Lectures

L’homme moderne s’enivre de dissipation

L’homme moderne s’enivre de dissipation

Tout se passe dans notre état de civilisation industrielle comme si, ayant inventé quelque substance, on inventait d’après ses propriétés une maladie qu’elle guérisse, une soif qu’elle puisse apaiser, une douleur qu’elle abolisse. On nous inocule donc, pour des fins d’enrichissement, des goûts et des désirs qui n’ont pas de racines dans notre vie physiologique profonde, mais qui résultent d’excitations psychiques ou sensorielles délibérément infligées. L’homme moderne s’enivre de dissipation. Abus de vitesse, abus de lumière, abus de toniques, de stupéfiants, d’excitants… Abus de fréquence dans les impressions ; abus de la diversité ; abus de merveilles ; abus de ces prodigieux moyens de déclenchement, par l’artifice desquels d’immenses effets sont mis sous les doigts des enfants. Toute vie actuelle est inséparable de ces abus.

Paul Valéry in Le Bilan de l’intelligence (1935)

Dans cette conférence prononcée en 1935, Paul Valéry délivre ses impressions sur l’évolution de l’intelligence en une époque où le progrès ne cesse de bouleverser les habitudes et les modes de pensée. Les progrès techniques de l’âge industriel apportent un nouveau confort mais aussi entraînent une certaine paresse, de corps et d’esprit, une impatience toujours plus vive à obtenir ce qu’on veut avoir… voire une diminution croissante de la sensibilité au monde et aux choses environnantes. Surtout, ils engendrent un autre rapport au temps, désormais rétréci, amenuisé. Seule échappatoire : une éducation qui continue à valoriser les langues mortes et le bon usage de la langue française. Valéry dénonce une éducation qui mise sur le succès au baccalauréat, sans parvenir à développer la formation d’esprits indépendants.

Dominique Clergue
Professeur de qi gong et de tai chi chuan, créateur de l'école Nuage~Pluie

Comments 1

  1. Catherine Dubisson
    Matière à penser
    Manuel de survie dans une société malade de son humanité

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils