Le renforcement interne dans le taijiquan malais

Poussée des mains avec maître Lee Bei Lai

Nigel Sutton témoigne de la Voie de maître Lee Bei Lai. La volonté de maître Lee de mettre son art à l’épreuve était légendaire. Des étudiants et des pairs racontent qu’il a accepté des défis dans des cafés bondés, devant sa porte d’entrée et dans la salle d’entraînement de ses rivaux. Il a travaillé comme guide touristique pendant une grande partie de sa vie, et partout où il allait, il recherchait également d’autres artistes martiaux pour mettre son art à l’épreuve. Une telle attitude fait également partie intégrante du processus de développement dans l’apprentissage et le raffinement de la « force interne ».

Au delà de la forme

Tuishou à Taïpeï le 30 octobre 2016, Dominique Clergue avec maître Lin Muhuo

Une fois que vous avez appris une forme, il y a encore beaucoup de choses que la formation traditionnelle de taijiquan peut offrir : tuishou, chanshou, sanshou, …

Considérations sur la pratique du taijiquan

Yang Chengfu avec sa femme et trois de ses fils Yang Zhen Guo, Yang Zhenming et Yang Zhenji

Au début de l’apprentissage du Tai Chi Chuan, la forme est d’abord pratiquée. Par étude de la forme, on entend la mémorisation et l’imitation minutieuses des différentes positions sous la direction d’un maître. Les élèves doivent se concentrer sur l’apaisement de leur Qi et sur la mémorisation, l’analyse et l’imitation calmement des positions. (… ) Lors de l’entraînement, il faut se concentrer sur les mouvements corrects. Lorsqu’on maîtrise une position, on passe à la suivante de cette manière, on prend progressivement la forme complète. — Yang Chengfu

Le taijiquan comme traitement de la maladie de Parkinson

Pratiquantes de Sino taichi

Les dernières recherches montrent que l’entraînement au taijiquan est propice au traitement de la maladie de Parkinson et à la prévention de la maladie d’Alzheimer. Le professeur Shengdi Chen du département de neurologie de l’hôpital Ruijin de l’école de médecine de l’université Jiao Tong de Shanghai vient de publier des articles dans les revues médicales internationales faisant autorité, Translational Neurodegeneration and Alzheimer’s & Dementia, indiquant que l’entraînement à long terme du taijiquan peut améliorer efficacement le symptôme moteur chez les patients atteints de la maladie de Parkinson et retarder considérablement le déclin cognitif chez les patients atteints de troubles cognitifs légers.

O Sensei, qu’est-ce que l’aïkido ?

Mariye Takahashi avec Morihei Ueshiba

Le matin où j’ai parlé à O-Sensei de mon voyage, je suis allé le voir après l’entraînement. Il était assis dans sa chambre avec des lunettes en lisant un livre. Il s’arrêta de lire et me salua de sa manière habituelle, innocemment joyeuse. J’ai dit : « O-Sensei, j’ai quelque chose à vous dire » et je l’ai informé que j’allais aux États-Unis pour étudier. Il a dit : « L’Amérique ? Eh bien, cela semble merveilleux pour vous ! Je vous souhaite le meilleur.” Il était vraiment content pour moi. Il m’a aussi donné un livre intitulé Aikido comme cadeau de départ. Puis il m’a dit : « Avant de partir, avez-vous quelque chose à me demander ? » Alors j’ai simplement dit : « O-Sensei, qu’est-ce que l’aïkido ? » Il m’a répondu en disant: “Eh bien, laissez-moi l’écrire pour vous et un jour vous pourrez le lire et le comprendre.” Ce qu’il a écrit, ce sont les mots : « entraînement intellectuel, entraînement physique, entraînement à la vertu, entraînement au ki – de ces mots est issue la sagesse pratique. Il a ajouté qu’il ne faudrait pas qu’un seul d’entre eux manque, que l’absence de l’un d’entre eux réduirait le tout à rien et ralentirait inévitablement le développement global de chacun. Il faut, me dit-il, toujours maintenir un équilibre harmonieux entre ceux-ci.

Traduction des propos de Mariye Takahashi in Interview with Mariye Takahashi

En 1960, une jeune Japonaise pleine d’entrain rejoint l’ancien Aikikai Hombu Dojo et tombe sous le charme du charismatique fondateur de l’Aikido, Morihei Ueshiba. Mariye (Yano) Takahashi est progressivement devenue une confidente de la famille Ueshiba et des Hombu uchideshi, nouant des liens d’amitié qui perdurent encore aujourd’hui.

Qu’est-ce que cela signifie de s’entraîner quotidiennement ?

Fong Sutton, photographie de Scot Baston

L’entraînement quotidien est la base, le fondement même pour développer les compétences martiales. Tout artiste martial ayant réussi dans l’histoire de ces pratiques a bâti son succès sur une assise solide de compétences essentiellement construites sur une base quotidienne. Dans les arts martiaux chinois ce que cette pratique développe est appelé gōng fu.

Quitter la montagne aux trésors les mains vides

Portrait du professeur Cheng Man Ching par Kenneth Van Sickle

Le taiji quan semble simple. Les progrès en matière de pratique méditative que ce soit immobile ou en mouvement consiste à vaincre une résistance initiale. Les maîtres chinois qualifient cette expérience d’esprit du singe.