Pratiques

L’accroupissement

L’accroupissement

L’art oublié de l’accroupissement est une révélation pour les corps ruinés par la position assise

Traduction de l’article The forgotten art of squatting is a revelation for bodies ruined by sitting de Rosie Spinks parue sur le site Quartzy  le 9 novembre 2017.

Les phrases qui commencent par l’expression Un gourou m’a dit une fois … sont, le plus souvent, inductives. Mais récemment, alors que je me reposais à Malasana ou dans un cours de yoga à East London, j’ai été frappé par la seconde moitié de la phrase de l’instructeur: Un gourou m’a dit un jour que le problème avec l’Occident était de ne pas s’accroupir.

Cela  est vrai. Dans une grande partie du monde développé, le repos est synonyme de s’asseoir. Nous nous asseyons sur des chaises de bureau, nous mangeons sur des chaises de salle à manger, nous faisons la navette assis dans des voitures ou dans des trains, puis revenons à la maison pour regarder Netflix depuis de confortables canapés. Avec de courts répits pour marcher d’une chaise à l’autre, ou de courts intervalles consacré à un exercice frénétique, nous passons nos journées à nous asseoir. Cette dévotion à placer nos arrières sur des chaises fait de nous une exception, à la fois à l’échelle planétaire et historiquement. Au cours du dernier demi-siècle, les épidémiologistes ont été contraints de changer leur façon d’étudier les mouvements. A l’époque moderne, le résultat obtenu est un problème distinct de la quantité d’exercice que nous réalisons.

Notre échec à nous accroupir a des implications biomécaniques et physiologiques, mais il indique aussi quelque chose de plus important. Dans un monde où nous passons tant de temps dans nos têtes, dans les nuages ou sur nos téléphones, ne pas nous accroupir nous laisse dépourvus de la force d’ancrage que la posture nous a procurée depuis que nos ancêtres hominidés se sont dressés. En d’autres termes: Si ce que nous voulons, c’est être bien, il serait peut-être temps pour nous de nous baisser.

Pour être clair, s’accroupir n’est pas seulement un artefact de notre histoire évolutionniste. Une grande partie de la population mondiale le fait encore quotidiennement, que ce soit pour se reposer, pour prier, pour cuisiner, pour partager un repas ou pour aller aux toilettes. (Les toilettes à la turque sont la norme en Asie et les latrines à fosse dans les zones rurales du monde entier demandent que l’on s’accroupisse. Lorsqu’ils apprennent à marcher, les tout-petits du New Jersey à la Papouasie-Nouvelle-Guinée s’accroupissent facilement. Dans les pays où les hôpitaux ne sont pas très répandus, s’accroupir est aussi une position associée à cette partie la plus fondamentale de la vie: la naissance.

Ce n’est pas spécifiquement l’Ouest qui ne s’accroupit plus; ce sont les classes riches et moyennes du monde entier. Mon collègue Quartz, Akshat Rathi, originaire d’Inde, m’a fait remarquer que l’observation du gourou serait aussi vraie pour les riches des villes indiennes que pour l’Occident.

Mais dans les pays occidentaux, des populations entières – riches comme pauvres – ont abandonné la posture. Dans l’ensemble, s’accroupir est considéré comme une posture désinvolte et inconfortable, que nous évitons complétement. Au mieux, nous pourrions l’entreprendre au cours d’un Crossfit, d’un Pilates ou en soulevant à la gym, mais seulement partiellement et souvent avec des poids (une manœuvre répétitive qu’il est difficile de s’imaginer comme utile il y a 2,5 millions d’années). Cela ne tient pas compte du fait que l’accroupissement profond en tant que forme de repos actif est intégré à notre passé évolutionnaire et développemental : ce n’est pas que vous ne pouvez pas vous asseoir confortablement dans un accroupissement profond, c’est juste que vous avez oublié comment.

Le jeu a commencé avec la posture accroupie, explique l’auteur et ostéopathe Phillip Beach. Beach est connu pour avoir été le pionnier de l’idée de postures archétypales. Ces positions, qui s’ajoutent à un accroupissement profond avec les pieds à plat sur le sol, comprennent s’asseoir avec les jambes croisées, s’agenouiller sur les genoux et les talons. ne sont pas seulement bonnes pour nous, mais sont profondément ancrées dans la façon dont nos corps sont construits.

Vous ne comprenez vraiment pas les corps humains jusqu’à ce que vous réalisiez à quel point ces postures sont importantes, me dit Beach, qui est basé à Wellington, en Nouvelle-Zélande. Ici en Nouvelle-Zélande, il fait froid, humide et boueux. Sans un pantalon moderne, je ne voudrais pas poser mon dos dans la boue froide et humide, donc [en l’absence d’une chaise] je passerais beaucoup de temps accroupi. La même chose pour aller aux toilettes. Toute  votre physiologie est construite est autour de ces postures.

Dans une grande partie du monde, s'accroupir est aussi normal que de s'asseoir sur une chaise.
Dans une grande partie du monde, s’accroupir est aussi normal que de s’asseoir sur une chaise.

Alors pourquoi s’accroupir est-il si bon pour nous ? Et pourquoi tant d’entre nous ont-ils arrêté de le faire ?

Il s’agit simplement de «l’utiliser ou de le perdre», explique le Dr Bahram Jam, physiothérapeute et fondateur de l’Advanced Physical Therapy Education Institute (APTEI) en Ontario, au Canada.

Chaque articulation de notre corps contient du liquide synovial. C’est l’huile dans notre corps qui nourrit le cartilage, explique Jam. Deux choses sont nécessaires pour produire ce fluide : le mouvement et la compression. Donc, si une articulation ne traverse pas toute cette gamme – si les hanches et les genoux ne dépassent jamais 90 degrés – le corps dit «je ne suis pas utilisé» et commence à dégénérer et arrête la production de liquide synovial.

Un système musculo-squelettique sain ne nous permet pas seulement de nous sentir agiles et frais, il a aussi des implications pour notre santé en général. Une étude réalisée en 2014 dans l’European Journal of Preventive Cardiology a révélé que les sujets qui avaient des difficultés à se lever du sol sans soutien des mains, du coude ou de la jambe (ce que l’on appelle le test s’assoir-se levert

En Occident, la raison pour laquelle les gens ont cessé de s’accroupir régulièrement a beaucoup à voir avec notre conception des toilettes. Les trous dans le sol, les toilettes extérieures et les pots de chambre ont tous nécessité la position accroupie, et les études montrent qu’une plus grande flexion de la hanche dans cette posture est corrélée avec moins de tension quand on se soulage. Les toilettes assises ne sont en aucun cas une invention britannique – les premières toilettes simples remontent à la Mésopotamie au IVe millénaire AEC., alors que les anciens Minoens de l’île de Crète auraient été les pionniers de la chasse d’eau – mais elles furent d’abord adoptées en Grande-Bretagne par les Tudors, qui enrôlèrent des «palefreniers» pour les aider à se soulager dans des cabinets ornés comme des trônes au XVIe siècle.

Au cours des deux siècles qui suivirent, l’innovation en matière de toilettes fut lente et inégale, mais en 1775, un horloger nommé Alexander Cummings développa un tuyau en forme de S qui reposait sous une citerne surélevée, un développement crucial. Ce n’est qu’après le milieu du XIXe siècle, lorsque Londres a finalement construit un système d’égouts fonctionnel après des épidémies de choléra persistantes et l’horrible “puanteur” de 1858, que les toilettes assises entièrement lavables commencent à apparaître fréquemment chez les gens.

Le Lillipad est conçu pour s'asseoir au niveau ou au-dessous du bord des toilettes.
Le Lillipad est conçu pour s’asseoir au niveau ou au-dessous du bord des toilettes.

De nos jours, les toilettes à la turque de style accroupi que l’on trouve à travers l’Asie ne sont pas moins hygiéniques que les toilettes occidentales. Mais Jam dit que le passage de l’Europe à la conception du trône assis a privé la plupart des Occidentaux de la nécessité (et donc de la pratique quotidienne) de s’accroupir. En effet, la prise de conscience que l’accroupissement mène à de meilleurs mouvements de l’intestin a alimenté la popularité culte du Lillipad et du Squatty Potty, plates-formes surélevées qui transforment une toilette de style occidental en toilette à la turque et permettent à l’utilisateur de s’asseoir dans une position fléchie qui imite l’accroupissement.

Si l’accroupissement nous parait si inconfortable c’est parce que nous ne le pratiquons pas, dit Jam. Mais si vous allez aux toilettes une ou deux fois par jour pour une selle et cinq fois par jour pour la fonction de la vessie, c’est cinq ou six fois par jour que vous vous êtes accroupi.

Bien que le malaise physique soit la principale raison pour laquelle nous ne nous accroupissons plus, l’aversion de l’Occident pour l’accroupissement  est également culturelle. Bien que s’accroupir ou s’asseoir les jambes croisées sur une chaise de bureau serait parfait pour l’articulation de la hanche, la garde-robe du travailleur moderne – sans parler de l’étiquette formelle du bureau – rend généralement ce type de posture irréalisable. La seule fois où nous pourrions nous attendre à ce qu’un leader ou un élu de l’Ouest plane près du sol, c’est pour une séance photo avec de jolis jardins d’enfants. En effet, les gens que nous voyons accroupis sur le trottoir dans une ville comme New York ou Londres ont tendance à être les types de personnes que nous dépassons dans une arrogante précipitation.

Quelque part nous considérons comme primitif et de statut social inférieur de s’accroupir, explique Jam. Quand nous pensons à l’accroupissement, nous pensons à un paysan en Inde, ou à un villageois d’une tribu africaine, ou à un plancher urbain insalubre. Nous pensons que nous avons évolué au-delà de cela, mais en réalité nous nous en sommes vraiment éloignés.

Avni Trivedi, une doula et ostéopathe basée à Londres (révélation: je lui ai rendu visite dans le passé pour mes propres douleurs induites par ma façon de m’asseoir) dit qu’il en va de même de l’accroupissement comme de la position d’accouchement, qui est toujours pratiquée dans plusieurs régions du monde en développement et qui est de plus en plus préconisé par les mouvements d’accouchement holistiques en Occident.

Dans une position d’accouchement accroupie, les muscles se relâchent et vous permettez au sacrum d’avoir un mouvement libre pour que le bébé puisse pousser vers le bas, la gravité jouant également un rôle, dit Trivedi. Mais le fait de percevoir cette position comme primitive est la raison pour laquelle les femmes sont passées de cette position active à l’alitement , où elles sont moins incarnées et interviennent moins dans le processus d’accouchement.

Photographie d'un enfant accroupi
Les enfants de l’Ouest s’accroupissent avec aisance. Pourquoi leurs parents ne le peuvent-il pas ?

Alors devrions-nous remplacer s’asseoir par s’accroupir et dire au revoir à nos chaises de bureau pour toujours ? Beach souligne que «toute posture maintenue trop longtemps cause des problèmes» et des études suggèrent que les populations qui passent trop de temps dans un accroupissement profond (plusieurs heures par jour) ont  plus de problèmes de genou et d’arthrose.

Pour ceux d’entre nous qui ont largement abandonné l’accroupissement, Beach nous dit que: «Vous ne pouvez pas vraiment faire grand-chose.» Au-delà de ce type de mouvement améliorant notre santé et notre souplesse, Trivedi souligne qu’un intérêt croissant pour le yoga dans le monde est peut-être en partie une reconnaissance du fait qu’ «être sur le sol vous aide physiquement à être ancré en nous-même», – quelque chose qui manque largement à nos vies hyper-intellectualisées et dominées par l’écran.

Beach convient que ce n’est pas une tendance, mais une pulsion évolutionnaire. Les mouvements de bien-être modernes commencent à reconnaître que la “vie au sol” est la clé. Il soutient que l’acte physique de nous ancrer a contribué fortement au devenir de notre espèce. En un sens, l’accroupissement  est l’endroit d’où viennent les humains, chacun d’entre nous, il nous incombe donc de le revisiter aussi souvent que possible.  

Dominique Clergue
Professeur de qi gong et de tai chi chuan, créateur de l'école Nuage~Pluie

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils