La tombe du chef de la communauté sogdienne 史君 Shǐjūn (décédé en 579) et de son épouse a été retrouvée en 2003 dans la banlieue nord de 西安 Xī’ān, non loin de celles de deux autres personnes d’origine sogdienne, 安伽 Ān Qié et 康業 Kāng Yè.

Sarcophage de Shi Jun, dynastie des Zhou du Nord

La tombe consistait en une seule chambre funéraire, au centre de laquelle se trouvait un sarcophage en pierre, ou cercueil extérieur, en forme de maison de style chinois. À l’intérieur se trouvaient un canapé en pierre et des peintures murales rouge cinabre représentant des motifs de vigne. Le tombeau avait déjà été pillé et donc peu de biens funéraires ont été trouvés.

Les murs extérieurs du sarcophage présentent un programme complexe de reliefs picturaux. Le mur avant (ou sud) comporte des portes cloutées flanquées de gardiens de tombes à quatre bras.

Détail de la façade du sarcophage de Shi Jun et Wiyusi

De chaque côté, aux coins inférieurs du mur, se trouvent deux prêtres mi-homme mi-oiseau portant des couvre-bouches (padams) et s’occupant des feux sur les autels.

L’épitaphe de Shi Jun, située sur le linteau du sarcophage, a la particularité d’être bilingue. L’inscription décrit en chinois et en sogdien la vie et les réalisations de Shi Jun. Bien que les deux côtés transmettent généralement les mêmes informations, celle de Sogdian est mieux préservée. Nous en apprenons que les noms sogdiens de Shi Jun et de sa femme étaient Wirkak et Wiyusi, et que leurs trois fils survivants ont commandé les ambitieuses sculptures sur pierre de la tombe.

Plusieurs épisodes semblent faire référence aux occupations de Shi Jun avant et après avoir été nommé 薩保 sàbǎo, ou chef d’une communauté sogdienne. Les reliefs représentent également un certain nombre de scènes religieuses, aboutissant à une illustration élaborée de Shi Jun et Wiyusi traversant le pont de Chinvat, une vision zoroastrienne du jugement et du voyage au paradis décrite dans des textes mais rarement représentée visuellement. Cela a conduit un savant à décrire les reliefs comme une «version extrêmement bien informée» des textes zoroastriens, unique à ce jour parmi les tombes de Sogdiens ou d’autres Asiatiques centraux enterrés en Chine.

Les Sogdiens étaient un peuple de langue indo-européenne de la branche des langues iraniennes (comme les Scythes), qui vivait autrefois dans une région recouvrant une partie des actuels Turkménistan oriental, Ouzbékistan, Tadjikistan occidental et Afghanistan septentrional, englobant Samarcande et Boukhara, région à laquelle ils ont donné leur nom : la Sogdiane. Important peuple de commerçants, ayant joué un rôle fondamental dans le développement de la route de la soie et des routes commerciales de l’Asie centrale, les Sogdiens ont connu un apogée entre le début de l’ère chrétienne et le VIIe siècle. Héritiers des civilisations précédentes, ces « Phéniciens » de l’Asie centrale en ont accumulé et transmis les richesses et complexités jusqu’au VIIIie siècle.

Leur langue était très proche, voire identique à celle de la Bactriane, qui se trouvait au sud de la Sogdiane. Elle a été supplantée par le tadjik, une autre langue iranienne beaucoup plus proche de l’actuel persan, mais elle n’a pas totalement disparu puisqu’une langue sogdienne était encore récemment parlée dans un groupe de villages de la vallée du Yaghnob, affluent du Zeravchan, rivière qui arrose Samarcande. Outre cette langue appelée yaghnobi, le sogdien a donné des mots au tadjik et au persan moderne.

Dans le zoroastrisme, le pont de Chinvat départage les morts, qui vont soit dans la Maison du Druj, soit dans la Maison des Chants. Cette notion est à la source d’idées similaires dans d’autres traditions religieuses et culturelles.


Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils