Lectures

L’esprit pénétrant de la vertu martiale

L’esprit pénétrant de la vertu martiale

武德感人

Traduction de l’article 杨澄甫 paru dans l’encyclopédie Baidu

太极宗师杨澄甫

  1. Floraison tardive
  2. Des compétences martiales sans égales
  3. L’esprit pénétrant de la vertu martiale
  4. Voler sur une grue pour le paradis de l’Ouest
  5. Leçon de vie

孔子曰:“巧言令色鮮矣,剛毅木訥近仁”。 澄甫公性情憨厚,不善言辭,授拳之,僅以身姿示範,決不多言。 澄甫公生平從不議論其他門派之長短,並且一再告誡眾弟子,不得妄議其他門派短處。 如果有人說某某人功夫不行,澄甫公曰:“練功不易,練到這般地步,也算難得了”此乃口德。

Confucius disait, “Fermeté, dignité et gentillesse sont mots habiles aux couleurs exquises: “. Chengfu avait une personnalité douce et n’insistait pas sur les aspects négatifs. Quand il enseignait, il préférait montrer et démontrer, plutôt que de simplement parler. Chengfu n’a jamais parlé de la force et de la faiblesse des autres arts martiaux, et il a fortement impressionné ses élèves en ne parlant jamais des faiblesses des autres  arts martiaux. Si quelqu’un lui disait et que ce kung fu n’était pas très bon, Chengfu lui disait: “Ce n’est pas facile de pratiquer un art martial. Pour arriver à ce niveau, c’est déjà très difficile. “Cela est vertu de la bouche (口德 kǒu dé)”.

楊家素有“出手見紅”之傳統,乃用長勁將對手彈放到一丈之外,決非用冷斷勁傷人內臟。 楊家先輩在王府授拳,王爺要學推手,露禪公必先跪下叩頭請安,申明楊家推手必定要發勁,被發之人必定跌出甚遠,但決無內傷之虞。 澄甫公內勁充沛,有時難免在無意之中傷人。 有一次,澄甫公在武漢與人比劍,用竹劍點人手腕,不料對方劍墜臂折,澄甫公懊悔不已。 因此,澄甫公經常將雙手攏於袍袖之內,輕易不肯出手。 此乃手德。

La tradition de la  famille Yang était de  “frapper pour voir le rouge (出手見紅 chūshǒu jiàn hóng)”. Mais parfois, ils utilisaient la force longue (長勁 zhǎng jìn) pour envoyer l’adversaire voler à 10 pieds de distance, et pas nécessairement la force de rupture à froid (冷斷勁 lěng duàn jìn)  qui blessait les organes internes. Alors que l’aîné de la famille Yang enseignait à la cour impériale, et que  le prince voulu pousser les  mains avec lui, Luchan s’agenouilla et se prosterna pour demander pardon. Il déclara que la poussée des mains de la famille Yang était puissante, que l’adversaire serait projeté et tomberait à une certaine distance, mais qu’il n’y aurait pas de blessure interne. La force interne (公內勁 gōng nèi jìn) de Chengfu était puissante, et il était inévitable que des personnes  puissent être blessées par inadvertance. Alors que Chengfu confrontait son épée avec un autre artiste martial, il utilisa son épée de bambou pour frapper le poignet de l’adversaire. Malheureusement, l’autre combattant a laissé tomber son épée et s’est coupé son propre bras ce que Chengfu a beaucoup regretté. Dès lors, Chengfu mis souvent ses mains dans les manches de sa veste, de sorte qu’il ne montrait pas facilement ses mains. C’est la vertu des mains.

澄甫公對其他門派極其尊重。 1928年,南京中央國術館館長張之江聘請澄甫公為太極門門長,並且請澄甫公帶幾位高足擔任教授之職。 澄甫公因北京拳場門徒眾多,各種事務均需妥善安排,一時未能成行。 副館長李景林見澄甫公遲遲未能到位就職,遂請孫祿堂先生為代理門長。 孫先生不知張先生曾聘請澄甫公,即將太極門改為武當門,下設形意、八卦、太極三科,由其徒眾擔任教授。

Chengfu avait beaucoup de respect pour les autres écoles (門派 mén pài). En 1928, 張之江 Zhāng Zhījiāng, directeur de la Maison Nationale des Arts martiaux (國術 guó shù) de Nanjing, avait invité Chengfu à devenir le responsable de la section du tai-chi-chuan. Il avait également invité Chengfu à amener certains de ses meilleurs étudiants à devenir enseignants. Comme Chengfu avait beaucoup d’étudiants à Beijing, il eut beaucoup de détails à régler avant de pouvoir déménager. Le vice-directeur 李景林 Lǐ Jǐnglín en voyant que Chengfu ne pouvait pas prendre son poste en temps voulu, invita Sun Lutang à pourvoir le poste. Maître Sun ne savait pas que M. Zhāng avait déjà invité Chengfu et il changa la section tai-chi-chuan en section Wudang , et ses étudiants enseignérent les 3 arts martiaux internes hsing yi, bagua et tai-chi-chuan.

澄甫公不明情況,率眾門徒到達南京,張之江設宴為澄甫公洗塵。 酒過三巡,張之江開言道:“國術館不能有兩位武當門長。可否請楊先生與孫先生比試一番,勝者留,敗者去。”澄甫公坦然說道:“孫二哥是我義兄,應該由他當門長,不用比試。但教授職位已無空缺,眾門徒無處安插,楊某當即告辭,尚祈張館長見諒。”事後,澄甫公對眾門徒說:“我與孫二哥情同手足,閉門切磋自然可以。豈能為了蠅頭微利,當眾比拼?張先生豈有此理!”澄甫公到上海後,張之江自知理虧,遂推薦澄甫公任浙江國術館教務長。 孫祿堂先生悉此事,即推薦形意拳教授高振東為中央國術館武當門代理門長,掛冠而去,至江蘇國術館任教 ​​務長,表示與澄甫公處於平等地位。 由此可見兩位前輩之高風亮節。

Chengfu n’était pas au courant de la situation. Lorsqu’il est arrivé à Nanjing avec ses étudiants, M. Zhang l’a emmené dans un restaurant. Après quelques tours de boissons, M. Zhang lui dit: “L’école ne peut pas avoir deux maîtres Wudang. Puis-je vous demander M. Yang de tester vos compétences contre M. Sun. Le vainqueur pourra rester et le perdant partira. “Chengfu dit calmement:” Sun est mon frère aîné. Bien sûr, il devrait être le directeur de la section, il n’est pas nécessaire de tester nos compétences. Malheureusement, comme il n’y a pas de poste ouvert pour mes étudiants, je dois m’excuser de repartir avec eux. »Par la suite, Chengfu dit à ses étudiants:« Sun et moi sommes comme des frères. Tester nos compétences à huis clos est une chose, mais comment M. Zhang peut-il oser nous demander de nous tester ouvertement devant les gens, juste pour une petite somme d’argent ! Une fois Chengfu pervenu à Shanghai, M. Zhang sachant qu’il avait tort, lui demanda  d’être le conseiller de l’école de Zhenjiang. Lorsque Sun Lutang appris l’existence de l’épisode, il demanda à un autre maître de hsing yi, Guo Zhendong, de prendre le poste et démissionna. Sun devint le conseil de l’école de  Jiangsiu, montrant qu’il avait la même position que Chengfu (et pas plus haut). De ceci, vous pouvez voir que ces deux aînés ont une démarche éthique et étaient très respectueux des autres.

澄甫公到上海時,吳鑑泉已在精武體育會教拳,帶了火腿、燕窩、魚翅、名酒等禮物拜見澄甫公。 吳先生說道:“三爺您可好?我吳家父子,在楊家學拳,至今以此為生。楊家之恩,沒齒不忘。”澄甫公日:“楊吳本是一家,何分彼此?你教過的學生我決不收留,你可以放心。”後來澄甫公在滬授拳,如的吳家門徒想要改換門庭到楊家學拳,均被澄甫公婉言謝絕,並且說明,楊吳兩家拳式略有不同,拳理拳法一相承。 張秀林門人田作霖、孫祿堂門人陳微明拜澄甫公為師學太極拳,均為其本門師尊親自推薦,否則澄甫公決不收留。 因此,澄甫公與內外名家各派,均能團結友愛,和睦相處。 澄甫公武德崇高感人至深。

Lorsque Chengfu  se rendit à Shanghai, Wu Jianquan enseignait déjà à l’école Jingwu. Celui-ci offrit du jambon, des nids d’oiseau, des nageoires de requin et du bon vin pour accueillir Chengfu. Wu lui dit: “Troisième oncle, comment allez-vous ? Notre famille Wu a beaucoup appris de la famille Yang et peut maintenant gagner sa vie. Nous ne pourrons jamais oublier la gentillesse de la famille Yang. “Chengfu répondit,” Yang et Wu sont une même famille. Je ne prendrai pas vos étudiants. Vous n’avez pas à vous en inquiéter. » En effet, lorsque Chengfu enseignait à Shanghai, il refusait tout étudiant de Wu qui voulait changer d’école. Il expliquait que les formes de Yang et de Wu pouvaient sembler différentes, mais que la philosophie et les méthodes provenaient de la même source. L’étudiant de Zhang Xiulin, Tian Zhoulin, et l’étudiant de Sun Lutang, Chen Weiming, ont été personnellement présentés par leur professeur respectif à Chengfu comme étudiants. Sinon, Chengfu ne les aurait pas acceptées non plus. Chengfu a cultivé l’harmonie entre les différentes écoles d’arts martiaux, sa vertu martiale  (武德 wǔ dé) était du plus haut niveau.


  • 楊露禅 Yáng Lùchán (1799-1872), surnommé « Yang l’invincible », est connu comme le fondateur du style Yáng de tai-chi-chuan.
  • 郭雲深  Guō Yúnshēn (1822-1902), était un célèbre maître de xing yi quan. Il représenter la philosophie martiale du xing yi, préférant devenir fortement performant avec peu de techniques plutôt que d’être moins compétent avec beaucoup de techniques. Son habilité avec une seule technique, le bengquan. Il fut surnommé l’« inébranlable » (bu daota).
  • 張策 Zhāng Cè (1859-1935), dont l’autre nom était Zhang Xiulin, était un célèbre maître de la boxe 通臂 Tōng bì. Le surnom de Zhang était “Zhang Queue” parce que Zhang portait toujours ses cheveux dans une queue après 1911. Après s’être rencontré en combat, Chengfu, Zhang et Sun sont devenus des amis très proches, ils étaient les meilleurs boxeurs de Pékin à cette époque.
  • 孫祿堂 Sūn Lùtáng (1860-1933) est le fondateur du style Sūn de tai-chi-chuan . Il commença son entrainement avec le  形意拳 xíng yì quán en 1877 avec 李奎垣 Lǐ Kuíyuán, disciple de 郭雲深 Guō Yúnshēn. Il étudia quelques années avec Lǐ, avant d’être présenté au maître Guō Yúnshēn  qui le prendra comme disciple en 1882. Après plusieurs années d’entraînements, Guo lui conseilla d’étudier le bā guà zhǎng auprès de 程廷華 Chéng Tínghuá (1848–1900). Il fut accepté comme disciple et étudia 3 années avec Chéng Tínghuá. Par la suite il étudiera le qi gong et le Yi king, notamment au temple Shaolin. Il ouvrit des écoles et eut de nombreux élèves. Sūn découvre le tai-chi-chuan de style 武 wǔ auprès de 郝為真 Hǎo Wéizhēn (1849–1920)  en 1914. Hǎo fut malade et Sūn le soigna, pour le remercier il lui enseigna son tai-chi. Sūn fut surnommé « maître des 3 paumes » grâce à sa maîtrise des trois arts internes. Il fut invaincu en combat, notamment contre des étrangers.
  • 吴鉴泉 Wú Jiànquán (1870–1942) est le fils de 吳全佑 Wú Quányòu, le fondateur du style Wú. À sa mort en 1942, c’est son fils aîné 吳公儀 Wú Gōngyí qui lui succéda à la tête de l’école.
  • 陳微明 Chén Wēimíng (1881-1958) était un érudit, un professeur de tai-chi-chuan et un auteur. Chén commença l’étude des arts martiaux chinois à Pékin avec Sūn Lùtáng, avec qui il étudia le xíng yì quán et le bā guà zhǎng. Ensuite il commença l’étude du tai-chi-chuan avec Yang Chengfu. En 1925, Chén s’installe à Shanghai et crée l’Association de tai-chi-chuan S’appliquer à la douceur (致柔 zhì róu). Chén a publié les enseignements de Yang en trois livres sous son propre nom: Taijiquan shu L’Art du Taijiquan (太極拳術 Tàijí quánshù, 1925), L’Epée du Taiji(太極劍 Tàijí jiàn,1928) et Questions et réponses sur le Taiji quan (太極答問 Tàijí dá wèn,1929).
  • 精武體育會 Jīngwǔ tǐyùhuì, l’Association sportive de Jingwu est une célèbre école d’arts martiaux chinois fondée à Shanghai le 7 juillet 1910 avec le soutien du héros national 霍元甲 Huò Yuánjiǎ  (1868-1910). Elle préserve les arts martiaux traditionnels tout en leur donnant un cadre d’expression modernisé, axé sur l’exercice physique et le loisir. Son influence (principalement entre 1909 et 1924) s’étend de la Chine continentale jusqu’à sa diaspora. Le nom 精武 jīngwǔ, élite martiale est transcrit de nombreuses manières : Chin Woo, Jing Mo, Ching Wu, Jing Wo, Jing Wu, etc.
Dominique Clergue
Professeur de qi gong et de tai chi chuan, créateur de l'école Nuage~Pluie

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils