empêchent tout ou personne d’entrer, tous deux cachent quelque chose, tous deux masquent la réalité. Les deux essaient de se tenir à l’écart de la structure extérieure et tous deux devront trouver un support interne. Tout comme il est beaucoup plus facile et plus rapide de démolir quelque chose que de le construire, cela peut prendre au moins deux fois plus de temps pour qu’un «réceptif» développe la force et le soutien dont il a besoin.

potentiel d’effondrement, Radhasri
Mon mari a insisté pour que je montre tout mon potentiel d’effondrement

Toute notre vie est une danse entre les deux faces d’une même pièce. Nous devons être en mesure de nous défendre et d’affronter, si nécessaire, mais aussi de savoir quand nous devons reculer et choisir nos combats. Une pratique du yoga aide à établir un pont entre ces polarités et ouvre la voie à une existence plus équilibrée, plus stable sur le plan émotionnel.

Céder se réfère à l’endroit neutre qui réside entre résistance et effondrement. C’est le support interne qui maintient l’intégrité de la colonne vertébrale et des organes internes et permet la liberté de la respiration. C’est la confiance et la foi que l’on développe mentalement et émotionnellement. Aucune préférence prise, aucune menace persistante, aucune infraction ou défense nécessaire. Un flux fluide de calme sans obstruction dans la respiration, le corps et l’esprit. Une fusion avec le don du dessin naturel, une union avec notre environnement. Moins d’effort est requis dans cet espace. Le céder peut être ferme mais peut se plier sans se casser. L’adaptabilité est la clé.

Nos postures corporelles ont été construites comme des mécanismes d’adaptation basés sur l’histoire des événements qui ont inondé nos vies, nos constitutions inhérentes, ainsi que l’imitation initiale des postures de nos parents. Nous pouvons basculer à des moments différents entre les deux mais nous en aurons toujours un qui est plus naturel et qui domine qui nous sommes et comment nous avons survécu à notre vie jusqu’à présent. C’est comme cela qu’on peut être reconnu en marchant dans la rue par ceux qui nous connaissent. Ils voient notre démarche, notre posture et nos manières qui de sont ancrées et qu’il nous est difficile de changer.

En tant qu’enseignants, nous observons la variété des postures qui entrent dans le studio. Il est important de ne pas essayer de les changer rapidement. Nous ne savons pas ce qui se cache sous cette colonne vertébrale. De nombreuses histoires sont dévoilées au fil du temps sur la façon dont cette personne en est venue à une telle posture et nous ne pouvons pas nous précipiter pour les juger ou les leur faire perdre rapidement.

Une vie d’abus peut amener quelqu’un à s’effondrer sous la pression, mais cela peut tout aussi bien créer un bouclier de protection. Il peut y avoir un petit garçon effrayé se cachant derrière des muscles sur-développés et une poitrine gonflée, tout comme il peut y avoir une femme enragée coincée à l’intérieur d’une cavité creuse et une attitude calme. Le soutien peut être une tentative de cacher un véritable effondrement. L’effondrement peut être une méthode pour se tourmenter et résister obstinément à s’exprimer.

Il ne doit pas nécessairement y avoir un grand drame traumatique. Les enfants peuvent grandir très tôt et on ne leur a jamais appris à ne pas se laisser aller en mangeant ou en interagissant avec des amis plus petits. Nous pourrions avoir subi des blessures ou des maladies. Nous pouvons travailler dans un métier ou jouer à un sport à sens unique qui cause une distorsion. Ou nous avons simplement fait de mauvais choix dans nos meubles. Nous ne savons tout simplement pas et nous devons permettre à l’étudiant d’arriver à ces conclusions en son temps. Évitez de vous précipiter sur des suppositions à propos de quiconque en fonction de leur apparence et de leur posture avant de connaître l’histoire de leur vie.

Aller lentement est essentiel. Nous ne voulons pas réveiller un dragon endormi avant que l’élève ne soit prêt et prêt à débloquer ce trésor caché. En nous concentrant sur les exercices de base et en observant notre respiration et notre posture, nous serons inévitablement amenés à découvrir des problèmes beaucoup plus profonds. Mais c’est à l’élève de suivre la profondeur de ces océans et ce n’est pas le rôle de l’enseignant. Si un élève est incapable de reconnaître quelque chose, il n’est pas prêt ou disposé à le faire. Point final. Ce n’est pas le travail de l’enseignant de faire autrement. Pousser un élève à le laisser tomber et à passer son «bagage» risque de le perdre en tant qu’élève ou, pire encore, de le quitter complètement.

Les histoires ne sont que des histoires et les souvenirs sont inexacts et peu fiables. En nous concentrant sur la tâche à accomplir, comme une fente, nous gardons le travail détaillé nécessaire dans le temps présent. L’activité physique est déjà assez difficile et nous pouvons rapidement être confrontés à nos blocages. Mais ces restrictions résident généralement dans la perception de notre esprit. Le vrai yoga est mental, traitant de nos maux, de nos douleurs, de nos peurs, de nos paniques, de nos ambitions, de nos comparaisons, de nos plaintes, de notre estime de soi et de nos problèmes de confiance. Ces problèmes plus complexes seront traités progressivement et seulement une fois que l’étudiant sera prêt et disposé à s’exposer en s’ouvrant, en partageant, en posant des questions et en s’impliquant dans le processus d’apprentissage.

Les fentes ci-dessus sont finis de manière soutenue. Notez la levée de la poitrine et la tension du visage. Les côtes et les reins sont poussés vers l’avant, les épaules et les bras sont coincés en arrière, ce qui provoque la compression et la fermeture des omoplates de la colonne vertébrale supérieure et du dos du cœur. Un rendement plus neutre est montré ci-dessous où les jambes supportent le poids, les hanches coulent, le visage se détend et le cou s’allonge avant de placer la tête en arrière. Les bras restent alignés et les omoplates ne compromettent pas l’intégrité de la colonne vertébrale, du cœur ou des poumons. Photos: Sonia Osorio

Certains élèves viennent en classe non pas pour apprendre mais pour s’échapper. Ils sont tout à fait satisfaits de rester silencieux, de se cacher et de suivre les instructions à l’aveuglette, rentrant chez eux plus sage. Un enseignant doit attendre qu’ils s’engagent ou que les deux gaspillent de l’énergie. Des problèmes peuvent survenir lorsque les étudiants ne sont pas honnêtes et ne partagent pas des informations pertinentes telles que des blessures, des maladies ou des pertes. Un enseignant qualifié peut être capable de voir un problème mais ne peut pas en comprendre la signification. Comme le dit mon professeur, «vous devez attendre qu’ils vous le disent, sinon c’est comme cambrioler leur maison et les voler».

La relation entre l’enseignant et l’élève se produit sur une longue période et peut être un processus très puissant et transformateur. La chute de la popularité des classes et la formation en ligne d’enseignants peuvent laisser les élèves ouverts et vulnérables à l’expérience de choses qu’ils ne peuvent ni comprendre ni digérer. Ils peuvent laisser la classe se sentir inexpérimenté ou exposée sans aucun soutien de la part de l’enseignant.

Nous n’enseignons pas un simple exercice de yoga. Tout en changeant notre posture et notre rythme respiratoire, nous explorons des barrières psychologiques profondes avec une activité intense. Apprendre à céder intervient ici. Nous ne cherchons pas à nous débarrasser de quoi que ce soit, nous recherchons une fusion, une acceptation de soi et une connexion avec le Divin.

Et si nous pouvions rencontrer notre créateur dans une position neutre ? Personne n’apprécie que sa porte soit forcée ou ouverte. Le Suprême ne pourra pas non plus entendre si l’on frappe trop fort. Que se passe-t-il si nous cherchons à fusionner en Esprit sans effort et sans entrave ? Cela exigerait des efforts aussi bien que de l’humilité. Une résilience.

Cela créerait-il une vie sans encombrements ou accidents ? C’est peu probable, mais cela nous permettrait peut-être de céder à ces événements avec moins de souffrance et moins de «mini-moi». Le yoga a peu à voir avec l’aptitude à l’asana, tout contorsionniste peut y arriver. Le yoga a plus à voir avec jusqu’à quel point nous pouvons nous mettre à nu, les verrues et tout le reste. Comment nous pouvons évaluer les identifications et les attachements aux histoires qui nous ont façonnés et qui ont construits qui nous pensons être. Comme l’a dit Leonard Cohen, «the less of me there was, the happier I became».

Pour atteindre les exigences du yoga, nous cédons à une plus grande force, celle qui guide sans essayer de contrôler ou sans renoncer, sans avoir besoin d’être supérieure ou inférieur. L’Esprit nous a déjà jugés dignes d’existence, nous avons juste besoin de nous écarter et de répondre de manière appropriée au flux chaotique organisé.

Portrait de Radhasri (Rhonda Fogel)

Radhasri (Rhonda Fogel) enseigne le yoga au Canada depuis 1998 et est la fondatrice de Hatha Yoga Shala basée à Montréal. Elle est professeur de yoga Shadow autorisé depuis 2005. Elle peut être trouvée sur Medium, ainsi que surFacebook , Instagram ou sur son site Web .

Filed under: LecturesTagged with: , ,