corps

La méditation somatique

La pratique de la méditation somatique, telle qu'on la trouve dans les traditions les plus ésotériques d'Asie et en particulier dans le bouddhisme tibétain et est-asiatique et dans le taoïsme spirituel, fournit les moyens et les méthodes nécessaires pour faire ce voyage vers l'incarnation spirituelle. Ce riche héritage comprend à la fois un vaste éventail de pratiques et d'instructions orales qui les accompagnent, ainsi qu'une compréhension très fine du processus d'incarnation. Dans notre lignée de pratique, nous puisons largement dans ce riche héritage de sagesse somatique.

Le problème de la conscience dans les traditions bouddhiques

L’âme, écrit en effet Augustin, ne peut se connaître comme en un miroir. De ce théorème, nombre de philosophes médiévaux tirent que contrairement à ce que soutient Aristote et les péripatéticiens, l’âme ne se connaît pas comme elle connaît les autres choses, à savoir : par représentation ou par abstraction, et que de ce fait elle ne se connaît pas non plus comme une autre chose ni comme un autre. Elle se connaît comme présence à soi, dans, par et comme cette présence.

Proprioception

erception, le plus souvent inconsciente, que l'on a de la position de son corps dans l'espace. La proprioception assure l'équilibre, le contrôle des mouvements et nous renseigne sur l'activité de notre corps. (

Cavité ancestrale

Dans la culture de soi taoïste, 祖竅 zǔ qiào est un point spécifique, situé entre et derrière les yeux, qui sert de lieu à une connaissance profonde et ancienne.

Le Maître de Nô

Le théâtre de nô, art traditionnel et sacré propre au Japon, demeure une énigme pour les Occidentaux malgré quelques traductions et représentations dont le mystère ne cesse de fasciner. Armen Godel nous fait vivre dans cet ouvrage sa rencontre avec un maître de nô qui le prend pour disciple. À sa suite, nous entrons dans les arcanes d'un art fabuleux où le légendaire se mêle à la magie, où le masque porte le sens de la destinée, où le verbe se confond avec le silence.

Yoga

Le mot yoga vient de la racine sanskrite yuj qui signifie lier, unir, attacher, atteler sous le joug, ou diriger et concentrer son attention, ou encore utiliser et mettre en pratique. Elle signifie aussi union ou communion. C'est l'union même de notre volonté avec la volonté de Dieu.

Habiter notre corps

Nous sommes sans cesse en train d'aller vers les choses ou de nous en tenir à distance. Ce n'est pas seulement un déplacement, mais une fluctuation constante dans ce que nous considérons comme nous-même. C'est l'image du corps qui est un processus d'investissement, en perpétuel devenir.

Les cadres du taijiquan

Chaque posture du taijiquan traditionnel, qu'elle soit basse, moyenne ou haute, a sa propre force et son but.

Le livre de l’écoute

L’approche corporelle : Jean Klein Notre corps est un bel instrument de musique, comme un Stradivarius, mais il doit être […]

Human-Reification

Paul Gisbrecht présente une série d'images qui critiquent les Architects′ Data d'Ernst Neufert, qui présentent un corps uniforme, régulier et, surtout, mesurable, affichant une approximation qui rejette tout ce qui est en dehors des normes établies.

Taoïsme et connaissance de soi

Catherine Despeux étudie l'évolution historique des représentations du corps et de ses constituants psychiques qui plongent leurs racines dans les grands textes classiques du Canon taoïste.

L’image taoïste du corps

Agrégat de souffles, le corps apparaît chez les taoïstes comme à l’image de l’univers, ce dernier étant lui-même à l’image du corps du géant mythique Pan Gu. Il faut donc imaginer l’univers dans chaque être, pour comprendre la vision taoïste de l’unité cosmique. Les taoïstes ne croient pas en une autre vie, éternelle, mais en l’éternité d’une même vie.

  • 1
  • 2
Aller à la barre d’outils