Share This Post

Lectures

L’exercice des jambes est essentiel pour la santé du cerveau et du système nerveux

Moine Shaolin, photographie de Tomasz Gudzowaty

Des recherches novatrices montrent que la santé neurologique dépend autant des signaux envoyés par les muscles des jambes au cerveau que les directives du cerveau aux muscles.  L’étude Reduction of Movement in Neurological Diseases: Effects on Neural Stem Cells Characteristics, publiée le 23 mai 2018 dans Frontiers in Neuroscience, modifie fondamentalement la médecine du cerveau et du système nerveux. Elle donne aux médecins de nouvelles indications sur les raisons pour lesquelles les patients atteints de neuropathie motrice, de sclérose en plaques, d’atrophie musculaire spinale et d’autres maladies neurologiques déclinent souvent rapidement lorsque leur mouvement devient limité.

Notre étude soutient l’idée que les personnes qui sont incapables de faire des exercices sous la charge, comme les patients alités, ou même les astronautes en voyage prolongé – perdent non seulement de la masse musculaire, mais leur chimie corporelle est modifiée au début. le niveau cellulaire et même le système nerveux sont affectés

Dr Raffaella Adami de l’Università degli Studi di Milano

La zone sous-ventriculaire est une partie du cerveau situé près des ventricules latéraux. Il s’agit de la seule structure, avec le gyrus denté de l’hippocampe, à pouvoir générer des neurones chez les individus adultes. Les neurones produits dans la zone sous-ventriculaire sont ensuite dirigés vers le bulbe olfactif.

L’étude a consisté à empêcher des souris d’utiliser leurs pattes postérieures, mais pas leurs pattes antérieures, sur une période de 28 jours. Les souris ont continué à manger et à se toiletter normalement et ne présentaient pas de stress. À la fin de l’essai, les chercheurs ont examiné une zone du cerveau appelée zone sous-ventriculaire, qui, chez de nombreux mammifères, joue un rôle dans le maintien de la santé des cellules nerveuses. C’est également dans cette région que les cellules souches neurales produisent de nouveaux neurones.

La limitation de l’activité physique a permis de réduire le nombre de cellules souches neurales de 70% par rapport à un groupe contrôle de souris, autorisées à se déplacer. En outre, les neurones et les oligodendrocytes – cellules spécialisées qui soutiennent et isolent les cellules nerveuses – n’ont pas atteint leur pleine maturité lorsque l’activité physique est fortement réduite. 

Les recherches montrent que l’utilisation des jambes, en particulier lors d’exercices de mise en charge, envoie au cerveau des signaux essentiels à la production de cellules neurales saines, essentielles au cerveau et au système nerveux. La réduction de l’exercice rend difficile la production de nouvelles cellules nerveuses par le corps – certains des éléments fondamentaux qui nous permettent de gérer le stress et de nous adapter aux défis de notre vie.

Ce n’est pas un hasard si nous sommes censés être actifs: marcher, courir, s’accroupir pour s’asseoir et utiliser les muscles de nos jambes pour soulever des objets.

Dr Raffaella Adami

La santé neurologique n’est pas une rue à sens unique avec le cerveau qui dit au muscle de se lever, de marcher, etc. 

Mitochondries en microscopie électronique, longueur environ 1 micromètre
Mitochondries en microscopie électronique, longueur environ 1 micromètre

Les chercheurs ont approfondi leurs connaissances en analysant des cellules individuelles. Ils ont constaté que la restriction de l’exercice réduit la quantité d’oxygène dans le corps, ce qui crée un environnement anaérobie et modifie le métabolisme. La réduction de l’exercice semble également avoir un impact sur deux gènes, dont l’un, CDK5Rap1, est très important pour la santé des mitochondries – la centrale cellulaire qui libère l’énergie que le corps peut ensuite utiliser. Cela représente une autre boucle de rétroaction.

Ces résultats ont mis en lumière plusieurs problèmes de santé importants, allant des préoccupations relatives aux impacts cardio-vasculaires résultant de modes de vie sédentaires à la compréhension de maladies dévastatrices, telles que l’atrophie musculaire spinale (SMA), la sclérose en plaques et la motoneurone, par exemple. 

Les maladies neurologiques m’intéressent depuis 2004. La question que je me posais était la suivante: l’issue de ces maladies est-elle due exclusivement aux lésions qui se forment sur la moelle épinière en cas de lésion de la moelle épinière et de mutation génétique dans le cas de SMA, ou si ce n’était pas la moindre capacité de mouvement, le facteur qui exacerbe la maladie ?

Dr Daniele Bottai de l’Università degli Studi di Milano

Cette recherche démontre le rôle critique du mouvement et a de nombreuses implications potentielles. Par exemple, les chercheurs qui ont pour mission d’envoyer des astronautes dans l’espace pendant des mois, voire des années, doivent garder à l’esprit que la gravité et la charge physique jouent un rôle important dans le maintien de la santé humaine. 

On pourrait dire que notre santé repose sur la Terre d’une manière que nous commençons à peine à comprendre.

Dr Daniele Bottai

Share This Post

Professeur de qi gong et de tai chi chuan, créateur de l'école Nuage~Pluie

Leave a Reply

Aller à la barre d’outils