Lotus interprété au guqin

Lotus blanc, 1978, détail, encre et couleur sur papier, Yuan Yunfu

L’éloge du caractère inébranlable de la fleur de lotus ici est très impressionnant, et ce solo de guqin 蓮 lián est également un hommage aux caractéristiques nobles et pures (高潔 gāo jié) de la fleur de lotus. Cette chanson a été adaptée et de la chanson traditionnelle Le lotus dans l’eau (出水蓮 chū shuǐ lián). La mélodie est élégante et simple ; la vitesse est moyenne et tranquille ; elle est destinée à exalter le noble sentiment du jeune lotus.

La chambre de l’aile ouest

Illustration de La chambre de l’aile ouest

西廂記 xīxiāng jì

La chambre de l’aile ouest est interprétée ici au guqin par Feng Qiuhuang.

L’Histoire du pavillon d’Occident est une pièce du dramaturge Wang Shifu, écrite aux environs de 1300. Elle appartient au genre zaju.

En Chine, le théâtre chanté est apparu autour du XIIIe siècle de notre ère et a connu son plein épanouissement sous la dynastie mongole des Yuan (1279-1368).
Le corpus qui nous est parvenu, constitué de cent-soixante-deux livrets, est d’une diversité et d’une richesse telles qu’on le considère depuis longtemps comme l’expression la plus haute du génie théâtral chinois. Destinés à un public populaire et alternant des récitatifs en langue vernaculaire et des airs chantés, ces drames nous offrent un éclairage unique sur la manière dont les Chinois ont envisagé la place de l’homme au sein de la société. Nous y retrouvons ainsi exprimés les sentiments, les valeurs, les croyances, les conflits individuels et collectifs, ainsi que les ressources morales dont l’individu confronté aux situations les plus extrêmes devait se montrer capable.


Sur la plage, les oies se posent

Vol, Machida Yasuo

Sur la plage, les oies se posent est une pièce célèbre pour guqin. Dans la tradition chinoise, les bancs de sable ou les plages et les oies sauvages sont des symboles de l’exil. D’autres suggèrent que la mélodie suggère le détachement des choses du monde, l’admiration pour les oies, des animaux nobles et libres.

Vent d’automne

Le guqin, un instrument de musique traditionnel chinois à cordes pincées.

L’écriture occupe une place centrale dans la culture chinoise et la poésie a toujours occupé le premier rang parmi les modes d’expression. Lettré, écrivain et poète y sont des termes interchangeables, qualités déterminant la valeur d’un homme. Les examens impériaux étaient basés en grande partie sur la maitrise de l’écriture.

La production poétique de la dynastie Tang (唐朝 T’ang 618 – 907) est considérable : on compte dans la Poésie complète des Tang quarante huit mille neuf cents poèmes de plus de deux mille auteurs.

Li Bai, Du Fu et Bai Juyi sont les poètes les plus célèbres. Meng Haoran et Wang Wei sont deux autres auteurs importants de cette dynastie.

李白 Lǐ Bái


Le poème de Li Bai, Vent d’automne, n’est pas des plus connus. C’est une chanson d’amour sur la nostalgie de l’être aimé que l’automne rend encore plus douloureuse.

Le contenu est relativement banal et renferme de nombreux lieux communs associés au sujet : l’automne (秋 qiū), saison traditionnellement associé à la mélancolie ; la brise froide ; la lune brillante (月明 yuè míng) en automne, qui répand une clarté glaciale ; les feuilles (葉 yè) mortes, les oiseaux réveillés par le clair de lune, les croassements que le lecteur imagine, la longueur de la nuit, etc.

三五七言

秋風清
秋月明
落葉聚還散
寒鴉棲復驚
相思相見知何日
此時此夜難為情

李白

Trois, cinq et sept mots

Vent frais d’automne,
lune brillante d’automne.
Les feuilles mortes se rassemblent puis s’éparpillent.
Les corbeaux transis se reposent puis s’effarouchent.
Qui sait quand viendra le jour des retrouvailles et de l’amour ?
En cet instant, en cette nuit, c’est l’émotion qui me tourmente.

Traduction d’Anne-Hélène Suares


L’image des feuilles mortes qui se rassemblent puis s’éparpillent, ainsi que celle des corbeaux que se réunissent sur les arbres puis se réveillent en sursaut et s’envolent fait référence à la précarité des rencontres des deux amants, qui peuvent avoir à se séparer brusquement, comme les feuilles par un coup de vent ou les corbeaux réveillés par le soudain clair de lune.

Les images de nuit d’automne sont courantes dans les poèmes dits de gynécée, qui parlent souvent de la solitude de la femme, de l’attente vaine de l’être aimé, de la perte de la jeunesse, etc., à travers certaines images qui suggèrent la froideur, comme le clair de lune, la rosée glaciale ;  ou bien des sons, comme les gouttes de la clepsydre, le crissement des grillons, etc.

La forme de ce poème est originale, voire exceptionnelle dans la poésie du VIIIe siècle. Trois, cinq et sept mots fait référence au fait que le premier distique soit fait de vers trisyllabes, le deuxième de vers pentasyllabes, et le troisième de vers heptasyllabes. Étant donné qu’en poésie chinoise classique les mots sont normalement monosyllabes, cela donne ce qu’annonce le titre, des vers de trois, de cinq et de sept paroles.

古琴 gǔqín

Le guqin, littéralement instrument à cordes ancien, ou qin, est un instrument de musique traditionnel chinois à cordes pincées de la famille des cithares (中華絃樂噐 Zhōnghuá xián yuè qì). 

Un gentilhomme ne se sépare pas de son qin ou de son se sans bonne raison.

Classique des rites

Il est joué depuis les temps anciens, et fut traditionnellement apprécié et considéré par les lettrés comme un instrument raffiné, d’une grande subtilité. Les Chinois font parfois référence au guqin comme le père de la musique chinoise ou l’instrument des sages.

Le guqin est un instrument au son doux, doté d’une tessiture de quatre octaves. Ses cordes à vides sont accordées dans le registre des basses et son degré le plus bas est de deux octaves sous le do, à savoir la même plus basse note que le violoncelle. Le son est produit en pinçant les cordes, à vide, en les appuyant sur la touche ou en utilisant des harmoniques. L’utilisation du glissando lui confère un son rappelant le pizzicato du violoncelle, la contrebasse fretless ou encore la guitare slide. L’instrument est capable d’un grand nombre d’harmoniques, dont 91 couramment utilisées et indiquées par des points sur la touche. Traditionnellement le guqin avait à l’origine cinq cordes, mais d’autres qin en possédant 10 ou plus ont été trouvés. Sa forme moderne a été standardisée il y a deux millénaires.