Blog

La Chandeleur

La boulangerie Ă  crĂȘpes, 1560, huile sur panneau de bois de Pieter Aertsen (1508 –1575)

Une fĂȘte sĂ©culaire et religieuse

Comme toujours, la religion chrĂ©tienne a greffĂ© l’une de ses cĂ©lĂ©brations sur une vieille coutume paĂŻenne. En l’occurrence, il s’agirait des festivitĂ©s liĂ©es au culte de CĂ©rĂšs, la dĂ©esse des moissons, qui ne fertilisait plus la terre pendant trois mois, c’est-Ă -dire ceux correspondant Ă  l’hiver.

ΔηΌητηρ

DĂ©mĂ©ter Ă©tait la dĂ©esse de l’agriculture et des moissons. Elle reprĂ©sentait la terre cultivĂ©e et fĂ©conde contrairement aux autres dĂ©esses comme GaĂŻa ou RhĂ©a qui personnifiait la terre en tant que matiĂšre. C’est elle qui facilitait la germination et la pousse des plantes. Elle fut assimilĂ©e par les romains sous le nom de CĂ©rĂšs qui Ă©tait une divinitĂ© latine trĂšs ancienne associĂ©e aux moissons.

CĂ©rĂšs

Le nom de CĂ©rĂšs s’apparente aux verbes creare et crescere, crĂ©er et croĂźtre : peut-ĂȘtre, comme pour VĂ©nus, un ancien substantif neutre dĂ©signant une abstraction (la croissance), passĂ© au fĂ©minin lors de sa personnification et divinisation, peut-ĂȘtre un ancien adjectif Ă©pithĂšte de Tellus, la terre mĂšre, dont CĂ©rĂšs se serait peu Ă  peu dĂ©tachĂ©e. DĂ©esse de la croissance, elle veille au dĂ©roulement du cycle vĂ©gĂ©tal mais aussi sur la famille humaine ; dĂ©esse de la terre, elle n’est pas sans rapport avec le monde des morts. Seule ou associĂ©e Ă  Tellus, CĂ©rĂšs tient souvent la premiĂšre place dans le cycle des fĂȘtes consacrĂ©es Ă  la vĂ©gĂ©tation ou aux travaux du sol .

À Rome, on cĂ©lĂ©brait en fĂ©vrier le retour des jours plus clĂ©ments avec la festa candelarum, une fĂȘte populaire avec des processions de torches pour cĂ©lĂ©brer la fin de l’hiver, qui rappelait aussi CĂ©rĂšs recherchant Ă  l’aide d’un flambeau sa fille perdue, enlevĂ©e par Pluton, le dieu des enfers. La lumiĂšre vient peu Ă  peu vaincre les tĂ©nĂšbres et la mort : le mot fĂ©vrier vient d’ailleurs de Februa, vieux dieu Ă©trusque de la purification, un mois de transition entre l’hiver et l’arrivĂ©e du printemps…

La présentation de Jésus au Temple

C’est cette mĂȘme pĂ©riode qui est choisie par l’Église pour cĂ©lĂ©brer la prĂ©sentation de JĂ©sus au Temple, une vieille tradition juive qui veut que l’on consacre les premiers-nĂ©s mĂąles Ă  Dieu. On y associa aussi « les relevailles Â» de la vierge Marie et sa purification, quarante jours aprĂšs son accouchement pour NoĂ«l.

Les papes vont garder les processions romaines, mais vont remplacer les torches par des chandelles bĂ©nites : dĂšs le VIIe siĂšcle, une grande cĂ©rĂ©monie s’organise du forum Ă  la basilique Sainte-Marie-Majeure, au cours de laquelle les fidĂšles se mettent en route dĂšs l’aube en portant des cierges. Et les pĂšlerins sont si nombreux qu’on prend l’habitude de distribuer ce jour-lĂ  des galettes de froment



Si point ne veut de blé charbonneux,

Mange des crĂȘpes Ă  la Chandeleur

Comme de nombreuses traditions, la fĂȘte de la Chandeleur est accompagnĂ©e de ses superstitions: si les paysans ne faisaient pas de crĂȘpes Ă  la Chandeleur, le blĂ© serait mauvais l’annĂ©e suivante.Faire des crĂȘpes oui, mais pas n’importe comment! Pour ĂȘtre assurĂ© que la rĂ©colte sera bonne et la famille prospĂšre, il convenait de faire sauter la premiĂšre crĂȘpe de la main droite en tenant un Louis d’or dans la main gauche. La crĂȘpe Ă©tait ensuite dĂ©posĂ©e sur l’armoire de la chambre, la piĂšce d’or placĂ©e Ă  l’intĂ©rieur, jusqu’Ă  l’annĂ©e suivante. A la Chandeleur suivante, on rĂ©cupĂ©rait le tout et l’on donnait la piĂšce au premier pauvre que l’on rencontrait.

You might be interested in …

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :